Archives mensuelles : janvier 2018

La symphonie des abysses T.1, de Carina Rozenfeld

bm_CVT_La-symphonie-des-abysses-tome-1_3353Bon ces derniers temps je viens surtout vous parler de romans jeunesses décevants, et celui-ci ne déroge pas à la règle, donc pour le prochain article, j’essaie de vous parler d’un livre qui m’enthousiasme un peu plus, promis !

J’ai vu passer un avis sur la rainbowthèque au sujet de La symphonie des abysses, et même si ce n’est pas forcément mon genre de lectures, j’ai eu envie d’aller y voir de plus près. Le début a été un peu dur, puisque je me suis franchement ennuyée. La deuxième partie du roman m’a plus emportée mais ça ne reste pas suffisant à mon goût.

Pour résumer un peu l’histoire, nous sommes dans l’Anneau, un territoire entouré d’un mur circulaire infranchissable. Dans la première partie, on suit Abrielle, jeune fille qui vit dans une communauté aux règles strictes, où la musique est interdite. On apprend rapidement qu’enfant, elle a chanté et s’est retrouvée emprisonnée pour ça. Adolescente, on sent toute sa frustration à vivre cette vie monotone aux règles absurdes, coupée du reste du monde.

Dans la deuxième partie, nous voici dans une autre région de l’Anneau, où les règles sont également extrêmement strictes. Ici tout contact physique est interdit, de même que l’amour autre que fraternel. Autre particularité, et non des moindres, les jeunes de moins de 18 ans y sont Neutres, et décident à leur majorité à quel genre iels veulent appartenir. Nous suivons deux Neutres, Ca et Sa, juste avant la Cérémonie où ils recevront l’injection qui leur permettra de devenir homme ou femme.

Bon du neutre, ça pourrait être une bonne nouvelle, d’autant que l’autrice fait un effort en utilisant des pronoms neutres. Sauf que, c’est bien de parler d’iels, mais il y a des ratés et tout est accordé au masculin par défaut.

Ensuite, et comme dans Les porteurs dont je vous parlais récemment, les Neutres sont des êtres « pas finis ». Et encore plus ici, puisqu’iels se développent totalement physiquement seulement après leur injection, les laissant auparavant dans un état de fragilité (leur peau est très fine par exemple, leur nez n’est pas développé, de même que leurs cheveux et leur pilosité etc…).

Ici, ils ont également la première partie de leur prénom, et ils deviendront de « vraies » personnes quand ils auront décidé de leur genre.

Donc là les gens il faut m’expliquer, d’où la neutralité n’est qu’un état temporaire et pas fini ? A quoi bon parler de personnes neutres ou hermaphrodites, que ce soit dans Les porteurs ou dans La symphonie des abysses, si c’est uniquement pour rappeler que seule la binarité est possible ?

Autre « souci » à mon sens dans ce livre, et là attention, spoiler alerte !

Ca et Sa décident tous les deux de devenir hommes (sans se concerter, chacun prend sa décision de son côté) et dans un monde où l’amour est interdit, ça ne devrait pas poser question, puisque l’interdiction ne se limite pas aux couples hétéros. Leur histoire d’amour va continuer malgré leurs changements de corps (ouf, bonne nouvelle !) mais on sent tout de même que ça peut leur poser question, ou poser question aux regards extérieurs. Je ne trouve pas vraiment ça logique et crédible, vu que dans leur société, l’amour est interdit, quel qu’il soit donc en quoi leur amour serait plus interdit qu’un autre ?

Heu, dois-je ajouter que je n’ai pas envie de poursuivre avec le tome 2 ? (qui va probablement aborder des thématiques autour du racisme mais ça ne suffit pas à m’appâter)

Publicités

Les porteurs T.1, de C. Kueva

Attention, gros gros coup de gueule ! Et même alerte rouge !

