Archives mensuelles : juillet 2018

Leah à contretemps, de Becky Albertalli

CVT_Leah-a-Contretemps_9023Alors que Love, Simon (adaptation de Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens) est actuellement dans les salles, une sorte de suite ou plutôt de spin-off, est sorti dans les librairies. On se concentre donc ici sur le personnage de Leah, qui fait partie de l’entourage de Simon.

Je n’avais pas spécialement accroché à Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens, j’ai donc été un chouïa surprise de l’engouement autour du livre (qui certes reste sympathique) et du fait qu’il y ait une adaptation ciné. Et puis, j’ai lu Mes hauts, mes bas et mes coups de cœur en série, et j’ai été plus facilement séduite, peut-être que c’est une question de timing de lecture, je ne sais pas. En tout cas, je me suis laissée emporter avec plaisir dans ce roman feel-good qui abordait pas mal de sujets l’air de rien.

 

J’étais donc à la fois curieuse et sceptique avec ce nouveau roman, allais-je accrocher ou non ? Et bien… Pas plus que ça, il faut bien l’avouer. Même si on rentre dedans trèèèès facilement, et pour cause, on retrouve plein de personnages qu’on connait déjà. Mais pour la suite… J’ai eu l’impression d’assister à du fan service. On retrouve non seulement Simon (qui file le parfait amour avec son petit copain), et toute sa clique, mais il est aussi fait référence aux personnages de Mes hauts, mes bas et mes coups de cœur en série. Côté histoire par contre, j’ai trouvé ça plus que léger, d’autant que la fin est totalement prévisible. Donc passer plus de 200 pages sur les atermoiements d’une adolescente face à ses sentiments pour une autre, ça va bien 5 minutes, mais ça finit par devenir longuet quoi ! D’autant que le personnage de Leah n’est pas spécialement attachant, et même si au début ça ne me choquait pas, à force j’ai trouvé ça assez lourd. Elle est certes mal dans sa peau, mais du coup on a l’impression qu’elle en veut à la terre entière (y compris et surtout à sa mère, qui fait pourtant tout pour l’aider).

Je ne dirai pas que c’est un mauvais roman, et les amateurs des autres livres de Becky Albertalli seront sans doute contents de renouer avec certains personnages, mais ça reste très superficiel et peu original.

Côté représentation par contre, il y a pas mal de positif. On a donc un personnage bisexuel (Leah n’a fait son coming-out qu’à sa mère, mais elle se définit clairement), un personnage qui se cherche, des personnages gays qui s’assument, un personnage gros, des personnages racisés, et il est question de racisme, de biphobie. On évoque aussi très rapidement l’homoparentalité puisqu’il est question des deux mamans des personnages de Mes hauts, mes bas et mes coups de cœur en série. Et très très rapidement, on a également un personnage non binaire. Là pour le coup, c’est tellement rare que je trouve ça bien que ce soit représenté. Mais… Cela  me laisse un petit goût de pas assez. Le personnage ne fait que passer, et on ne s’attarde pas dessus (au moment d’une soirée qui a l’air mémorable, donc ça aurait pu être développé un peu plus je pense). C’est tellement anecdotique, que ça me fait me poser des questions pour un éventuel autre roman où cette fois ce serait Leah le personnage secondaire, et cette personne non binaire au centre du récit, mais bon, je dois me faire des films.

Publicités

Chroniques d’une citoyenne (ordinaire) engagée, de Muriel Douru

COUV-CHRONIQUES-DUNE-CITOYENNE-ENGAGEE-600x800J’entends de plus en plus parler de Muriel Douru ces temps-ci, même si j’ai repéré son nom depuis longtemps, notamment du côté rayon jeunesse autour de l’homoparentalité (elle a été pionnière sur le sujet, et de belle façon, contrairement à d’autres véhiculant pas mal de clichés, Jean a deux mamans par exemple, pour ne pas le nommer). Les articles de son blog sont régulièrement relayés sur le Huffington post et sur Mr Mondialisation, et récemment, elle a reçu le Out d’or du dessin engagé. Ah et elle était également dans un épisode de La Poudre, en compagnie d’autres dessinatrices : Cy, Diglee, Maeril et Nicholle Kobi. Si vous ne connaissez pas ce podcast, je ne peux que vous encourager à aller y jeter une oreille, Lauren Bastide y invite des femmes à partager une longue conversation, et c’est toujours passionnant.

Bon alors, pour commencer, il est temps de faire un petit mea culpa. En effet, j’avais lu sa précédente BD, Beyond the lipstick, et en relisant ma chronique, je me suis rendu compte que c’était hyper jugeant et je n’aime pas ça du tout ! Et dès les premières pages de Chroniques d’une citoyenne ordinaire engagée, Muriel Douru dénonce les clichés autour des BD dites « girly », et elle a bien raison ! Je n’ai aucune excuse en plus, puisque j’ai écrit quelques temps plus tard Une chronique du sexisme ordinaire, où je reproche ces mêmes clichés… Alors que j’ai lu Les culottées de Pénéloppe Bagieu, et j’apprécie de retrouver Diglee qui illustre Libres Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels, d’Ovidie, ou encore le roman jeunesse La Sirène et la Licorne.

