Bibliothèque biblioqueer

Bande dessinée

a la faveurA la faveur de la nuit, Jimmy Beaulieu, éd. Les impressions nouvelles, 2010. Lesbien

Dans un motel perdu quelque part sur les routes du Québec, Béatrice et Véronique attendent Léonce. Il se fait tard. Pour passer le temps, elles se racontent des histoires. Des histoires à faire peur, des histoires à s’émoustiller, mais surtout des histoires étranges. La nuit devient une promenade dans les aires de recoupement entre incongruités du quotidien et banalités de l’imaginaire.

alice_au_pays_du_reel_couvAlice au pays du réel, Isabel Franc et Susanna Martin, éd. Vertige graphic, 2016. Lesbien

Alice ne vit pas au « Pays des merveilles ».
Elle a vécu une expérience qui est commune à beaucoup des femmes : un cancer du sein. Cependant grâce à son esprit combatif, inconséquent et positif, elle a su retourner la situation.
Ni le périple de la maladie, ni les lourds traitements médicaux subis n’ont eu raison de son sens de l’humour. La protagoniste de cette histoire raconte son aventure en partant d’un principe très clair : la vie après le cancer ne sera plus la même, mais cela ne change rien…

allo drAllô Dr Laura Mémoires graphiques, Nicole-J. Georges, éd. Cambourakis, 2015. Lesbien

«L’homme que vous pensez être votre père est peut-être mort… Mais votre père est bien vivant.» Troublée par les paroles d’une chiromancienne, Nicole J. Georges replonge dans son enfance, affrontant les zones d’ombre d’une destinée familiale chaotique. Chronique sensible d’une jeunesse dans le Portland bohême des années 2000, Allô, dr Laura ? dévoile au fil de ses pages une courageuse et bouleversante quête de vérité.

9782849532676_1_75L’année de la chèvre. Bernadette, Vanyda et François Duprat, éd. La boîte à bulles, 2016. Lesbien

Installée dans une routine qui semble lui convenir, Bernadette – celle que Franck avait rencontré 15 ans plus tôt dans L’Année du Dragon – a maintenant 36 ans. Mariée et mère de deux enfants, elle mène une vie rythmée par sa famille et son travail d’enseignante, sans se douter que l’année qui débute marquera un tournant décisif.

Appelez-moi-NathanAppelez-moi Nathan, Catherine Castro et Quentin Zuttion, éd. Payot, 2018. Trans

Nathan est né Lila, dans un corps de fille. Un corps qui ne lui a jamais convenu, il décide alors de corriger cette « erreur génétique » avec le soutien indéfectible de sa famille, ses amis, ses profs et, à seize ans, des injections de testostérone de 0,8 mg par mois. Quitte à devenir quelqu’un, autant que ce soit vous-même.

ayaAya de Yopougon, Marguerite Abouet, Clément Oubrerie, série en 6 tomes, éd. Bayou, 2005-2010, 2 intégrales en 2016. Gay

Côte d’Ivoire, fin des années 1970. Aya, dix-neuf ans, vit à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan rebaptisé Yop City, «pour faire comme dans les films américains». Aya a décidé de devenir médecin et d’éviter la fameuse «série C»: Couture, Coiffure et Chasse au mari. Ses amies Bintou et Adjoua, elles, s’y voient déjà et ne pensent qu’à déjouer l’attention paternelle pour passer leurs soirées au Ça va chauffer et leurs nuits à «l’hôtel aux mille étoiles»… Avec une voix et un humour inédits, Aya raconte une Afrique bien vivante, loin des clichés.

imagesBeyond the lipstick Chroniques d’un coming out, Muriel Douru, éd. Marabout, coll. Marabulles, 2016. Lesbien

Illustratrice, blogueuse, coquette, écolo, végétarienne, lesbienne, maman, engagée… Autant d’étiquettes différentes qui collent à la peau de Muriel Douru, mais qui, quoi qu’en disent la société, ses codes et ses lois, peuvent coexister sans problème ! A partir de son expérience personnelle, des témoignages de son entourage, Muriel Douru dénonce les clichés qui tendent à faire croire que les lesbiennes sont toutes des garçons manqués, ou que les féministes n’aiment pas les hommes ; elle dénonce les actes homophobes, gratuits et liberticides qui pourrissent le quotidien de beaucoup, elle s’insurge contre le décalage existant entre les idées et la réalité, notamment en terme de PMA, et bien d’autres choses encore.

bienvenue maraisBienvenue dans le Marais, Hugues Barthe, éd. Hachette, 2008. Gay

Hugo est un homo, il a 20 ans, il habite encore chez ses parents, et il s’ennuie. Tout change lorsqu’il débarque à Paris où son cousin Manu, pilier de la nuit gay, l’accueille dans son studio du Marais. Drague aux terrasses des cafés, saunas, backrooms, fêtes privées… Le petit provincial timide et romantique va-t-il se laisser emporter par la folie du quartier ? Le héros de Dans la peau d’un jeune homo a grandi. Hier, il nous faisait vivre son coming out. Aujourd’hui, il nous ouvre les portes du  » paradis  » homosexuel.

105635_cLe bleu est une couleur chaude, Julie Maroh, éd. Glénat, 2010. Lesbien

« Mon ange de bleu, Bleu du ciel, Bleu des rivières, Source de vie… ». La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir. Elle lui permettra d’affronter enfin le regard des autres. Un récit tendre et sensible.

cadavre exquisCadavre exquis, Pénélope Bagieu, éd. Gallimard, coll. Bayou, 2010, rééd. Folio, 2011. Lesbien

Zoé a un boulot pas drôle : elle est hôtesse d’accueil dans les salons de l’automobile ou du fromage et doit faire bonne figure, debout toute la journée avec des chaussures qui font mal aux pieds. Le jour où elle rencontre Thomas Rocher, écrivain à succès, la vie semble enfin lui sourire. Mais pourquoi Thomas ne sort-il jamais de son grand appartement parisien? L’amour peut-il vivre en huis clos ? Et quel est dans cette histoire le rôle d’Agathe, la belle, froide et machiavélique éditrice de l’écrivain ?

une-case-en-moins-la-depression-michel-ange-et-moiUne case en moins La dépression, Michel-Ange & moi, Ellen Forney, éd. Delcourt, coll. Outsider, 2013. Bi/pan

A l’âge de trente ans, Ellen Forney apprend qu’elle est bipolaire. La dessinatrice enchaîne les périodes d’euphorie créatrice et les longs moments de dépression. Au début, Ellen est plutôt contente : elle va enfin pouvoir rejoindre le club des artistes fous, de Van Gogh à Michel-Ange. Las, elle déchante rapidement. Heureusement, Ellen va s’en sortir, grâce notamment à la pratique de son art. Une case en moins est le récit de cette guérison, entre les séances de psychothérapie, l’introspection et l’exercice de la bande dessinée.

501 CES JOURS QUI DISPARAISSENT[BD].inddCes jours qui disparaissent, Timothé Le Boucher, éd. Glénat, coll. 1000 Feuilles, 2017. Gay, non binaire

Que feriez-vous si d’un coup vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir. Pour organiser cette cohabitation corporelle et temporelle, Lubin se met en tête de communiquer avec son « autre », par caméra interposée. Mais petit à petit, l’alter ego prend le dessus et possède le corps de Lubin de plus en plus longtemps, ce dernier s’évaporant progressivement dans le temps… Qui sait combien de jours il lui reste à vivre avant de disparaître totalement ?

chromatopsieChromatopsie, Quentin Zuttion, éd. Lapin, 2018. LGBT

Des corps en transition, qui se libèrent de ce qui les oppresse. Chaque personnage est en quête d’un renouveau, d’une identité, d’amour…Ils s’affirment ou s’enferment, consciemment ou non, pour s’accepter et vivre libres. Ils muent, au sens propre comme au figuré. Ils s’observent et s’analysent sous toutes les coutures, s’imposent et se dissèquent pour se comprendre et comprendre leur monde.

COUV-CHRONIQUES-DUNE-CITOYENNE-ENGAGEE-600x800Chroniques d’une citoyenne ordinaire engagée, Muriel Douru, éd. Hugo et Compagnie, 2017. Lesbien, homoparentalité

Avec ses chroniques, Muriel Douru pose un regard lucide sur notre société. Cette femme moderne, engagée, citoyenne, végétarienne, écolo, mère de famille, décortique l’actualité sans concessions. Elle dénonce les injustices et la société bien-pensante, dézingue sans relâche les clichés et nous interpelle : « Allons-nous garder encore longtemps la tête dans le sable ? », malgré les cataclysmes écologiques et politiques annoncés ? Chaque chronique est le miroir de notre société, entre éclats de rire et larmes.
Son objectif : nous faire réagir. Alors, pari réussi ? A vos consciences !

Couv_164561Les chroniques mauves, collectif, éd. Catpeopleprod, 2012. Lesbien, trans

Les Chroniques Mauves racontent les histoires de vie et les aventures parallèles de femmes de plusieurs générations sur une soixantaine d’années. Ça commence en 1950, à la naissance de Christiane, « Chris », et ça se termine au moment du défilé de la Marche des Fiertés à Paris en 2011. Pendant tout ce temps, les personnages évoluent, apprennent à vivre, vieillissent, dévoilent leurs paradoxes. Les personnages se croisent, parfois sans se connaître. Les différentes générations ne se comprennent pas forcément. Les illustratrices se sont vues confier un ou plusieurs épisodes. La consigne était de suivre le scénario, bien sûr, mais de dessiner les personnages « chacune à sa manière ».

claudine écoleClaudine à l’école, d’après Colette, adaptée par Lucie Durbiano, éd. Gallimard BD, coll. Fétiche,  2018. Lesbien, bi/pan

Cette année qui débute doit se conclure avec les épreuves du brevet, mais les études ennuient profondément Claudine qui préfère jouer des tours à ses camarades et se mêler des affaires des grandes personnes. Du haut de ses quinze ans, cette jeune fille vive, un brin effrontée, déstabilise le petit monde qui l’entoure. Si certains hommes commencent à la courtiser franchement, elle, de son côté, s’éprend de la nouvelle institutrice. Dès lors, l’école de jeunes filles du village devient le théâtre d’une comédie de mœurs tendre et piquante aux accents vaudevillesques.

collaborationHorizontaleCollaboration horizontale, Navie et Carole Maurel, éd. Delcourt, coll. Mirages, 2017. Lesbien

1942, Paris, Passage de la Bonne Graine. Rose, pour sauver son amie juive, Sarah, décide d’intervenir auprès de l’officier chargé de l’enquête, Mark. Rose est mariée à un prisonnier de guerre, avec qui elle a un enfant. Pourtant elle va se lancer dans une passion avec cet Allemand qui va lui révéler la femme qu’elle est. « Collaboration Horizontale », c’est l’histoire d’un amour interdit, d’une communauté de femmes solidaires, du quotidien d’un immeuble sous l’occupation…
Entre héroïsme et trahison, il n’y a qu’un pas, souvent dangereux.

corps_et_ame_pdf_hd_0Corps et âme, Walter Hill, Jef, Matz, éd. Rue de Sèvres, 2016. Trans

Frank Kitchen, redoutable tueur à gages réputé pour son efficacité et sa discrétion, tombe dans un piège et se retrouve dans une situation totalement inédite. La pire des vengeances n’est peut-être pas dans la mort…

9782756024615Comédie sentimentale pornographique, Jimmy Beaulieu, éd. Delcourt, coll. Shampooing, 2011. Lesbien

Entre Corrine et Louis, tout commence de façon très conventionnelle. Pourtant, très vite, Corrine prône l’amour libre. Louis, quant à lui, plonge en pleine crise existentielle. En parallèle, l’écrivain Martin G soigne ses chagrins d’amour en se lançant dans l’écriture pornographique. Pour Corrine, Louis, Martin et les autres, la vie est un jeu mais derrière cette impression de légèreté chacun est en quête de sens.

commandoCommando culotte Les dessous du genre et de la pop culture, Mirion Malle, éd. Ankama, coll. Label 619, 2016. Féminisme

Game of Thrones, Legally Blonde, Sixteen Candles… Quelles places ont les femmes dans les blockbusters et les séries télé ? Quel est l’impact sur notre société ? Voilà les questions auxquelles répond Commando culotte avec pédagogie mais aussi humour et légèreté, alternant critiques et déconstruction de mythes sexistes comme « les filles n’ont pas d’humour », « la friendzone », « le maquillage c’est nul et c’est pour les filles ; les flingues c’est cool et c’est pour les garçons », et bien d’autres.