MattLes porteurs, de quoi ça cause déjà ? Dans un monde pas si éloigné du nôtre (puisque les ados écoutent encore Nirvana), il y a eu une irradiation et les enfants naissent neutres. La procréation n’est plus possible naturellement et à 16 ans pour chaque personne a lieu la Seza, où chacun choisit son sexe définitif, qui sera attribué grâce à des hormones.

On suit trois personnages, Matt, qui n’a pas encore eu sa Seza, mais qui sait qu’il veut être un garçon. Gaëlle, sa petite amie, qui a choisi d’être une fille. Et Flo qui passe sa Seza sans trop savoir quoi choisir et qui devient Floriane, un peu par défaut…

Matt apprend peu de temps avant sa Seza qu’il est ce qu’on appelle un Porteur, avec une maladie qui l’obligera à rester neutre pendant des années, et à suivre un lourd traitement médical. Sauf que, il apprendra grâce à des personnes naturalistes, que tout n’est pas si simple, et que l’état veut imposer ses choix sans remise en question possible.

Bon, alors je ne sais même pas par où commencer tellement rien ne va dans ce livre… En fait, j’en ai entendu parler pour la première fois sur ce site, et ça avait l’air vraiment très mauvais. Mon côté maso a fait le reste, j’ai eu envie de m’en faire ma propre opinion.

Pourtant, le concept de base pourrait être intéressant et prometteur hein ! Mais dès le début, ça sent mauvais. Donc on est dans un monde où les personnes sont neutres jusqu’à 16 ans, mais le masculin est de mise. Heu… Pourquoi ne pas utiliser le neutre, à base de « iel » ou d’inventions propres à l’auteur ? Les personnages ont des « demi » prénoms jusqu’à leur Seza, moment où ils choisissent leur sexe, et leur prénom. Ainsi Flo deviendra Floriane. Qu’est-ce à dire ? Jusqu’à cet âge-là ce sont des « demi personnes » ? Pourquoi ne pas créer des prénoms non genrés de base ?

On est également dans un monde totalement sexiste et genré, ainsi Flo ne sait pas vraiment quel sexe prendre parce que ses parents seraient trop « neutres » dans leurs comportements. Comprenez, la mère travaille dur, et le père est père au foyer… Waouh !!!

Pourtant…

Chaque fois qu’on abordait ce sujet, en cours, à la maison, ou entre amis, ça nous faisait halluciner d’imaginer comment c’était avant. Penser qu’on ne pouvait pas choisir son sexe mais qu’il était déterminé dès la naissance, par le hasard, nous semblait digne de la préhistoire. Ça devait être étrange de n’avoir qu’un pénis ou un vagin et pas les deux comme nous. Encore pire, les enfants qui naissaient hermaphrodites étaient considérés comme des anomalies de la nature ! Si nous avions eu le malheur de vivre à cette époque, les médecins nous auraient amputé d’un de nos sexes dès notre plus jeune âge pour nous déterminer d’office comme fille ou garçon. Sans nous demander notre avis ! Bande de barbares. Nous au moins, on ne charcutait pas nos corps au bistouri, on était libres de choisir et on avait le temps de se déterminer.

Et là, je dis bullshit total ! Déjà, dans ce livre, on ne fait jamais la distinction entre sexe et genre, ce qui peut laisser croire aux jeunes qui le lisent, que c’est exactement la même chose. Alors que non, hein ! Ensuite, je trouve le parallèle avec l’ancienne époque complètement foireux, puisqu’eux même sont obligés de choisir entre homme et femme, dans une binarité totale, le neutre n’est plus toléré. En quoi c’est moins violent qu’une opération à la naissance ?