Bref, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, et je me suis plongée dans Chroniques d’une citoyenne ordinaire engagée avec grand plaisir, puisque qu’il traite de beaucoup de thématiques qui me sont chères : l’écologie, le végétarisme, l’avenir du monde, le féminisme, la maltraitance des animaux, les différentes formes de famille, la PMA, les attentats… Beaucoup de sujets forts, traités de façon documentée et engagée. J’ai aussi aimé la forme, assez variée au niveau du dessin, la variété des sujets et le fait que le point de vue des enfants, que ce soit celui de sa propre fille, ou d’autres (lors d’une intervention dans une classe de primaire notamment) soit intégré de temps en temps est intéressant et plutôt chouette.

En somme, une BD qui fait réfléchir sur notre avenir plus qu’incertain, donne des pistes d’actions, de lectures ou même de visionnage (qui aurait cru que Candy était plus féministe que les dessins animés d’aujourd’hui ?!).

Les maux bleus, de Christine Féret-Fleury

maux bleusArmelle a 16 ans. Elle s’est rendu compte de son attirance pour les filles à l’âge de 13 ans, âge où elle a tenté de démêler ses questionnements, toute seule, dans son journal. Armelle aime la littérature, les mots, et est plutôt une âme solitaire.

Le roman commence par des mots violents : « Sale gouine », que l’héroïne se prend en pleine figure. C’est le début d’un harcèlement que ses camarades vont lui infliger heure après heure, jour après jour. En essayant de faire son coming-out à ses parents, Armelle se prend une claque supplémentaire, lorsqu’ils lui annoncent qu’ils vont aller manifester, avec la Manif pour tous, et qu’elle va les accompagner. La jeune fille, qui se sent rejetée dans son identité par absolument tout le monde, va craquer lors de cette manifestation, et faire comprendre à ses parents qu’elle est du côté des personnes contre lesquelles ils manifestent. Et malheureusement, ils vont très mal réagir, et la mettre à la porte.

Vous l’aurez compris, le sujet est assez dur. Le roman traite d’homophobie, que ce soit sous forme de rejet, de harcèlement, d’homophobie intériorisée, ou même plus subtile et sournoise du type « c’est seulement une phase ». Quand j’ai vu ça, je me suis dit enfin, on parle de ces enfants et ados, qui sont allés manifester avec leurs parents avec la Manif pour tous, alors qu’ils sont eux-mêmes LGBT ! Et aussi des enfants virés de chez eux, je ne suis pas sûre d’avoir vu souvent cette thématique dans des romans pour ados.

Pour moi, c’est donc un roman important, qui parle de la construction et de l’émancipation (dans tous les sens du terme) d’une jeune fille à partir de cet évènement traumatique. Armelle va trouver refuge chez des personnes qui vont l’aider à s’accepter, et le roman va alors prendre des petits airs de Faking it (série mignonne et sympa, pour celles et ceux qui ne connaissent pas).

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, et je mets juste un petit bémol au niveau de la cohérence. Bémol qui m’embête un peu parce que ça a pu me faire sortir d’un récit, dans lequel j’étais entièrement plongée, dans un livre qui parle de sujets importants. Par exemple, parler d’un film de 2017 alors qu’on est en pleine Manif pour tous, ou la rapidité avec laquelle Armelle trouve une solution et sans que les services sociaux n’interviennent. C’est du détail, et je pense que pour un œil adolescent, ça passera à la trappe. Ça ne m’a en tout cas pas empêchée de dévorer ce roman, et d’être touchée et émue par le chemin d’Armelle.

HAN_ComedyCOMAU-TourSQUARE-500x500-730x730Je fais une petite parenthèse puisqu’on parle d’homophobie. J’ai récemment vu le spectacle Nanette, d’Hannah Gadsby, et ça a été une claque énorme (rien que d’y penser, j’en suis à nouveau tourneboulée). Il est disponible sur Netflix, et je ne peux que vous le recommander. Petite précision avant toute chose, il s’agit certes de stand-up, mais même s’il y a des passages drôles, ne vous attendez pas à du « Youpi tralala, on va bien se marrer ». Non non non… Par contre, on va réfléchir et se prendre du lourd en pleine face, là où ça fait mal.

Hannah Gadsby parle du fait de grandir en Tasmanie, pays où l’homosexualité n’a été décriminalisé qu’en 1997, et parle donc d’homosexualité, d’homophobie, du genre, de misogynie, des violences faites aux femmes, mais aussi d’arts, de sensibilité, d’antidépresseurs… Et c’est juste, fort, émouvant, et d’utilité publique.

La Sirène et la Licorne, d’Erin Mosta

sirèneC’est l’été et le temps des amours estivales, le moment d’emporter un chouette roman sous le bras pour ses vacances.