Un recueil composé de notes extraites du blog Commando Culotte, et de 7 chapitres inédits !

9782344012635-LCorps sonores, Julie Maroh, éd. Glénat, 2017. Lesbien, bi/pan, trans

À Montréal, comme partout ailleurs, les couples se font et se défont. Les individus s’attirent, se repoussent, dans une perpétuelle valse des corps. Dans cette même ville s’entrecroisent des destins à la fois différents et semblables, liés par ce sentiment indescriptible : l’amour. Cette inconnue à laquelle même la science ne peut donner d’explication, ce concept qui nourrit l’imaginaire des artistes depuis toujours, est au cœur du nouveau roman graphique de Julie Maroh.

À travers vingt et une nouvelles de bande dessinée, sur 300 pages, l’auteure retrace les différentes étapes d’une relation amoureuse : les premiers flirts, les rendez-vous manqués, la vie sous le même toit, la rupture… Interrogeant les émotions, convoquant les sens, elle décrit les parcours de personnages criants de vérité. Loin des supposées « normes » de genre et des stéréotypes physiques ou raciaux, leurs corps, dans leur diversité, sont les nôtres. Avec eux, nous partageons l’excitation, les doutes, la tristesse, la joie, la honte, la colère. Comme eux, nous aimons.

51bbhvxljrlDans la peau d’un jeune homo, Hugues Barthe, éd. Hachette, 2007. Gay

Hugo est un adolescent presque comme les autres, mais il préfère la compagnie des filles à celle de ses copains. Il ne se sent pas  » folle-dingue  » mais se retourne sur les garçons. Hugo a 14 ans et il se demande s’il est gay. Doit-il en parler à sa mère ? à sa grand-mère ? à sa meilleure amie ? à la France entière dans une émission télé ? Doit-il tenter une expérience avec un garçon ? ou espérer que ses penchants lui passent ? Découvrir et assumer son homosexualité est une aventure extraordinaire… et périlleuse. Hugues Barthe nous la raconte en se souvenant de sa propre adolescence.

DIEU N'AIME PAS PAPA C1C4.inddDieu n’aime pas papa, Davy Mourier et Camille Moog, éd. Delcourt, 2016. Gay

Un petit garçon questionne l’éducation religieuse que lui impose sa mère pour comprendre l’absence de son père. Une fiction drôle et émouvante sur la société moderne, la religion et la tolérance. Tao, 8 ans, vit seul avec sa maman. Souvent, pendant qu’elle se cache pour pleurer, le petit garçon s’ennuie. Alors il dessine la Bible dans son cahier, parce que sa mère dit que « toute la vérité et toutes les réponses y sont ». Sauf que Tao n’y trouve pas la réponse à l’absence de son père ni pourquoi sa maman lui dit que Dieu ne l’aime pas. Lui, il l’aime, son papa… Et s’ils avaient tort ?

 

Dora, Ignacio Minaverry, série en 3 tomes, éd. L’agrume, 2012-2017. Lesbien

Allemagne, 1960. Dora, jeune juive dont le père est mort en camp de concentration, travaille comme archiviste au Berlin Document Center. Confrontée à l’horreur des crimes nazis, elle entreprend sa propre enquête. Elle s’installe en France, se lie à un groupe de jeunes communistes de Bobigny, puis fait la connaissance d’un espion qui lui propose de partir en Argentine sur les traces de Mengele, le terrible médecin d’Auschwitz…

Couv_299621Écumes, Ingrid Chabbert et Carole Maurel, éd. Steinkis, 2017. Lesbien

Elles s’aiment et après des années d’attente, d’espoir et de désespoir, un bébé est annoncé. Mais la grossesse est compliquée et le pire arrive. Elles vont devoir se reconstruire et lutter contre la douleur. L’amour, l’évasion sur les terres de leur enfant disparu et les carnets qui se remplissent vont les aider à sortir la tête hors de l’eau, loin des écumes…

 

L’enterrement de mes ex, Gauthier, éd. 6 pieds sous terre, 2015. Lesbien

L’histoire de Charlotte commence à l’école primaire, un dessin animé qui passe à l’heure du goûter l’interpelle. Déjà quelque chose ne va pas dans sa vie. A l’école, celle-ci se sent différente des autres copines de son âge. Des amitiés se tissent et des sentiments avec elles. Charlotte ne comprend pas ses nouveaux sentiments qui émergent. Les années passent et portent avec elles toujours les mêmes incompréhensions.
Les choses ne tournent pas rond dans sa tête, amour, amitié, tout se mélange. Sa première histoire d’amour avec Sophie la bouleverse, elle ne sait pas que c’est aussi sa première déception sentimentale. Puis les histoires de coeur vont s’enchaîner. C’est avec Sandrine qu’elle se rendra compte que l’amour pour elle porte un nom : homosexualité. Dès lors elle découvrira un monde qu’elle ignorait complètement, l’incompréhension de ses parents, l’arrogance des gens, le rejet par ses amis.

L’essentiel des gouines à suivre, série en 2 tomes, Alison Bechdel, éd. Même pas mal, 2016-2018. Lesbien, LGBT

L’auteure de Fun Home et de C’est toi, ma maman ? a réalisé entre 1983 et 2008 plus de 500 strips mettant en scène une pléiade de personnages (dont elle-même) et traitant, entre autres, du thème de l’homosexualité féminine. Alison Bechdel, plébiscitée dans le monde entier pour la qualité de son écriture et récompensée par de nombreux prix, y dépeint tout un pan de la contre-culture américaine de ces trente dernières années en mixant humour, révolte, réflexion et émotion.
Réunies aux États-Unis sous le nom Dykes to Watch Out for, ces bandes dessinées devenues cultes (vous ne connaissez pas le « Test de Bechdel » ?) se voient enfin traduites en français dans leur intégralité.

Esthétique et filatures, Lisa Mandel et Tanxxx, éd. KSTR, 2008. Lesbien

Sexe, humour noir et transgression à tous les étages : dans un noir et blanc acide qui évoque les plus grands auteurs américains, Tanxxx interprète avec brio un scénario ravageur signé Lisa Mandel. Décapant de la première à la dernière planche !

favoriteLa favorite, Matthias Lehmann, éd. Actes Sud, 2015. Genre, travestissement

Une petite orpheline grandit dans un château, aux côtés de ses grands-parents……

(Le résumé est court mais attention aux spoilers !)

féministesFéministes – Récits militants sur la cause des femmes, collectif, éd. Vide cocagne, 2018. Féminisme, trans

« Dans une logique éditoriale entamée il y a quelques années avec nos recueils de témoignages Les Désobéisseurs (2013), puis Hôpital Public (2016), nous avons voulu proposer une réflexion autour de la réflexion féministe, particulièrement d’actualité aujourd’hui où l’égalité homme/femme, toujours pas acquise, est particulièrement attaquée. Nous avons choisi pour se faire de mettre en BD un certain nombre de témoignages, parlant des femmes aujourd’hui.
Nous avons donc proposé à Marie Gloris Bardiaux Vaïente, autrice et membre du « Collectif des Créatrices de BD contre le sexisme », d’en devenir rédactrice en chef. Elle a réuni autour d’elle une équipe d’autrices avec le souci d’aborder des sujets variés, graves, inconnus, autour de leurs vies de femme, d’autrices BD ou de questions plus larges autour de la condition féminine : harcèlement de rue, clichés sexistes, intersectionnalité, langage inclusif, transsexualité, prostitution…
Comme pour nos autres recueils, ce livre ne se veut pas exhaustif mais ouvert, il a pour objectif de faire débat, d’ouvrir les yeux, de poser des questions, avec l’espoir d’être une pierre de plus à la lutte pour l’égalité homme/femme ».

Fun home, Alison Bechdel, éd. Denoël, coll. Denoël graphic, 2006. Lesbien, gay

Secrets de famille, déchirures cachées, enfance gothique, anxiétés sexuelles et grande littérature.. Une autobiographie familiale à l’humour sombre et à la lucidité éblouissante…
Bruce Bechdel enseigne l’anglais dans une petite ville de Pennsylvanie tout en dirigeant le «Fun Home», le salon funéraire familial. Sa sensibilité, sa passion des livres, son raffinement s’expriment tant dans l’embaumement des corps que dans la restauration obsessionnelle de sa maison et la dictature esthétique à laquelle il soumet sa femme et ses trois enfants. La jeunesse d’Alison, sa fille, est envahie par l’ombre de ce père aux secrets brûlants, ogre des sentiments à la fois distant et infiniment proche. Elle découvre en même temps sa propre homosexualité et celle, soigneusement cachée, de ce tyran charmant, inconséquent et tourmenté, dont la mort brutale à 44 ans a tout d’un suicide.
Dépassant de loin sa fonction d’exorcisme personnel, cette plongée vertigineuse dans les non-dits d’une famille américaine est le prétexte à revisiter l’une des plus grandes révolutions du XXe siècle – celle des genres sexuels.

fun home

C’est toi ma maman, Alison Bechdel, éd. Denoël, coll. Denoël graphic, 2013. Lesbien

Fun Home, chef-d’œuvre d’introspection familiale, élargissait le territoire du roman graphique. Avec cette nouvelle plongée dans l’alchimie fondatrice des êtres, de leur conscience, de leur sexualité, Alison Bechdel apporte une profondeur inconnue. Son père était le sujet du premier livre. Cette fois, elle tourne le scanner ravageur de sa lucidité et de son humour vers sa maman : lectrice vorace, mélomane invétérée, ardente actrice amateur. Mais aussi, épouse infortunée d’un gay du placard, mère dont les aspirations artistiques ont bouleversé l’existence de sa fille, mais qui a cessé de la toucher et de l’embrasser à l’âge de sept ans.
Là où James Joyce et Proust étaient les anges tutélaires du premier livre, ce sont les figures de Virginia Woolf, du pédopsychiatre Donald Winnicott et de l’extraordinaire auteur pour enfants D. Seuss, qui illuminent cette traversée des gouffres mère-fille, prétexte pour Bechdel à revisiter les replis d’une enfance singulière, les tourments d’une artiste à la poursuite de la vérité et les errements d’une vie amoureuse de serial-monogame.

Garcon_ManqueGarçon manqué, Liz Prince, éd. Ça et là, 2014. Genre

Dans son enfance, Liz Prince n’était pas comme les filles de son voisinage : elle détestait les robes, portait toujours une casquette et préférait jouer à SOS Fantômes plutôt qu’à la princesse. Mais elle n’était pas un garçon pour autant. Elle était quelque part entre les deux, ce qui n’était pas un endroit très confortable, avec l’école, les parents, les amis et l’amour qui la tiraillaient d’un côté ou de l’autre…
Garçon manqué suit la dessinatrice Liz Prince au fil de ses jeunes années jusqu’à l’âge adulte, et explore avec humour, franchise et émotion ce que signifie « être une fille ».

Les gens normaux Paroles lesbiennes gay bi trans, collectif, éd. Casterman, coll. Ecritures, 2013. LGBT

Qu’est-ce que la normalité ? Voilà la question centrale de ce recueil de témoignages et de portraits de « gens normaux » gays, lesbiens ou transgenres.
Les Gens normaux est un recueil de dix témoignages transposés en bande dessinée et de cinq textes de références interrogeant chacun l’idée de normalité et le poids des schémas sociaux et sexuels dominants. Le projet date de 2011 et a été initié par l’association bd Boum. Le scénariste Hubert qui en assure la coordination générale, conjointement avec l’association bd Boum de Blois, Les Rendez-vous de l’Histoire, le centre LGBT de Touraine ainsi que les éditions Casterman. Côté bande dessinée, les dix interviews sont mises en scène de façon réaliste, à la manière de rencontres documentaires. Elles couvrent une variété de parcours et de modes de pensée où il est question d’orientation sexuelle, du choix de vivre en couple, d’avoir un enfant, du regard des autres, de la loi, la morale, la maladie ou des dangers parfois mortels (selon les pays) à être homosexuel… Émouvantes, poignantes, ces histoires sont mises en images par une dizaine d’auteurs. Les textes qui ponctuent ces témoignages sont signés par cinq personnalités (historien, chercheur, etc.). La préface de l’ouvrage, centrée sur la criminalisation de l’homosexualité dans le monde et les violences faites aux homosexuels, lesbiennes, transgenres est de Robert Badinter.