Je ne reviens pas sur le fait qu’au niveau scientifique, le livre reste assez léger puisque jusqu’à 16 ans, iels ont des organes génitaux féminins et masculins, et que l’un des deux disparait de façon « magique » grâce à la prise d’hormones. (Ces changements dus aux hormones ne sont d’ailleurs pas du tout décrits ou expliqués, alors qu’après 16 ans de neutralité, je me dis que ça doit être un chouia compliqué à gérer mais bon…)

Le cas de Flo est plutôt intéressant, puisque son choix est compliqué, mais quand iel s’en explique à son référent, c’est comme si personne, absolument personne n’avait jamais eu de difficulté à choisir, ou l’envie de ne pas choisir ! Et la suite est tout aussi hallucinante. Flo devient donc Floriane, par défaut, mais on sent bien que cela ne lui convient pas, notamment par des détails comme le fait que Flo ne s’épile pas… Ben oui, les poils c’est masculin hein ! Et puis Flo va finir par être attiré.e par Gaëlle, donc ça veut sans doute dire qu’iel s’est trompé.e dans son choix.

Ah oui, parce que j’ai oublié de vous dire, en plus d’être sexiste, le livre est aussi très, très hétéronormé et donc à tendance homophobe. On ne voit aucun couple gay ou lesbien, et le « choix » de Matt semble très orienté par ses attirances au final.

Je ne veux pas totalement spoiler, mais voir un personnage qui se considère comme masculin changer en deux secondes de genre, et parler de lui au féminin tout naturellement parce qu’on l’incite à être une femme, et qu’il sera la femme du couple, ça me choque vraiment beaucoup.

Donc en plus du reste, le livre est transphobe, et on peut y lire des choses merveilleuses du type :

La même infirmière m’accueillit, dans la même chambre que la première fois. Je la reconnus immédiatement à ses mains, mains d’homme, carrées, très larges, pas délicates comme celles de maman, et ses ongles n’avaient certainement jamais vu la couleur d’un vernis. Même sa gestuelle était celle d’un homme, raide, sèche et saccadée. Gaëlle ondulait. L’infirmière angulait. Elle avait mal choisi sa sexualisation lors de sa Seza.

Donc en gros on a un livre qui cumule tous les pires clichés du sexisme sur la différence homme-femme, qui est transphobe et homophobe, et ce livre s’adresse à un public de jeunes, qui n’aura pas forcément le recul nécessaire pour prendre tout cela avec des pincettes. Donc en plus d’être mauvais, je le trouve assez dangereux. Quelle est l’image qu’un ado transgenre ou homo va garder du monde décrit dans ce livre, où il n’a de toute façon pas sa place ?

Je vous avoue que je n’irai pas lire le tome 2 de cette trilogie, cette fois ci centré sur Gaëlle, maso peut-être, mais pas à ce point. La manif pour tous a trouvé un porte-parole dont je me passerai bien volontiers.

 

Pourquoi la représentation est (toujours) importante, et pourquoi il y a encore du chemin à faire

Nous voici en 2018 et j’ai envie de vous souhaiter une belle année, pleine de chouettes lectures, d’évasion, d’aventures, d’identification, de découvertes, d’ouverture, et je vais en profiter pour refaire un petit point, qui n’a rien d’arrêté, mais qui fait état de mes réflexions du moment.

Ça sort un peu de mes articles précédents, j’ai peur que ce soit un chouia brouillon, et c’est moins centré sur mes lectures qu’habituellement, mais ça reste un sujet qui me tient à cœur donc j’avais envie de le partager.

J’ai créé ce blog à un moment où je me sentais frustrée de ne pas pouvoir partager plus mes lectures lgbt et féministes. Alors certes, je pouvais en parler à quelques personnes autour de moi, et je le faisais aussi sur un forum lesbien, mais il me manquait quelque chose. Notamment, sur le forum en question, j’ai noté que les topics autour de la représentation dans les séries et les films étaient toujours bien vivants, mais que côté livres, ça se bousculait moins au portillon. Bref, je me suis lancée, et ça m’a permis de découvrir petit à petit d’autres endroits sur le net où l’on parlait livres lgbt+ et c’est plutôt chouette. J’ai réalisé par la même occasion que les personnes de la vingtaine aujourd’hui en savaient beaucoup plus que moi au même âge sur les thématiques lgbt, signe que les connaissances sont plus facilement partageables et faciles à trouver qu’avant (merci Internet).