Une fois n’est pas coutume, une belle couverture ça donne toujours envie. Et celle de Diglee n’échappe pas à la règle, c’est ce qui m’a en premier attirée vers ce roman, que je n’arrêtais pas de voir passer sur le web et les réseaux sociaux. En plus, on me promet une romance entre deux filles, forcément ça m’intéresse ! Que demander de plus ? Des chats peut-être ? Il y en a ! (Oui, je suis une gouine à chats, végétarienne de surcroit, j’assume !)

Bon, à part ça, La Sirène et la Licorne, de quoi ça cause ? Lili a 17 ans, un gros chat qui n’aime personne sauf elle, des cheveux arc-en-ciel, une passion pour les vieux films fantastiques, le maquillage (très coloré et pailleté, de préférence), les effets spéciaux « maison ». De nature peu sociable, elle a un seul ami, Rayan, un mec « quasi normal ». Suite à une vague de harcèlement et de cyber-harcèlement contre elle, la mère de Lili l’envoie chez sa tante (qu’elle connait peu) pour l’été, en Charente, sur la Côte sauvage.

Lili arrive donc dans un coin plutôt perdu (et bien différent de sa banlieue parisienne) et retrouve sa tante dans une vieille ferme qu’elle est en train de retaper. On comprend vite que cette dernière est un personnage un peu mystérieux pour Lili, d’autant plus qu’elle a l’air de vouloir garder certains secrets. La communication n’a pas l’air d’être une chose évidente dans la famille, ce qui peut expliquer les difficultés de Lili à exprimer ce qu’elle ressent.

Lili fait rapidement la rencontre d’une jeune fille qui vit à côté, Cris (qu’elle prend d’abord pour un garçon), propriétaire d’un petit chat blanc à trois pattes, venu s’égarer dans un buisson d’épines de la ferme.

Cris est l’opposée de Lili, elle semble fragile et timide, elle est sportive, et manifestement ancienne championne de voile. Mais tout comme Lili, elle semble avoir vécu des choses difficiles récemment. Les deux jeunes filles vont sympathiser, et s’attacher l’une à l’autre, chacune gardant ses fêlures et traumatismes pour elles, qui vont bien évidemment les rattraper.

Franchement, leur histoire est toute mignonne. Lili, la narratrice, est hyper attachante. Le récit est aussi suffisamment prenant pour nous entraîner dans les mystères de Cris et de la tante de Lili. Ça se lit tout seul, et ça donne le sourire. C’est frais, c’est joli, c’est touchant. Aucune raison de ne pas le lire en somme.

La volte, de Yann Fastier

la volteQuand j’ai vu passer La volte sur un fil twitter, j’ai tout de suite eu envie de le lire. Je ne sais pas trop pourquoi, le côté fantasy, la romance entre deux filles, les éditions Talents Hauts, tout ça me parlait bien…

La volte est un roman pour ados, j’en lis un certain nombre comme vous avez pu vous en rendre compte ici, mais certains sont plus facilement tous publics que d’autres. Peut-être que c’est lié au fait que je sois en pleine relecture de L’assassin royal, et donc j’ai un univers et des personnages assez riches plein la tête, mais j’ai eu du mal à adhérer.

Tout commence en classe, Ana Luisa, dite Mink,  jeune fille un peu garçon manqué voit arriver une nouvelle dans sa classe. Mais Dotchin n’est pas n’importe qui, c’est une princesse héritière d’un royaume éloigné, et son arrivée avec son titre et son épée font forte impression. Les deux filles vont rapidement se lier d’amitié, avec une attirance assez évidente de la part de Mink pour la princesse.

La princesse a été envoyée dans cette école  à cause d’un jeu de pouvoir avec son oncle, qui souhaiterait diriger le royaume par le biais du frère jumeau de Dotchin, un peu simple d’esprit.  Elle est poursuivie et sans doute en danger de mort, et décide donc puisqu’elle a 18 ans, de retourner à Gurban et d’aller réclamer le trône. Mink lui offre son aide, et elles vont partir  toutes les deux, au péril de leur vie, constamment traquées.

Pour ce qui est des points positifs, les deux héroïnes sont assez cools, aventurières et pleines de ressources. Et les sentiments de Mink pour Dotchin ne sont jamais montrés comme quelque chose d’inhabituel ou qui pourrait poser question.

Pour le reste… La volte est un roman de fantasy et d’aventures, donc pourquoi pas, mais la fin, mon dieu la fin ! Déjà, ce qui est du dénouement, j’ai trouvé ça franchement rapide. On passe du temps à accompagner nos héroïnes dans le désert et tout d’un coup, on a un twist et tout est expliqué en un coup de cuillère à pot (oui, j’aime et j’assume cette expression). Ça va trop vite et les conséquences sont à peine développées.

Mais la toute fin… De quoi s’arracher les cheveux, je dis non ! Et je ne peux même pas vous dire pourquoi sans salement spoiler. Enfin, je veux bien admettre que l’amour rend aveugle, surtout à cet âge-là mais ça n’excuse clairement pas tout. Et rien que pour ça, ce n’est pas un livre que je pourrai conseiller.