 

Héro(ïne)s La représentation féminine en bande dessinée, collectif, éd. Lyon BD, 2016. Féminisme

Près de 180 ans après sa naissance, la bande dessinée ne connaît encore que de très rares héroïnes. La plupart du temps, les modèles d’identification proposés aux lecteurs et lectrices sont en effet des figures masculines. Il ne s’agit pas de dire que les personnages féminins n’existent pas ou que l’imaginaire du 9e art est machiste. Mais leur représentation reste minoritaire et très souvent liée à des stéréotypes convenus les femmes ont leur place en BD… aux côtés du héros, prêtes à l’épauler ou à le soigner en cas de coup dur. Elles peuvent également constituer de très bons éléments à séduire. à sauver du danger et même parfois à instruire. Autant de situations où elles deviennent des objets passifs et non des éléments agissants. Réalisé par Lyon BD Organisation et Je Deveney, Héro(ïne)s réunit auteurs BD et doctorants, pour faire rire et réfléchir en renversant les genres et les représentations.

Justin, Gauthier, éd. Delcourt, 2016. Trans

Quand le prof de sport demande de former une équipe de filles et de garçons, Justine reste au milieu. Il sent bien qu’il n’appartient pas au genre qu’on lui a attribué mais il se persuade que tout le monde le sait, «sauf papa et maman». Au fil de sa vie d’enfant, d’ado et de jeune adulte, souvent malmené et incompris, Justine va entreprendre de vivre qui il a toujours été, c’est-à-dire Justin.

Kari, Amruta Patil, éd. Au diable Vauvert, 2008. Lesbien

Elles étaient inséparables… Jusqu’au jour où elles ont fait ensemble le grand saut. Sauvée par un filet de sécurité, Ruth quitte la ville. Sauvée par les égouts, Kari se fond dans la mêlée urbaine. Accompagnée par les voix d’Angel, de Lazarus et des filles du Crystal Palace, qui forment le chœur de sa chanson intérieure, elle sonde le cœur meurtri de Smog City, s’acoquine avec la solitude, le cloaque, le succès inopiné, la mort, et s’abandonne au souvenir de l’Autre, disparue. Illustrations sensuelles et commentaires grinçants sur la vie et l’amour: Kari donne une nouvelle identité au roman graphique made in India.

La lesbienne invisible, Océanerosemarie (aujourd’hui Océan), Sandrine Revel, éd. Delcourt, coll. Mirages, 2013. Lesbien

Océanerosemarie se sent très tôt attirée par les filles. Pourtant, personne ne la croit lesbienne. Trop féminine ! Oui, elle aime les femmes mais aussi le rouge à lèvres et les robes à fleurs. Du club de foot féminin à la boîte ultra-branchée Le Pulp, elle décrypte sous le trait malicieux de Sandrine Revel les idées reçues sur les lesbiennes… hétéros et gays en prennent aussi pour leur grade ! Jubilatoire.

Libres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels, Ovidie et Diglee, éd. Delcourt, coll. Tapas, 2017. Féminisme

Publicité, télévision, clips, blogs, magazines, applications, le sexe n’a jamais été aussi omniprésent dans notre environnement culturel. On en parle de plus en plus, mais en parle-t-on réellement mieux ?
Au lieu de nous imposer un énième guide censé faire de nous des amantes parfaites, Ovidie et Diglee nous proposent de nous foutre la paix dans ce livre drôle, déculpabilisant et décomplexant.

La ligne droite, Hubert, Marie Caillou, éd. Glénat, coll. 1000 Feuilles, 2013. Gay

Hadrien vit dans un petit village au fin fond de la Bretagne. Etouffé par sa mère castratrice et l’éducation stricte de son école religieuse, il se réfugie dans les livres. Ce tempérament solitaire, ainsi que la petitesse d’esprit de son village empêchent Hadrien de s’épanouir et de profiter de sa jeunesse. Il ne se sent pas à sa place. Malgré tout, il va commencer à fréquenter Jérémie, le bellâtre du lycée, avec lequel il partage finalement beaucoup de points communs. Cette complicité entre eux va progressivement donner naissance à des sentiments de plus en plus forts.

Après La Chair de l’araignée, Hubert retrouve le graphisme épuré et élégant de Marie Caillou pour nous livrer un nouveau one-shot poignant sur l’adolescence d’un jeune homme qui peine à avouer son homosexualité.

Luisa ici et là, Carole Maurel, éd. La boîte à bulles, 2016. Lesbien

D’un côté, il y a Luisa, 30 ans, photographe culinaire célibataire et incapable de vivre plus de quelques semaines avec un homme. De l’autre, Luisa, 15 ans, des rêves plein son sac à dos, une folle envie de trouver l’amour et de vivre de la photographie… Mais aussi des sentiments inassumés pour Lucie, sa copine lesbienne. Un jour, aussi invraisemblable que cela puisse lui paraître, la Luisa adulte voit débarquer sur le pas de sa porte l’ado qu’elle était ! Cette rencontre sera décisive pour la jeune femme car elle fera remonter à la surface des frustrations trop longtemps enfouies.
Un récit initiatique à rebours, qui entraîne le lecteur dans une quête intime de réalisation personnelle, porté par le trait joueur et les couleurs pleines de vie de Carole Maurel.

mauvais genre bdMauvais genre, Chloé Cruchaudet, éd. Delcourt, coll. Mirages, 2013. Travestissement

Paul et Louise s’aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l’enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché dans une chambre d’hôtel. Pour mettre fin à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d’identité. Désormais il se fera appeler Suzanne.
Entre confusion des genres et traumatismes de guerre, le couple va alors connaître un destin hors norme. Inspiré de faits réels, Mauvais Genre est l’étonnante histoire de Louise et de son mari travesti qui se sont aimés et déchirés dans le Paris des Années folles.

moi_non_plus_couvMoi non plus, Émilie Plateau, éd. Misma, 2015. Lesbien

Se faire larguer c’est déjà pas facile, alors se faire larguer par une perverse narcissique… Là c’est une autre histoire.
Il va en falloir à Émilie, des paquets de mouchoirs, des cigarettes, des visites chez le psy, des nuits à errer sur internet, des vidéos de chatons mignons et des vrais amis pour remonter la pente et se libérer de cette relation toxique…

Moi non plus n’est pas le récit d’une séparation amoureuse mais plutôt celui de l’après-rupture. Comment faire face à l’annonce douloureuse d’un « je te quitte » et se relever d’une relation néfaste ? C’est tout le propos du livre d’Émilie Plateau qui sous forme de journal de bord nous raconte les différentes étapes de sa reconstruction.

9782344012208-LLa nuit mange le jour, Hubert et Paul Burckel, éd. Glénat, coll. 1000 Feuilles, 2017. Gay

Jeune homme peu sûr de lui, Thomas est immédiatement séduit par la puissance physique et spirituelle de Fred. Avec ce nouvel amant, il se découvre, apprend de nouvelles choses sur sa sexualité. Mais il fait surtout la connaissance indirecte de celui qui fut son ex et modèle : Alex. Un être à la beauté surnaturelle, aussi lumineux physiquement que sombre psychiquement, dont le portrait orne les murs du loft de Fred et qui a aujourd’hui mystérieusement disparu.
Qui était Alex et pourquoi Fred était-il aussi fou de lui ? Qu’a-t-il bien pu lui arriver ? Peu à peu, Thomas va devenir obnubilé par l’image d’Alex, essayant d’élucider les mystères qui l’entourent. Des mystères qui l’effrayent et l’excitent à la fois…À travers toute la fougue de cette relation passionnelle, Hubert et Paul Burckel signent un thriller domestique haletant, moderne et original.

L’origine du monde, Liv Stromquist, éd. Rackham, 2016. Féminisme

Une certaine partie du corps de la femme, celle que Gustave Courbet a évoqué dans son tableau L’origine du monde, a suscité et continue de susciter l’intérêt un peu trop « vif » de certains représentants de la gent masculine. C’est ainsi que le Dr. Kellogs, l’inventeur des corn-flakes, a pu affirmer que la masturbation provoque le cancer de l’utérus et le Dr. Baker Brown a pu préconiser l’éradication de l’onanisme féminin par l’ablation du clitoris (la dernière a été pratiquée en 1948 !). Si le corps médical n’y va pas avec le dos de la cuillère, les philosophes ne sont pas en reste. Jean-Paul Sartre peut ainsi écrire “… le sexe féminin… est un appel d’être, comme d’ailleurs tous les trous”… Sous la plume acérée de Liv Strömquist, défile toute une galerie de personnages (pères de l’église et de la psychanalyse, pédagogues, sexologues) dont les théories et les diagnostics ont eu des conséquences dévastatrices sur la sexualité de la femme. Après avoir disséqué, dans Les sentiments du prince Charles, le mariage en tant que construction historique et sociale, Liv Strömquist lève le voile sur des siècles de répression sexuelle et fait voler en éclats toutes les idées fausses autour du sexe féminin, sans oublier d’égratigner – au passage – l’obsession de notre culture pour la sexualité binaire. Dans ce nouvel essai en bande dessinée, Liv Strömquist nous surprend encore une fois par la justesse et la clarté de son analyse, ses allées et retours effrénés entre passé et présent, ses parallèles inattendus et, surtout, son omniprésent humour au vitriol.

 

Orignal, Max de Radiguès, éd. Delcourt, coll. Shampooing, 2013. Homoparentalité, lesbien

Comme tous les jours, Joe est en retard à l’école. Comme tous les jours, Jason l’attend, redoublant de cruauté et d’ingéniosité pour le martyriser. Joe se sent seul, abandonné et préfère, plutôt que de prendre le bus scolaire, couper à travers les bois, où il n’est plus la proie mais l’observateur de la nature qui, indifférente à ses problèmes, semble suivre son cours… Jusqu’à ce que Jason décide de le suivre.

Paroles d’honneur, Leïla Slimani et Lætitia Coryn, éd. Des Arènes, 2017. Féminisme, gay, lesbien

Rabat, été 2015. Leïla Slimani fait la connaissance de Nour, une Marocaine qui lui raconte sans tabou sa sexualité et les tragédies intimes que subissent la plupart des femmes qu’elle connaît. Ce témoignage poignant, suivi d’autres rencontres à travers le pays, bouleverse la romancière franco-marocaine qui décide de mettre la parole de ces femmes à l’honneur. A travers leurs histoires personnelles, on découvre le drame de la condition sexuelle féminine au Maroc au sein d’une société hypocrite qui condamne le désir et la liberté d’aimer.
Cette BD reportage dépeint sans concession la réalité complexe d’un pays où l’islam est religion d’État et rappelle à chacun de nous l’importance du combat pour les droits fondamentaux de la femme.

princeLe prince et la couturière, de Jen Wand, éd. Akileos, 2018. Genderfluid

Le prince Sébastien cherche sa future femme, ou plutôt, ses parents lui cherchent une épouse… De son côté, Sébastien est trop occupé à garder son identité secrète à l’abri des regards indiscrets. La nuit, il revêt les tenues les plus folles et part conquérir Pans sous les atours de l’époustouflante Lady Crystallia, l’icône de mode la plus courue de toute la capitale ! Sébastien a une arme secrète : sa couturière, Francès, une des deux seules personnes à connaître son secret, et sa meilleure amie.
Mais Francès rêve de s’accomplir par elle-même, et rester au service du prince lui promet une vie dans l’ombre… pour toujours. Combien de temps Francès supportera-t-elle de vivre dans le boudoir de Sébastien en mettant ses rêves de côté ?