Cela dit, j’ai l’impression d’évoluer dans un milieu totalement privilégié et d’être plutôt chanceuse. J’ai une famille qui m’accepte sans problème et a toujours accueilli mes compagnes à bras ouverts, je travaille dans une branche de métiers franchement open à ce niveau-là (les libraires lgbt sont partout, mais chutttt… ). Mais je me rends bien compte que dans d’autres milieux professionnels c’est totalement différent. De même que je vis dans une grande ville, mais ailleurs ce n’est pas forcément aussi facile. Et même si les ados d’aujourd’hui ont accès à plus d’informations via Internet, les médias et la culture, dans certains milieux je me dis que ça doit toujours être compliqué.

Et c’est là que la représentation est importante, en premier lieu pour les personnes concernées. J’ai été une adolescente de 16 ans découvrant son attirance pour les filles, se sentant terriblement seule, et à l’époque un de mes seuls réconforts c’était la série Buffy contre les vampires, avec le personnage de Willow, qui me faisait me dire que je n’étais pas toute seule ! (Merci pour la mort de Tara d’ailleurs, paye ta déprime !) Et à part Buffy, je passais mon temps en quête de représentation, côté littérature je n’ai pas vraiment de souvenirs, côté filmique, beaucoup plus, mais globalement, que dire ? 90 % des films que j’ai vus avec des personnages lesbiens à l’époque donnaient envie de se pendre… (et ce n’est pas une image, j’ai eu des envies suicidaires, comme beaucoup d’ados lgbt je suppose)

Donc la représentation ne suffit pas, des représentations positives, ça c’est hyper important. Savoir qu’on n’est pas seul, c’est bien, savoir qu’on n’est pas seul et pas condamné à une vie malheureuse c’est encore mieux.

Et la suite, et non des moindres, ce qui me semble important et qui se développe timidement actuellement, c’est arriver à des représentations variées. Et oui, toutes les personnes lgbt+ n’ont pas eu un parcours identique, loin de là. Si je regarde juste d’un point de vue perso, les femmes croisées dans ma vie, ayant eu des attirances et/ou des histoires avec d’autres femmes, et pouvant se considérer lesbiennes, bi, pan, hétéro, ou ne pas se définir, je n’ai déjà pas deux histoires et deux ressentis identiques, donc à l’échelle humaine ça fait une sacrée variété. Est-ce que je ressens cette même variété dans mes lectures, les séries, les films, les médias ? Pas vraiment…

On retrouve beaucoup d’histoires similaires, de passages obligés dans la littérature ou ailleurs, alors qu’on peut aussi avoir des histoires cools où le genre ou l’orientation sexuelle de la personne ne sont pas au centre de l’histoire. En fait, on veut des personnes lgbt qui ne soient pas réduites à ça, et qui vivent des aventures ou des histoires comme n’importe qui d’autre !

Donc des représentations pour les personnes concernées, déjà, c’est primordial. Ensuite, il y a encore deux points qui me semblent importants (mince, j’ai l’impression de retourner à l’école de faire une dissert avec plan !), dont un que je viens plus ou moins de découvrir…