Princesse aime princesse, Lisa Mandel, éd. Gallimard, coll. Bayou, 2008. Lesbien

« Dans la plus haute tour du royaume, la jeune princesse Végétaline est retenue prisonnière. Heureusement, un prince… heu… une princesse, nommée Codette, fera tout pour la délivrer. Mêlant le réel et le merveilleux, l’environnement moderne et certains éléments des contes classiques, cette histoire raconte avant tout l’éveil au sentiment amoureux chez deux jeunes filles, et les obstacles qu’elles devront franchir pour pouvoir se retrouver ».

Les rêveries d’Hélène Georges, Hélène Georges, éd. Michel Lagarde, 2006. Lesbien

 » Laissez-moi ! Pancho Villa !  » s’écria Hélène Georges. – Vous regretterez votre insolence ! Tour à tour corsaire travestie, professeur de danse intransigeante ou simple baigneuse, Hélène Georges se met en scène dans des aventures sensuelles et décalées. 7 histoires courtes ou tout commence quand l’auteur ferme les yeux. Intrigues secrètes, passions torrides, exotisme garanti et péripéties entre filles délicates…

La vraie vie d’Hélène Georges, Hélène Georges, éd. Michel Lagarde, 2008. Lesbien

Rien ne se passe ! Et tout arrive! Un cabaret de province, un cheval, un mari jaloux, un pick-up Toyota, un voisin mort, un tube de Madonna… Hélène Georges regarde d’un côté, de l’autre, et présente six nouvelles qui mettent en scène des personnages réels et des histoires vraiment vécues. Un univers ordinaire tellement grossi qu’il devient parfois surréaliste. C’est « dur comme l’acier et brillant comme un diamant ».

imagesRôles de composition, Jimmy Beaulieu, éd. Vraoum, 2016. Lesbien

Noémie est comédienne. Elle va de rôle en rôle, du théâtre au cinéma, des publicités aux œuvres expérimentales, de petits cachets en espoirs déçus, en attente d’une rencontre avec le grand succès. Dans sa vie amoureuse, elle oscille aussi, tentant de concilier ses amours et la vie d’actrice. Va-t-elle rester avec sa blonde Colette ou quitter le Québec pour retrouver une belle allemande à l’autre bout du monde ? La chronique intime d’une jeune femme émancipée, parfois perdue, en recherche d’elle-même, dessinée avec sensibilité par le trait inspiré de Jimmy Beaulieu.

 

Skim, Mariko Tamaki et Jillian Tamaki, éd. Casterman, coll. Ecritures, 2008. Lesbien

Kim a 16 ans, un surnom pas vraiment flatteur, des parents dépassés et des camarades de classe un peu trop coincées. Solitaire, elle se lâche, avec une bonne dose de sarcasmes, dans son journal intime. Etats d’âme, amitiés décevantes, soirées ratées, expériences amoureuses… tout passe au crible de sa verve rafraîchissante. Commentaire acerbe et lucide sur la société contemporaine, Skim est surtout une formidable chronique de l’adolescence, d’un réalisme rigoureux et sans complaisance aucune.

Small favors, Colleen Coover, éd. La musardine, 2012, rééd. Glénat en 2018 sous le titre Les petites faveurs. Lesbien

Small Favors est un  » Girly porno comic book  » (c′est le slogan qui orne le livre dans son pays d′origine), c′est-à-dire une bande dessinée porno pour filles qui est à la fois explicite et joyeuse. Explicite : la langue est crue ou simplement ordinaire ; quand les protagonistes passent à l′action, elles nomment un chat, un chat et un gode, un gode. Joyeuse : l′ambiance qui y règne est bon enfant ; même si les scènes évoquent torture et sado-masochisme, il ne s′agit que de jeux sexuels où les coups de badine et les fessées donnent au plus du plaisir à la pelle. Et puis, il faut ajouter que le dessin de Colleen Coover est tout sauf réaliste. Son trait, une ligne claire ronde et accueillante, à la fois enfantin et adulte, rappelle aussi bien les bandes dessinées américaines de la série Archie que celles des frères Hernandez. Le style de Coover ne peut que plaire aux lecteurs européens, bercés depuis leur plus jeune âge dans ce style graphique, qui trempe l′humour et les choses de la vie dans la même marmite.

Spinning, Tillie Walden, éd. Gallimard, 2017. Lesbien

A douze ans, Tillie pratique le patinage artistique à un haut niveau. Sa vie est rythmée par des entraînements, tôt le matin et le soir après l’école. La plupart de ses week-ends sont consacrés à la compétition. En grandissant, cette vie devient de plus en plus pesante. Et il est si difficile pour elle d’assumer ouvertement son homosexualité dans une discipline sportive véritablement conservatrice.
Au fil des épreuves qu’elle traverse à la maison, à l’école ou sur la patinoire, se dessine le portrait d’une jeune adolescente qui affirme son identité et crie sa liberté.

The Summer of love, Debbie Drechsler, éd. L’Association, coll. Ciboulette, 2004. Lesbien

Comme son héroïne Lily, la californienne Debbie Drechsler a eu le privilège de passer son adolescence aux alentours de l’été 1967. À mille lieux des images d’Épinal Flower-Power, l’Auteur du très marquant Daddy’s Girl nous montre comment cette époque et cette Amérique pouvaient être vécues par une adolescente sensible et complexée. Faute d’arc-en-ciels hippies, la bichromie fânée verte et sepia conçue par l’Auteur nous rend au mieux cette atmosphère mélancolique.

album-cover-large-26944Super rainbow, Lisa Mandel, éd. Arte/Casterman, coll. Professeur Cyclope, 2015. Lesbien, gay

Jeannine Broutte et Ghislaine Gazon ont inventé en 1974 deux combinaisons attribuant des superpouvoirs au couple qui les porte. Pour les activer, les deux partenaires doivent faire l’amour ensemble et avoir un orgasme. Mais Jeannine décède lors d’une soirée et Ghislaine meurt de chagrin. Quarante ans plus tard, les services secrets confient les combinaisons à deux agentes secrètes.

Tamara-de-LempickaTamara de Lempicka, Virginie Greiner et Daphné Collignon, éd. Glénat, 2017. Bi/pan

Paris, les années 1920. Proche de Gide ou Cocteau, la peintre Tamara de Lempicka est l’une des artistes les plus en vue de la capitale. Artiste sulfureuse, libertaire et ouvertement bisexuelle, elle passe ses soirées à s’encanailler dans les célèbres cabarets des années folles, en quête d’inspiration, d’acheteurs, de modèles ou d’amours d’un soir. Ces nuits d’excès lui valent de fréquentes disputes avec son mari Tadeusz qui lui reproche de ne pas s’occuper de leur fille Kizette. Mais Tamara entend bien faire comme elle le désire, d’autant que c’est l’argent de ses tableaux qui fait vivre sa famille. Ainsi sont les femmes libres !

temps siestesLe temps des siestes, Jimmy Beaulieu, éd. Les impressions nouvelles, 2012. Lesbien

Beau et troublant comme une femme endormie, Le temps des siestes est une suite de dessins légendés qui continue le travail sur le désir entamé par Jimmy Beaulieu dans A la faveur de la nuit et Comédie sentimentale pornographique.

couv-totem-620x678Totem, Nicolas Wouters et Mikaël Ross, éd. Sarbacane, 2016. Lesbien

C’est dans une forêt sauvage que Louis, 12 ans, vient passer son premier camp scout et essayer de soigner ses bleus à l’âme. Mais son séjour ne sera pas de tout repos, entre les brimades des scouts plus âgés, les tiraillements de ses propres démons et un secret trop lourd à porter. Un récit initiatique qui bat au rythme sensuel, feutré et magique de la forêt, où les compromis de l’âge adulte et les premiers émois amoureux viennent bousculer l’innocence de l’enfance.

triangle-roseTriangle rose, Michel Dufranne, Milorad Vicanovic-Maza, éd. Soleil, coll. Quadrants astrolabe, 2011. Gay

Dessinateur de publicité et professeur de dessin, Andreas est homosexuel. Pas une « grande folle » travestie mais un homosexuel discret, joyeux et romantique, dans le Berlin des années 30. Mais la peste brune envahit peu à peu les rues, la cité, les institutions. Des lois sont promulguées. Andreas fait l’expérience de la violence, physique ou morale. On l’envoie en prison du fait de sa préférence sexuelle, puis dans un camp de concentration.
Survivant aux mauvais traitements, la libération et l’après-guerre ne lui apporteront pas plus de repos. Fait prisonnier de droit commun, un nouveau combat s’engage pour sa réhabilitation. Ce combat, qui semble perdu d’avance, se gagnera par la résignation et la trahison de son identité. Comme beaucoup d’autres homosexuels, il travestira son histoire, se dira  » triangle rouge  » ; se conformera à la société civile en se mariant avec une lesbienne et éduquera l’enfant qu’elle eut (de force) avec un sous-officier nazi.
Malgré le refoulement nécessaire, en état de survie durant de si longues années, Andreas n’oubliera jamais qu’il fut l’un des leurs. Devant les interrogations de son petit-fils, Andreas se livre enfin…

vieille peauVieille peau, Pochep, éd. Fluide glacial, 2017. Gay

« 50 ans. Mon corps, fidèle compagnon de baise et de beuverie, me laisse tomber. Il me faut aujourd’hui l’admettre : je suis devenu une vieille peau. » Quand on est un homme en pleine force de l’âge et qu’on veut (encore) plaire aux garçons, il faut suivre quelques préconisations simples : manger léger, pratiquer la muscu à peu près 12 fois par semaine, appliquer des lotions capillaires, des crèmes de jour et de nuit en respectant bien les horaires…
Et surtout, ne pas perdre espoir !

1540-1Le vrai sexe de la vraie vie, Cy, série en 2 tomes, éd. Lapin, 2016-2018. LGBT, asexualité

Tu as remarqué, malin(e) comme tu es, que ce livre va parler de sexe. Mais est-ce qu’on t’a déjà parlé du VRAI sexe ? Celui avec des maladresses et des ratés (dans les 2 sens du terme), celui qui est pudique et hésitant, celui avec du sable dans la shnek, celui de la première fois, celui avec le décor qui casse ou les sphincters qui lâchent, celui dans des endroits inconfortables, celui avec un handicap, celui avec des objets, celui avec des vrais gens, hétéros, homos, bi ou transgenres, celui avec ou sans amour, bref celui qui change du porno et qui décomplexe à mort nos soubresauts maladroits et humains.

prd_54169We are the 90’s, collectif, éd. Delcourt, coll. Tapas, 2016. Gay, lesbien

20 auteurs de BD nous font revivre à travers 20 chansons cultes un souvenir de leurs 90’s! De Oasis aux All Saints, en passant par Alliance Ethnik ou NTM, de Silverchair aux Worlds Apart à Supergrass, des premiers émois, des voyages de classe en passant par les premiers concerts, replongez dans les 90’s grâce aux souvenirs d’Arthur de Pins, Davy Mourier, Margaux Motin, Pacco, Fabien Toulmé, et bien d’autres !

Comics

Batwoman, collectif, série en 5 tomes, éd. Urban comics, 2012-2015. Lesbien

Élevée par son père dans le respect des valeurs militaires, Kate Kane aspirait à devenir un des éléments les plus éminents de l’armée américaine, jusqu’au jour où son homosexualité fut dénoncée par un de ses condisciples. Désireuse de protéger les innocents, en souvenir du meurtre de sa mère et de sa sœur, elle trouva en Batman un modèle et mit sa fortune et ses connaissances au service de la justice pour devenir… Batwoman.

Freaks squeele, Florent Maudoux, série en 7 tomes, éd. Ankama, 2008-2015. Non binaire

À la Faculté des Etudes Académiques des Héros, Chance, Xiong Mao et Ombre entament le cursus qui fera d’eux des super-héros aptes à sauver le monde et ses environs. Du moins l’espèrent-ils ! Ces trois nouvelles recrues vont découvrir les joies de la vie universitaire, la concurrence sans pitié entre étudiants, les professeurs sadiques et le stress des examens. Une université pour apprendre à gérer son image et obtenir son permis de super-héros : il fallait y penser ! Frais, original et drôle : Freaks’ Squeele s’approprie le style comics pour en transgresser les codes, sans concession ni complexes.
Une bouffée d’air frais dans l’univers stéréotypé des collants moulants et des capes colorées.

Freaks squeele, Rouge, Florent Maudoux, Sourya Sihachakr, série en 3 tomes, éd. Ankama, 2013-2015, éd. intégrale, 2017. Lesbien

Découvrez la jeunesse de la mystérieuse Xiong Mao, l’une des héroïnes de Freaks’ Squeele !

Fille d’un puissant parrain de la mafia chinoise, la jeune Xiong Mao doit composer entre une vie scolaire chaotique et les manœuvres politiques de sa venimeuse belle-mère. Sa vie bascule lorsqu’elle rencontre Sélène, une opalescente blonde malmenée par des camarades de classe qui méprisent son orientation sexuelle.

C’est ensemble que les deux adolescentes se découvriront des pouvoirs dignes de super-héroïnes.

Harley Quinn, collectif, série principale en 6 tomes (après ça devient le foutoir, débrouillez-vous !), Urban comics, 2015-2017. Bi/pan

L’ancienne psychiatre Harleen Quinzel n’est pas le genre de femme à se satisfaire d’une vie convenable et tranquille. Elle fuit la routine comme la peste et cherche par tous les moyens à faire de sa vie une aventure. Sa toute fraîche installation à Coney Island est donc l’occasion rêvée d’en commencer un nouveau chapitre ! Avec son entrée fracassante dans l’équipe locale de roller derby, l’approche de la Saint-Valentin et la découverte d’un contrat mis sur sa tête, la pétillante Harley Quinn aura beaucoup à faire.

501 INFINITE LOOP T01[BD].inddThe infinite loop, Elsa Charretier, Pierrick Colinet, série en 2 tomes, éd. Glénat, 2015. Lesbien

Teddy vit dans un futur lointain, un monde édulcoré et sans aspérité où il n’y a plus d’enjeux, plus de haine, et surtout… plus d’amour. Un monde en apparence apaisé et sans conflit et où les voyages spatio-temporels font partie du quotidien. Teddy y mène une existence parfaite, exerçant son travail de correcteur d’anomalies temporelles au sein d’une brigade gouvernementale. Sa vie se déroule sans accroc jusqu’à ce que l’une de ces anomalies prenne la forme d’une jeune femme.
Teddy est alors confrontée à un choix terrible : osera-t-elle défier sa hiérarchie et sauver l’anomalie ou va-t-elle purement et simplement la supprimer ? Comment s’épanouir quand on vous empêche d’aimer librement ? C’est la question à laquelle tentent de répondre Pierrick Colinet et Elsa Charretier, couple d’auteurs français évoluant sur le marché américain, avec The Infinite Loop : une histoire humaniste où la S.F. est un moyen d’aborder des sujets plus délicats.

love-is-love-vfLove is love, collectif, Bliss comics, 2017. LGBT

Le 12 juin 2016 à Orlando, en Floride, 49 personnes furent assassinées en raison de leur identité sexuelle. Aujourd’hui, le monde des comics se réunit pour rendre hommage aux victimes de l’attentat du Pulse. Scénaristes, artistes et personnalités du monde entier, inspirées par cet évènement tragique, livrent dans ce recueil des histoires inédites. Tous et toutes y expriment leur tristesse et leur compassion, leur frustration et leur espoir.
En rendant hommage aux victimes, aux survivants et à leur famille, ils-elles transmettent un message universel de paix et de tolérance. Initié par Marc Andreyko et l’éditeur américain IDW Publishing avec l’aide de DC Comics, Love is love inclut de nombreux personnages bien connus du monde des comics : Supergirl, Batman, Le Spirit de Will Eisner, Southern Bastards, Batwoman, Kevin Keller d’Archie Comics, Harley Quinn, et bien d’autres.

rat queensRat Queens, collectif, série en 2 tomes, éd. Urban comics, coll. Urban Indies, 2016-2017. Lesbien

Hannah, Violet, Dee et Betty, aussi connues sous le nom de Rat Queens, n’ont pas pour réputation de faire dans la finesse. Elles n’ont pas leur langue dans leur poche, leurs armes de guerre non plus d’ailleurs. Elles font parties des cinq groupes de mercenaires chargés de protéger la petite ville de Palissade. Lourde responsabilité pour ces quatre jeunes effrontées, surtout lorsque les aventurières s’avèrent aussi ingérables et destructrices que les adversaires qu’elles combattent…
Faudrait-il y voir l’origine de la horde d’assassins lancée à leur poursuite ?

scott-pilgrim-comics-cover

Scott Pilgrim, Brian Lee O’Malley, série en 6 tomes, éd. Milady, 2010-2011, rééd. couleurs, 2014-2015. Gay, bi/pan

La vie de Scott Pilgrim est géniale. Il a vingt-trois ans, il joue dans un groupe de rock, il est « entre deux boulots », et il sort avec une mignonne petite lycéenne. Tout est fabuleux jusqu’au moment où une livreuse en rollers nommée Ramona Flowers, sérieusement atomique et dangereusement trendy, commence à traverser ses rêves et à le croiser à des fêtes. Mais le chemin qui mène à Mlle Flowers n’est pas couvert de pétales de roses.
Ses sept ex-petits amis maléfiques barrent la route du véritable bonheur de Scott. Pourra-t-il vaincre les méchants et gagner le coeur de cette fille sans chambouler intégralement sa précieuse petite vie ?

sunstoneSunstone, Stjepan Sejic, série en 5 tomes, éd. Panini comics, 2015-2017. Bi/pan

L’éros est un domaine où l’on ne peut pas se mentir à soi-même. Rêvant d’être attachée tout en restant libre, Lisa a toujours su qu’il manquait quelque chose dans sa vie amoureuse, jusqu’à sa rencontre avec la séduisante Ally. Cette dernière a un emploi stable, vit dans une jolie maison et a vécu une enfance des plus normales. Mais derrière ces apparences d’existence ordinaire, elle cache son inclinaison pour la domination dans la chambre à coucher.
De la rencontre entre les deux jeunes femmes va naître une histoire d’amour intense et unique. Stjepan Sejic (Ravine, Aphrodite IX, Witchblade) nous présente Sunstone, une série souvent érotique, toujours amusante et singulièrement sensible.

trees-tome-1-33955Trees, Warren Ellis et Jason Howard, série en 2 tomes, éd. Urban comics, 2015-2016. Trans

Cela fait maintenant dix ans qu’ils ont atterri. Ils sont présents sur toute la surface du globe. Depuis, rien. Aucun contact. Ils se tiennent là, profondément enracinés tels des arbres d’une espèce extra-terrestre. Dix ans qu’ils maintiennent cette pression silencieuse sur notre monde, sur notre activité, indifférents à notre présence. Cela fait dix ans que nous avons découvert la présence d’une autre forme de vie dans l’univers, mais cette forme de vie n’a jamais reconnu notre existence en tant qu’espèce intelligente, voire vivante…

y-le-dernier-homme-volume-1Y le dernier homme, Brian K. Vaughan et Pia Guerra, série en 10 tomes, éd. Semic puis Panini Comics, 2004-2010, rééd. Urban comics en 5 tomes, 2012-2014. Lesbien

Une épidémie mystérieuse a décimé toute la population mâle de la Terre !

Toute sauf un jeune homme, appelé Yorick Brown, et son singe, Esperluette. Pourchassés par des groupements de femmes aux intérêts divers, Yorick et Esperluette partent sur les routes dévastées des États-Unis, sous la protection de la mystérieuse et mortelle Agent 355.

Manga

blueBlue, Kiriko Nananan, éd. Casterman, 2004. Lesbien

Dans un lycée japonais de province, deux jeunes filles vivent au fil des jours et des semaines une expérience aussi intense qu’inattendue : la transformation de leur amitié en sentiment amoureux. Comment vont-elles affronter ce bouleversement majeur, à un âge, l’adolescence, si décisif dans la vie des êtres humains ?

eclats-ame-1-akataEclat(s) d’âme, Yuhki Kamatani, 2 tomes parus (série finie en 4), éd. Akata, 2018. LGBT

« Deux jours avant les vacances d’été… je crois que je suis mort ». C’est ce qu’a pensé Tasuku le jour où un de ses camarades de classe lui a piqué son smartphone, alors qu’il était en train de regarder une vidéo porno gay dessus. La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre. Tasuku pense alors à se suicider, ne pouvant supporter cette réalité dont il n’avait pas encore complètement conscience lui-même, mais craignant aussi le regard de la société.
Pourtant, alors qu’il s’apprête à sauter dans le vide, il aperçoit, au loin, une mystérieuse silhouette de jeune femme qui le devance et… saute dans le vide ?! Intrigué, terrorisé, il s’élance vers l’endroit d’où elle a sauté. Il y découvre, stupéfait, que la jeune femme est encore en vie, et qu’elle est l’hôte d’une sorte de résidence associative, véritable safe space où se réunissent diverses personnes LGBT.
De rencontre en rencontre, le jeune lycéen va apprendre à se connaître, à s’accepter, et trouver sa place dans le monde.

L’infirmerie après les cours, Setona Mizushiro, série terminée en 10 tomes, éd. Kazé, 2006-2008. Non binaire, intersexe

Mashiro a un probleme ; il n’est pas tout a fait comme les autres garcons. En fait il n’est seulement que la moitié de ce que sont les autres garçons. Le secret le plus profond de Mashiro est qu’il est hermaphrodite.
Alors que la puberté appproche, les chose deviennent compliquées. Une mystérieuse infirmiere apparait et annonce à Mashiro qu’il va devoir marcher endormi (somnambule) dans le bureau sous l’école. C’est seulement là qu’il pourra faire son choix et résoudre tous les problemes à la fois et pour toujours.
Deviendra-t-il un garçon ou deviendra-t-elle une fille ?

In these words, Guilt Pleasure, Jun Togai, Narcissus, 2 tomes pour l’instant, , éd. Taifu comics, 2014-2015, T.3 prévu pour 2018. Gay (yaoi)

Katsuya Asano, un profiler formé aux Etats-Unis, est amené à travailler pour la police de Tokyo afin de fournir le profil d’un tueur en série qui sévit depuis plusieurs années. Grâce à son aide, l’opération est une réussite et le meurtrier Shinohara Keiji est enfin arrêté. Obnubilé par la personne qui est à l’origine de son arrestation, ce dernier accepte de faire des aveux complets, mais à la condition que Katsuya soit celui qui les recueille.
A peine le jeune profiler vient-il d’accepter qu’il est tourmenté nuit après nuit par le même cauchemar : un homme dont il ne voit pas le visage le retient prisonnier et le torture tout en lui murmurant à l’oreille qu’il l’aime. La frontière entre rêve et réalité s’effondre alors brutalement pour lui…

Le jeu du chat et de la souris, Setona Mizushiro, série en 2 tomes, éd. Kazé, 2007-2009, coffret collector, 2009, intégrale, 2015. Gay (yaoi)

À cause de son caractère indécis, Kyoïchi s’est laissé prendre plusieurs fois au piège de l’adultère. Mais un jour, apparait devant lui un homme que son épouse a engagé pour enquêter sur ses infidélités : il s’agit d’Imagasé, un garçon qu’il a connu à la fac. Ce dernier accepte de garder le secret, mais en échange, il lui réclame son corps… Entre les deux hommes, c’est le début d’une histoire d’amour qui ne manquera pas de vous serrer le cœur.

Le mari de mon frère, Gengoroh Tagame, série en 4 tomes, éd. Akata, 2016-2017. Gay

Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a alors pas d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter.
Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses…

qualia-under-the-snow-taifuQualia under the snow, Kanna Kii, éd. Taifu, 2017.  Gay

Akio Kobayashi est passionné par les plantes et préfère leur compagnie à celle des personnes. Umi Ohashi, un étudiant gay, enchaîne les aventures sans lendemain. Tous deux dans la même université, ils habitent également dans le même foyer étudiant. Inévitablement, ils finissent par passer beaucoup de temps ensemble. Ces moments vont leur permettre d’apprendre à mieux se connaître et se comprendre.
Ainsi, au fur et à mesure que le temps passe, leur relation évolue. Découvrez un récit de tranche de vie empreint de douceur et d’innocence. Une immersion dans le quotidien d’une jeunesse qui malgré ses doutes et ses incertitudes ne demande qu’à accepter ses sentiments et vivre pleinement sa vie !