Avant quand je réfléchissais à la représentation, je pensais aux personnes concernées et aux personnes disons cis-hétéros, avec d’un côté un besoin de savoir que l’on n’est pas seul au monde, et de l’autre le besoin, pas forcément d’« éduquer » (encore que), mais en tout cas de montrer que l’on existe et que nous ne sommes pas des bêtes de foire. C’est un deuxième point qui me semble aussi très important (bon en fait ils le sont tous hein). On est tous concernés par les préjugés (je m’inclus dans le lot), et je vois bien dans mon entourage que les choses peuvent évoluer dans le bon sens quand les gens qui vivent dans un monde hétéronormé sont confrontés à des personnes lgbt, ça fait forcément réfléchir, et si tout va bien, avancer. Ne serait-ce que sur des choses toutes bêtes. Par exemple, je suis complètement out à mon boulot, et je vis mon orientation sexuelle assez librement. Du coup, les gens qui m’entourent et qui ne me connaissent que dans ma vie d’adulte peuvent penser que j’ai toujours vécu comme ça, et que c’est facile. Et bien non, ça ne l’est pas forcément. Et c’est bien de recadrer de temps en temps, en donnant un peu de son vécu, de son expérience, et de dire que ce n’est pas parce qu’on est en France en 2017 que tout va bien. Donc mon adolescence a été une vraie plaie à cause de ça. Le passage de la loi pour le mariage pour tous a été d’une violence inouïe pour bon nombre de personnes lgbt qui s’en sont pris plein la gueule dans les médias, l’homophobie étant soudainement totalement décomplexée… Et autre exemple tout bête, mais certaines fois, selon le quartier ou l’heure, je m’auto-censure et n’embrasse pas ma chérie ou ne lui tient pas la main, parce que je n’ai pas envie de me faire emmerder, et qu’on vienne nous intruser dans un moment d’intimité simple et banal…

Donc certes, je vis bien, ma vie semble se passer sans encombre, et c’est le cas, seulement, il y a des spécificités que ne connaissent pas les personnes hétéro cisgenres, et c’est important de le rappeler de temps en temps.

Dernier point (je crois, cet article est une réflexion en même temps donc ça peut totalement évoluer), dont j’ai pris conscience récemment… Il y a peu, en lisant certains articles qui tombaient au moment de la Journée internationale de la bisexualité, je me suis rendu compte que j’avais pu en partie occulter cette orientation sexuelle. Qu’on soit bien d’accord, je ne nie pas du tout cette orientation, je suis la première à m’insurger quand j’entends des personnes hétéros ou homos dirent que la bisexualité n’ « existe pas vraiment » (je schématise un peu mais c’est l’idée) ou quand des lesbiennes s’insurgent contre les « traitresses » à la cause homosexuelle… Je ne dis pas que je ne me rends compte de rien à ce sujet mais je suis plus sensible aux thématiques lesbiennes et au fait que ce soit bien traité vu que je me sens directement concernée, et je peux être assez aveugle sur d’autres thématiques.

Je repense à la série The L Word par exemple, et me rappelle à quel point les personnages de Tina et de Max ont été maltraités, l’une au sujet de sa bisexualité, l’autre sur sa transidentité. Ça m’avait mise assez mal à l’aise, de voir à quel point une série censée être ouverte (et qui se voulait sans doute l’être, mais franchement c’était bien raté !) pouvait être complètement fermée sur ce qui était « autre »… Mais, c’est là que le bât blesse, je ne me suis jamais interrogée sur le fait que Jenny ne se considère pas comme bisexuelle, de même pour Willow dans Buffy contre les vampires. Dans les deux cas, on a un personnage qui passe d’hétéro à lesbienne, comme s’il n’y avait pas d’autres possibilités.

Donc si même quelqu’un d’ouvert aux questions lgbt ne se rend pas compte de ça, ça pose question sur comment des personnes qui vivent dans un monde totalement hétéronormé reçoivent ce genre de choses.

Tout ça pour dire qu’il y a encore du chemin, même si clairement ça avance, et ne serait-ce qu’en littérature jeunesse. Je suis ravie de voir de plus en plus de thématiques lgbt évoquées, et très contente par exemple de découvrir un personnage transgenre dans les 5/5, un roman d’aventures dont la transidentité n’est pas le sujet principal. La représentation se fait plus présente et c’est chouette, mais justement, je n’ai pas envie de relâcher mon attention, j’ai envie de garder l’esprit critique, et ne pas me contenter de miettes. C’est aussi pour ça que j’apprécie des autrices et auteurs ouvertement lgbt, et que j’ai envie de lire de plus en plus de livres, quels qu’ils soient (roman, littérature ou album jeunesse, BD…) et traitant de différents sujets. On veut de l’interesectionnalité, on veut des personnages complexes, on veut de l’aventure, de l’humour, de la tranche de vie, de la science-fiction ou que sais-je encore, mais de la diversité !