Jeunesse

Album jeunesse

 

Dis… Mamans, Muriel Douru, éd. Gaies et lesbiennes, 2011. Homoparentalité, lesbien

Théo a deux mamans. Et au moment de dessiner son arbre généalogique en classe, cela crée quelques surprises.  » Elle n’est pas possible, ta famille !  » s’exclame Pauline. Eh bien si, elle est possible. Un album sur l’homoparentalité pour les enfants à partir de trois ans.

La fête des deux mamans, Ingrid Chabbert et Chadia Loueslati, éd. Les petits pas de Ioannis, 2010. Homoparentalité, lesbien

Au centre aéré, Prunelle prépare la fête des mamans avec ses copains. Mais voilà, l’animatrice lui tend de quoi préparer un seul cadeau… et Prunelle a besoin de deux fois plus, car elle a deux mamans !

61BK43ouwTL._SL1000_Le fils des géants, Gaël Aymon et Lucie Rioland, éd. Talents hauts, 2013. Gay, homoparentalité

Un roi et une reine venaient d’avoir un garçon si petit qu’ils ne voulurent pas le garder. Ils le mirent dans un dé à coudre d’or qu’ils déposèrent dans la rivière. Le dé s’échoua près d’une grotte habitée par deux géants. Ceux-ci recueillirent l’enfant et lui donnèrent leur force et leur amour.
Des années plus tard, le roi et la reine, surpris par un orage, s’abritèrent chez les géants et reconnurent leur fils grâce au dé d’or qu’il portait au cou…

9782812610578Heu-reux ! Christian Voltz, éd. du Rouergue, 2016. Gay

Aujourd’hui, c’est le grand jour : sa majesté Grobull le tout puissant taureau doit marier son fils Jean-Georges. Pour cela le « tyran » fait preuve de largesse : son rejeton a le choix pourvu qu’il soit « Heureux ». Les vaches prétendantes se bousculent au portillon, mais aucune d’entre elles n’arrivent à obtenir les faveurs du prince ; car Jean-Georges a une aventure secrête, son amour est déjà réservé. Un album drôle autant dans son ton que ses dialogues et mises en scène. Heureux interroge en profondeur sur les préjugés, interpelle sur les sujets brûlants, mais aussi sur les préoccupations essentielles de chacun quant aux penchants que l’on dit naturels et aux choix de vie.

jean deux mamansJean a deux mamans, Ophélie Texier, éd. L’école des loisirs, coll. Loulou & Cie, 2004. Homoparentalité, lesbien

Jean a deux mamans. Une maman ou deux mamans, est-ce vraiment si différent ? Oui, sûrement. Mais qu’en pense Jean ?

marre-du-roseMarre du rose, Nathalie Hense et Ilya Green, éd. Albin Michel Jeunesse, 2009, rééd. coll. Panda Poche, 2014. Féminisme, genre

« D’habitude, les filles, elles aiment le rose ; seulement moi, le rose, ça me sort par les yeux ! Et c’est pareil pour les princesses, les tralalas de princesses, les rubans et aussi les poupées. Mais quand en plus c’est rose, là, ça me sort par les trous de nez ! Maman dit que je suis un garçon manqué. » Les propos vifs et vivifiants d’une petite fille qui refuse d’être enfermée dans des goûts qui ne sont pas les siens. Affirmé, questionneur, drôle, le texte est égayé par des images qui font exploser les couleurs et qui donnent à l’héroïne une belle présence enfantine.

papasLes papas de Violette, Émilie Chazerand, Gaëlle Souppart, éd. Gautier Languereau, 2017. Homoparentalité, gay

« C’est une maladie d’avoir deux papas ?
– N’importe quoi, dit Violette.
Mes papas, ils s’occupent trop bien de moi.
Je les aime tous les deux, et puis c’est tout. »

9782742789450La princesse qui n’aimait pas les princes, Alice Brière-Haquet et Lionel Larchevêque, éd. Actes Sud junior, coll. Benjamin, 2010, rééd. Actes Sud, coll. Encore une fois, 2014. Lesbien

Les princes de la terre entière défilèrent un à un pour demander la main de la princesse. Mais « non, merci bien », aucun d’entre eux ne lui disait rien ! Le miracle se produisit enfin lorsqu’une jolie fée apparut…

Tango-a-deux-papas-et-pourquoi-pas-

Tango a deux papas et pourquoi pas ?, Béatrice Boutignon, éd. Le baron perché, 2010. Homoparentalité, gay

Tango a deux papas, et pourquoi pas raconte une histoire vraie : celle de Roy et Silo, deux manchots mâles vivant dans le zoo de Central Park à New York. Grâce à la complicité de leurs gardiens, ils ont pu couver un œuf et donner naissance à un petit. Ce « fait divers » se révèle être un charmant prétexte pour parler de l’homoparentalité. Dans un monde où les modèles familiaux évoluent, la jolie histoire d’amour de ces deux papas permet d’évoquer avec les enfants un sujet aussi passionné que controversé.

Bande dessinée jeunesse

barricadesBarricades, Charlotte Bousquet et Jaypee, éd. Gulf Stream, coll. Les Graphiques, 2018. Trans

Ça fait trois semaines, maintenant, que je chante dans le groupe. Je n’ai plus peur d’être regardée, moins qu’avant en tout cas et quand je me rends aux toilettes, j’arrive même à ne pas m’enfuir comme une voleuse lorsque d’autres filles y entrent. Je me dis que la vie est belle, que je ne devrais plus avoir peur des autres, que ce n’est qu’une question de mois, d’années – deux ans maximum avant d’être opérée, même si ce n’est pas obligé.

9782723493987-LBichon, David Gilson, série en 3 tomes, éd. Glénat, 2013-2017. Gay

Se déguiser en princesse pour un goûter d’anniversaire, jouer à l’élastique, entamer une chorégraphie en pleine cour de récré… Un peu compliqué quand on aime faire toutes ces choses et qu’on est un petit garçon de 8 ans. Mais pas pour Bichon : il transgresse les règles de la société sans même s’en rendre compte ! Heureusement, sa famille et ses amis l’aiment tel qu’il est. Même que parfois Jean-Marc, le beau garçon du CM2, prend sa défense quand on se moque de lui… David Gilson réussit l’ambitieux pari de raconter avec tendresse et humour la vie quotidienne d’un petit garçon « pas comme les autres ».
Bichon ne fait qu’être lui-même et se soucie peu du regard des autres, et cette personnalité déjà si affirmée et si naturelle est un joyeux exemple pour les petits et grands lecteurs !

1540-1Les carnets de Cerise, Joris Chamblain et Aurélie Neyret, série en 5 tomes, éd. Soleil, coll. Métamorphose, 2012-2017. Lesbien (tome 4 uniquement)

Cerise est une petite fille âgée de onze ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commencé à écrire ses carnets !
Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. Ils sont si compliqués qu’elle souhaiterait mieux les comprendre. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent…

comme-un-garcon-1-delcourtComme un garçon, Jenny, série en 2 tomes, éd. Delcourt, 2016-2017. Travestissement

Charlotte est la demi-soeur de Xavier. Leur jeu favori consiste à se défier sans cesse. Et Charlotte perd toujours. À l’adolescence, la tradition perdure jusqu’au jour où, en guise de gage, elle accepte de passer une année déguisée en garçon dans un collège exclusivement masculin tout en pariant qu’elle ne se fera pas prendre.

en sceneEn scène, Raina Telgemeier, éd. Akileos, 2013. Gay

Callie adore le théâtre et saute sur l’occasion quand une production est lancée à son collège. Callie connaît parfaitement l’histoire, mais en raison de sa voix désastreuse, elle s’inscrit en qualité de décoratrice, déterminée à faire un spectacle digne de Broadway… mais comment faire alors qu’elle n’y connaît rien en menuiserie, que les ventes de billets sont basses et que les membres de l’équipe ont du mal à travailler ensemble ? Sans oublier les drames qui se jouent sur et hors de la scène.
Et quand des frères jumeaux beaux comme des dieux débarquent, les choses deviennent encore plus folles.

lumberjanes-integrale-volume-1Lumberjanes, Noelle Stevenson, Grace Ellis, Shannon Waters, Brooke Allen, éd. Urban Comics, 2016, éd. « Intégrale » Urban Comics, 2017. Lesbien (et apparemment dans les épisodes non parus en France, un personnage trans et un personnage non binaire)

Elles sont cinq copines inséparables. Unies comme les doigts de la main, elles n’en restent pas moins très différentes les unes des autres. Jo, April, Mal, Molly et Ripley ont pourtant toutes un point commun : le gout pour l’aventure. Elles s’apprêtent à passer le meilleur été de toute leur vie dans ce camp de vacances. Et rien ne pourra les détourner de leur objectif : devenir de véritables Lumberjanes ! Peu importe les attaques de renards a trois yeux, les rencontres improbables avec des yétis perturbés et autres manifestations surnaturelles qui semblent perpétuellement croiser leur route, la bande est prête à relever tous les défis sans jamais oublier sa devise : l’amitié à la puissance max !

Un_bonheur_presque_parfait_Les_Nombrils_tome_7Les nombrils, Delaf et Dubuc, série en 7 tomes, éd. Dupuis, 2006-2015. Lesbien (à partir du tome 5 ou 6)

Jenny et Vicky sont les pires chipies que la Terre ait portées. Elles se prennent pour le nombril du monde et pour peu, elles le seraient vraiment. Avec leurs vêtements sexy, leur maquillage provocateur et leur coiffure toujours impeccable, partout où elles vont, les regards sont hypnotisés, la musique s’arrête. On ne voit et on n’entend plus qu’elles.
Et heureusement ! Parce que Jenny et Vicky sont prêtes à tout pour être le centre d’attraction. Leur amie, la trop grande Karine, l’apprend à ses dépens lorsqu’un certain Dan s’intéresse à elle. Jenny et Vicky ne sont pas du genre à accepter la compétition ! Les lettres de Dan n’arriveront jamais à destination, ses invitations tomberont toutes mystérieusement à l’eau.
Pauvre Karine ! Dans un monde qui privilégie l’enveloppe plutôt que son contenu, elle ne peut qu’être le souffre-douleur des deux autres. Et si un jour Karine s’émancipait ? Qu’adviendrait-il de ce trio dépareillé ? L’amitié survivrait-t-elle ?

rouge tagadaRouge Tagada, Charlotte Bousquet, Stéphanie Rubini, éd. Gulf Stream, 2013. Lesbien

Elle était dans ma classe. Quatrième D. D comme déconné, délire, débile, dévergondé, début, douleur, douceur aussi. Il y avait tout ça, chez nous. Des pimbêches qui riaient trop fort, des timides, des bébés sages, des filles toutes fières de se comporter en femmes et des garçons qui ne savaient plus comment fonctionnaient leurs mains ni leurs pieds. Il y avait 3 aussi les Jade et les Benjamin, les bons copains toujours là en cas de coup de blues à la récré, toujours prêts à refaire le monde et jouer aux cancres au lieu d’aller en perm.
Mais il n’y avait qu’une Layla.

Documentaire jeunesse

reglesaventuresLes règles… Quelle aventure !, Elise Thiebaut et Mirion Malle, éd. La ville brûle, coll. Jamais trop tôt, 2017. Féminisme, intersexe, trans

Si tu fais partie de l’espèce humaine et que tu as un utérus, tu auras un jour tes

règles, comme 3,5 milliards de personnes dans le monde. C’est normal, avoir ses règles est une chose naturelle et un signe de bonne santé! Pourtant, tu entendras peut-être dire que c’est sale et que tu ne dois surtout pas en parler. Les tabous, la peur, la honte… il est temps d’en finir avec tout ça et de faire enfin tes propres règles !

indexPourquoi les filles ont mal au ventre ?, Lucile de Pesloüan et Geneviève Darling, éd. De l’Isatis, 2017. Féminisme

Pourquoi les filles ont mal au ventre ? est un manifeste féministe qui dénonce les malaises que ressentent les femmes, de l’enfance à l’âge adulte, dans une société qui ne les ménage pas. Lucile de Pesloüan a écrit ce texte sous forme de fanzine en 2014. Plusieurs centaines d’exemplaires vendus plus tard, l’ouvrage est édité en livre illustré avec un texte enrichi, appuyé par des illustrations réalistes et percutantes de Geneviève Darling.
Pourquoi les filles ont mal au ventre ? invite les adolescents à se questionner sur les situations de sexisme que les filles vivent au quotidien. Le livre sensibilise aux inégalités que subissent les femmes dans le monde, ici ou ailleurs avec des illustrations sans tabou, qui racontent une réalité complexe et hétérogène.

Roman jeunesse

stéréotypesAbier Gilles, Stéréotypes, éd. Actes Sud Junior, 2018. Gay

La Dernière Guerre et la folie des hommes ont failli anéantir l’humanité. Pour éviter une nouvelle catastrophe, les survivants ont établi une société basée sur la Synthèse. Le trait de caractère principal de chaque individu est déterminé parmi neuf Types, et le numéro du Type est tatoué sur son poignet droit. Ainsi, chacun est censé vivre en paix selon sa personnalité profonde. Mais, les années passant, une hiérarchie s’installe et empêche que des liens se nouent entre des personnes de Types différents.
Cachés dans des cités souterraines, des jeunes gens entrent en résistance contre la Synthèse au nom de la liberté d’être ce que l’on est et d’aimer qui l’on veut.

CVT_Leah-a-Contretemps_9023Albertalli Becky, Leah à contretemps, éd. Hachette, 2018. Bi/Pan, gay

Moi, c’est Leah. Leah Burke. (Semi-)pro de la batterie. Gribouilleuse clandestine. Meilleure amie du choubidou du lycée, mon best bro, le démolisseur d’Oreos, j’ai nommé : Simon Spier. C’est notre année de terminale, la dernière ligne droite avant la fac. Alors, forcément, tout part en vrille. Le couple insubmersible formé par Abby et Nick est en train de prendre l’eau. Je me suis fâchée avec des filles que je connais depuis la maternelle.
Et plus le temps passe, plus j’ai l'(affreuse) impression que notre pote Garrett veut sortir avec moi. Il est mignon. Adorable. Prévenant. Le genre de mecs que n’importe qui aimerait avoir comme cavalier au bal du lycée. Mais pas moi. Ah oui, je ne vous l’ai pas dit ? Paraît que j’adore me compliquer la vie…

hautsAlbertalli Becky, Mes hauts mes bas et mes coups de cœur en série, éd. Hachette, 2017. Lesbienne, Bi/Pan, homoparentalité

J’ai une chose à vous avouer : je suis une serial crusheuse. Un vrai cœur d’artichaut. Jusqu’à maintenant, j’ai eu très exactement VINGT-SIX coups de cœur. Mais comme ils ont débouché sur très exactement ZERO baisers, ça ne compte pas. En même temps, c’est une bonne façon de ne jamais prendre un seul râteau ! Cassie, ma sœur jumelle, pense que ça craint. Sauf que Cassie n’a pas vraiment de problèmes avec les garçons, vu qu’elle préfère les filles.
D’ailleurs c’est sa copine qui m’a présenté Will, alias LE mec parfait. Là, je le sens, mon crush numéro 27 sera le bon. Enfin, je crois ? Une histoire d’amour, de famille et de confiance en soi.

Moi-Simon-16-ans-Homo-SapiensAlbertalli Becky, Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens, éd. Hachette, 2015 rééd. Livre de poche jeunesse, 2017. Gay

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a « rencontré » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui. Simplement : 1/ Ils fréquentent le même lycée. 2/ Blue est irrésistible. 3/ Il l’apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro.) Simon commet alors une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session sur l’ordi du lycée.
Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange un coup avec sa meilleure amie, soit Marin révèle son secret à la terre entière. Problème réglé ? Pas si sûr…

 

Brunet Marion, Frangine, éd. Sarbacane, coll. Exprim’, 2013. Homoparentalité, lesbien

« Il faut que je vous dise… J’aimerais annoncer que je suis le héros de cette histoire, mais ce serait faux. Je ne suis qu’un morceau du gâteau, même pas la cerise. Je suis un bout du tout, un quart de ma famille. Laquelle est mon nid, mon univers depuis l’enfance, et mes racines, même coupées. Tandis que ma frangine découvrait le monde le cruel le normal et la guerre, ma mère et ma mère, chacune pour soi mais ensemble, vivaient de leur côté des heures délicates.
C’est à moi qu’il revient de conter nos quatre chemins. Comment comprendre, sinon? »

Georges-le-monde-et-moiCantin Illana, Georges, le monde et moi, éd. Hachette, 2018. Gay, bi/pan

Avant, je me serais décrit comme le mec de base : des notes dans la moyenne, une famille aimante, un petit groupe d’amis. Avant, j’étais l’archétype du geek qui termine avec la jolie fille à la fin d’un film. Bref, j’avais une vie banale. Et puis Georges a débarqué, avec son franc-parler et ses blagues pourries, et tout a changé. Mon monde s’est désaxé. Clairement, je n’allais pas finir avec la jolie fille.

518CmDcGWFL._SX195_Cathrine Arnaud, A la place du cœur Saison 1, éd. Robert Laffont, coll. R, 2016. Gay

Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu’une chose : à la fin de l’année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un « plus si affinités »… Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s’annonce et la perspective obsédante de la « première fois ».
Sauf que le lendemain, c’est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l’entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes… A la place du cœur, c’est ça : une semaine, jour après jour, et quasiment heure par heure, à vivre une passion sauvageonne et exaltante ; mais une semaine également rivée sur les écrans à tenter de mesurer l’horreur à l’œuvre, à tenter de ne pas confondre l’information en flux continu avec un thriller télé de plus.
Comment l’amour (qui, par définition, postule que « le monde peut bien s’écrouler ») cohabite-t-il avec la mort en marche ? Comment faire tenir ça dans un seul corps, dans une seule conscience ? Comment respirer à fond le parfum de la fille qu’on aime et comprendre, dans le même temps, que le monde qui nous attend est à terre?

Cendres Axl, Dysfonctionnelle, éd. Sarbacane, coll. Exprim’, 2015. Lesbien

Fidèle, alias Fifi, alias Bouboule, grandit dans une famille dysfonctionnelle ; Papa enchaîne les allers-retours en prison, Maman à l’asile ; mais malgré le quotidien difficile, Fidèle vit des moments de joie, entourée de ses six frères et sœurs aux personnalités fortes et aux prénoms panachés : Alyson, JR, Dalida, Jésus… Cette tribu un peu foldingue demeure Au Bout Du Monde, le bar à tocards que tient le père dans Belleville, théâtre de leurs pleurs et rires.

À l’adolescence, la découverte de son « intelligence précoce » va mener Fidèle à «l’autre» bout du monde : un lycée des beaux quartiers où les élèves se nomment Apolline ou Augustin, et regardent de haut son perfecto, ses manières de chat de gouttière et ses tee-shirts Nirvana. Mais c’est aussi là que l’attend l’amour, le vrai, celui qui forme, transforme… celui qui sauve.

Clarke Cat, A kiss in the dark, éd. Robert Laffont, coll. R, 2014. Lesbien, bi/pan, non binaire, travestissement

Lorsqu’Alex et Kate se rencontrent, l’attirance est immédiate. Il a de l’humour, un beau visage et un brin de timidité : tout ce que Kate recherche chez un petit ami. Elle est jolie, craquante, avec un irrésistible soupçon de naïveté : Alex ne peut résister à son charme. L’un des deux cache pourtant un lourd secret qui va non seulement peser sur leur amour naissant, mais aussi menacer leur vie…

Clarke Cat, Girlhood, éd. Robert Laffont, coll. R, 2017. Lesbien, bi/pan

L’amitié, c’est comme une allumette…… il suffit d’une étincelle pour se brûler les doigts. J’ai sombré quand ma sœur jumelle est morte, et mes amies m’ont reconstruite, morceau par morceau. Depuis, je pensais que jamais rien ne pourrait nous séparer. Jusqu’à ce que débarque cette nouvelle fille…

Clarke Cat, Opération pantalon, éd. Robert Laffont, coll. R, 2017. Trans, homoparentalité, lesbien

Liv Spark, 11 ans, est un garçon transgenre élevé au sein d’une famille ouverte d’esprit. Avoir deux mamans, c’est vraiment le pied, et Liv est impatient de commencer le collège et de s’y faire de nouveaux amis. Garçon ou fille, la question ne s’est jamais posée pour le moment, ses parents le laissant s’habiller et s’exprimer comme il le souhaitait. Mais tout va basculer lorsqu’il découvre qu’il lui faudra porter une jupe.
Liv n’a aucune envie de se plier à la politique stricte de son école concernant l’uniforme, mais il n’est pas encore prêt non plus à partager son secret, il lance alors l’Opération Pantalon, une campagne qui vise à permettre aux filles de porter un pantalon. Si tout le monde pense qu’il est une fille, eh bien, il fera semblant…pour le moment. Pendant cette campagne, Liv va être victime de harcèlement scolaire, d’un deuil familial et des remarques désagréables du proviseur.
Après s’être fait jeter par son meilleur ami, Liv va devoir réapprendre à faire confiance. Trouvera-t-il le courage de partager son secret, et de dire à sa famille et à ses amis qui il est vraiment ? Opération Pantalon est un livre plein d’humour et de tendresse qui parle d’amitié et de comment rester fidèle à soi-même.

CVT_Trans-Barcelona-Express_6212Couturier Hélène, Trans Barcelona Express, éd. Syros, 2018. Trans, gay

Ce séjour en Espagne, je l’attendais plus que tout. Là-bas, j’allais retrouver Jésus. Mon Jésus, pas l’autre bien sûr ! Seulement, ça s’est un peu compliqué. Enfin pour moi, parce que pour ma mère, tout roulait, surtout avec son ex. Heureusement, il me restait ma petite soeur. OK elle n’a que 10 ans, mais en cas de déprime, c’est utile. Et puis j’ai embarqué par erreur le sac d’un inconnu contenant un carnet de dessins super bizarre.
Qui aurait pu penser que cette histoire-là allait m’entraîner aussi loin ?

herosCrenn Antonin, Le Héros et les Autres, éd. Lunatique, 2018. Gay

Fin observateur du monde qui l’entoure et qui l’inquiète, Martin se pose beaucoup de questions, aussi, cherchant des explications à tout, élucubrant de savantes ratiocinations, mathématiques, logiques, poétiques. Le monde de Martin est ainsi clair comme de l’eau de roche — cette même eau vive qui serpente dans le square, et dans laquelle se noient les beaux garçons.

Un livre simple sur des choses compliquées.

le-renard-et-la-couronneFastier Yann, Le Renard et la Couronne, éd. Talents Hauts, 2018. Lesbien

Dalmatie, fin du XIXe siècle. Ana a dix ans lorsqu’elle est jetée sur la route suite à la mort de sa grand-mère, sa seule famille. Elle rejoint Spalato, la ville la plus proche, où elle intègre une bande d’enfants des rues menée par la fascinante et mystérieuse Dunja. Sans le sou et affamés, les enfants vont vivre le plus froid des hivers, mais Ana ne perdra rien de sa détermination à vivre.

Des tensions et des rivalités au sein du groupe poussent Ana au départ et ses pas croisent alors ceux de M. Roland, un naturaliste français qui se prend d’affection pour elle. Ana accepte sans hésiter la proposition qu’il lui fait de venir vivre et étudier avec lui, en France.

la volteFastier Yann, La volte, éd. Talents Hauts, 2014. Lesbien

– Je ne te l’ai pas dit mais, il y a quelques jours, j’ai eu dix-huit ans. Je suis majeure, maintenant. Je peux régner. Je peux devenir reine et je ne me laisserai pas spolier. Je dois rentrer dans mon pays.

Dotchin se tait. La nuit est tombée. La volte qui nous entoure éclaire la scène d’une lueur irréelle.

– Alors je viens avec toi.

Elle ne répond pas. Elle n’a pas entendu ou quoi ? Un tas de trucs inutiles me défilent dans la tête à toute vitesse. Mon avenir gâché par les technocrates et leurs tuyaux, les yeux langoureux du gandin posés sur Dotchin, un nouveau pays de neige et de steppes. Une autre vie.

– Je viens avec toi.

Elle a entendu. A la lueur de la volte, les dents de ma princesse brillent soudain d’un bel éclat bleu.

maux bleusFéret-Fleury Christine, Les maux bleus, éd. Gulf Stream, 2018. Lesbien, homoparentalité

Armelle le sait depuis trois ans, elle aime les filles. Seul son carnet bleu est mis dans la confidence. L’adolescente solitaire et férue de lecture y confie ses peurs, ses espoirs. Elle lui parle d’Inès, une nouvelle élève qui l’attire. Lorsque son amie la rejette violemment, Armelle devient rapidement l’objet du mépris et des insultes de ses camarades. Pourtant, cet événement n’est qu’un tournant dans sa vie qui bascule définitivement un dimanche soir. Alors que ses parents découvrent son secret, Armelle est jetée dehors. Elle n’a que 16 ans quand, cette nuit-là, elle voit la porte de sa maison se fermer brutalement devant ses yeux. Seule dans la rue avec son carnet, elle doit apprendre à survivre… Mais est-elle vraiment seule ?

symptoms being humanGarvin Jeff, Symptoms of being human (livre en VO), éd. Balzer+Bray, 2016. Genderfluid, trans

Riley Cavanaugh is many things: Punk rock. Snarky. Rebellious. And gender fluid. Some days Riley identifies as a boy, and others as a girl. But Riley isn’t exactly out yet. And between starting a new school and having a congressman father running for reelection in über-conservative Orange County, the pressure—media and otherwise—is building up in Riley’s life.

On the advice of a therapist, Riley starts an anonymous blog to vent those pent-up feelings and tell the truth of what it’s really like to be a gender fluid teenager. But just as Riley’s starting to settle in at school—even developing feelings for a mysterious outcast—the blog goes viral, and an unnamed commenter discovers Riley’s real identity, threatening exposure. And Riley must make a choice: walk away from what the blog has created—a lifeline, new friends, a cause to believe in—or stand up, come out, and risk everything.

From debut author Jeff Garvin comes a powerful and uplifting portrait of a modern teen struggling with high school, relationships, and what it means to be a person.

004501019Gino Alex, George, éd. L’école des loisirs, 2017. Trans

 Beaucoup de gens aiment George. Maman est très fière de son petit garçon, elle pense qu’il deviendra « un jeune homme très bien ». Scott aime beaucoup son « frérot ». Et Kelly le tient pour son « meilleur ami ». Mais George sait que les gens ne voient pas qui elle est vraiment. Car, George en a la certitude, elle est une fille. Alors, quand sa maîtresse propose de jouer une pièce de théâtre à l’école, George veut plus que tout interpréter le personnage de Charlotte.
Elle sera parfaite, et les gens comprendront enfin qui elle est. Comment leur faire comprendre que c’est le rôle de sa vie ?

41u7k5Nkp8L._SX195_Gornet Thomas, Qui suis-je ? éd. Ecole des loisirs, 2006, réed. Rouergue, coll. DoAdo, 2018. Gay

Qui est donc Vincent ? Il ne le sait pas lui-même. Comme tant d’autres ados, il a du mal à trouver sa place parmi les autres collégiens et à comprendre ses émotions. Notamment quand débarque un nouveau, Cédric, un sportif, lui. Il va lui falloir une année de 3e pour prendre conscience de son homosexualité. Ce bref roman touche par sa profondeur, son humour, sa finesse, en évitant tous les clichés.

handsome girlGottfred B.T., The handsome girl & her beautiful boy (livre en VO), éd. Henry Holt and Co, 2018. Gay, lesbien, identité de genre

Everyone assumes that Zee is a lesbian. Her classmates, her gym buddies, even her so-called best friend. So many people think that Zee likes girls, even Zee is starting to wonder. Could they be onto something?

Everyone assumes that Art is gay. They take one look at his nice clothes and his pretty face and think: well, obviously.

But there’s more to Zee and Art than anyone realizes. When Art first meets Zee, he knows he’s found someone special–someone magical. Zee may not be able to see that magic in herself, but Art is bound and determined to show it to her.

What develops is a powerful connection between two people who are beautiful in all the ways they’ve been told are strange. As they explore their own complexities in gender, sexuality, and identity, they fall for the complexities they find in each other. With his trademark frankness, B.T. Gottfred delves inside both characters’ heads in this story about love and living authentically.

41htjbfvo5l-_sx195_Grive Catherine, Je suis qui je suis, éd. Rouergue, coll. DoAdo, 2016. Genre, non binaire

Qu’on soit fille ou garçon, on peut avoir un chagrin. Grave, pas grave, mais un chagrin. Qu’on soit fille ou garçon, on voudrait pouvoir l’oublier. Surtout quand c’est l’été et qu’on le passe à la maison. Les copains sont partis, les parents sont là sans être là. Alors, on vole le courrier des voisins pour se changer les idées. Et on rencontre une fille qui n’est pas son genre. Mais au fait, de quel genre est Raph’ ?

girl starsHerring Blake Ashley, Girl made of stars (livre en VO), éd. HMH Books for Young Readers, 2018. Bi/pan, non binaire

« I need Owen to explain this. Because yes, I do know that Owen would never do that, but I also know Hannah would never lie about something like that. »

Mara and Owen are about as close as twins can get. So when Mara’s friend Hannah accuses Owen of rape, Mara doesn’t know what to think. Can the brother she loves really be guilty of such a violent crime? Torn between the family she loves and her own sense of right and wrong, Mara is feeling lost, and it doesn’t help that things have been strained with her ex-girlfriend and best friend since childhood, Charlie.

As Mara, Hannah, and Charlie navigate this new terrain, Mara must face a trauma from her own past and decide where Charlie fits in her future. With sensitivity and openness, this timely novel confronts the difficult questions surrounding consent, victim blaming, and sexual assault.

MattKueva C., Les porteurs, série en 2 tomes (prévu en 3), éd. Thierry Magnier, 2017. Genre

Gaëlle a choisi d’être femme, Flo hésite encore. Matt, lui, sait que dans trois mois, il deviendra un homme. Dans cette société, tous les enfants naissent hermaphrodites. A seize ans, les adolescents doivent choisir leur sexe. Tous, sauf ceux atteints d’une déficience qui les condamne à un autre destin. On les appelle les Porteurs. Matt découvre qu’il est l’un de ceux-là. Mais que cache vraiment la déficience des Porteurs ? Pourquoi l’État les tient-ils sous haute surveillance ? Une formidable histoire de manipulation, de secret d’État, et bien entendu d’amour.

a-comme-aujourd-hui-612913-264-432Levithan David, A comme aujourd’hui, éd. Les grandes personnes, 2013, rééd.Gallimard Jeunesse, 2015. LGBT, Non binaire

Chaque matin, A se réveille dans un corps différent, dans une nouvelle vie, et ne dispose d’aucun moyen de savoir qui sera son hôte. Une seule chose est sûre : il n’empruntera cette identité que le temps d’une journée. Aussi incroyable que cela puisse paraître, A a accepté cet état de fait, et a même établi plusieurs règles qui régissent son existence : ne pas s’attacher, ne pas se faire remarquer, ne jamais s’immiscer dans la vie de l’autre. Jusqu’à ce qu’il se réveille dans le corps de Justin, 16 ans, et qu’il fasse la connaissance de Rhiannon, sa petite amie. Dès lors, il n’est plus question de subir : il tente par tous les moyens de la revoir, quitte à bouleverser la vie de ses hôtes. Car A a enfin croisé quelqu’un avec qui il veut être jour après jour…

Green-Levithan-Will-et-WillLevithan David et John Green, Will et Will, éd. Gallimard jeunesse, coll. Scripto, 2011, rééd. coll. Pôle fiction, 2018 . Gay

Will Grayson se méfie des sentiments. Les histoires de cœur portent la poisse, tout le temps. Alors dans la vie, autant se faire discret. Son meilleur ami, Tiny Cooper, est à la fois une bénédiction et une vraie plaie : ami fidèle et rayonnant, il est aussi ouvertement gay que corpulent et n’a pas l’habitude de passer inaperçu.
À l’autre bout de la ville, un adolescent en pleine déprime assume mal sa différence. Le hasard veut qu’il se nomme lui aussi Will Grayson…

Sublime roman initiatique à deux voix sur l’amour adolescent, l’homosexualité, la colère, la souffrance et l’amitié.
Par deux personnages complices qui unissent leurs talents et leur sens de l’humour avec une énergie débordante.

sirèneMosta Erin, La Sirène et la Licorne, éd. Rageot, 2018. Lesbien

Tout les oppose, pourtant elles s’attirent, et vont vivre une très belle histoire d’amour au coeur de l’été. La licorne, c’est Lili. 17 ans, cheveux longs couleur arc-en-ciel, ballerines pailletées. Elle est passionnée par les effets spéciaux et le maquillage au cinéma. Elle a été harcelée sur le Net par les élèves de sa classe. Pour oublier, elle quitte la banlieue parisienne et part en vacances chez sa tante près de l’océan. En apparence, tout va bien et elle assume. La réalité est moins facile. La sirène, c’est Cris. Cheveux courts, baskets défoncées, vieux jean trop large. Passionnée de voile et de natation, elle est plus à l’aise sur l’océan qu’au milieu de la foule. En vacances dans la maison de vacances familiale, elle tente de guérir d’une blessure. Fragile en apparence, elle possède une vraie force intérieure.

bouche-cousue-marion-muller-colardMuller-Colard Marion, Bouche cousue, éd. Gallimard jeunesse, coll. Scripto, 2016. Lesbien, gay

Dans la famille d’Amandana, la propreté irréprochable n’est pas qu’un métier. C’est un mode de vie. Rien qui dépasse. Dans le Lavomatique tenu par ses parents, le bruit des machines couvre celui des élans du cœur et du corps. Mais comment faire taire son attirance pour une de ses camarades de lycée ? Un roman intimiste d’une grande finesse psychologique, magnifiquement écrit, plein de pudeur et d’émotion.

Murail Marie-Aude, Oh, boy !, éd. L’école des Loisirs, coll. Medium, 2000. Gay

Ils sont frère et sœurs. Depuis quelques heures, ils sont orphelins. Ils ont juré qu’on ne les séparerait pas. Il y a Siméon Morlevent, 14 ans. Maigrichon. Yeux marron. Signe particulier: surdoué, prépare actuellement son bac. Morgane Morlevent, 8 ans. Yeux marron. Oreilles très décollées. Première de sa classe, très proche de son frère. Signe particulier: les adultes oublient tout le temps qu’elle existe. Venise Morlevent, 5 ans. Yeux bleus, cheveux blonds, ravissante. La petite fille que tout le monde rêve d’avoir. Signe particulier: fait vivre des histoires d’amour torrides à ses Barbie. Ils n’ont aucune envie de confier leur sort à la première assistante sociale venue. Leur objectif est de quitter le foyer où on les a placés et de se trouver une famille. À cette heure, deux personnes pourraient vouloir les adopter. Pour de bonnes raisons. Mais aussi pour de mauvaises. L’une n’est pas très sympathique, l’autre est irresponsable, et… Ah, oui! ces deux personnes se détestent.

 

Murail Marie-Aude, Sauveur et fils, série en 4 tomes, éd. L’école des Loisirs, coll. Médium, 2016-2018. Trans, lesbien

Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d’affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s’évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois sœurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…
Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien. Mais à toujours s’occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage ? Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ?

soleil pour toiNelson Jandy, Le soleil est pour toi, éd. Gallimard Jeunesse, coll. Scripto, 2015, rééd. coll. Pôle fiction, 2017. Gay

Noah et Jude sont plus que frère et soeur, ils sont jumeaux, fusionnels. Sous le ciel bleu de Californie, Noah, le solitaire, dessine constamment et tombe amoureux de Brian, le garçon magnétique qui habite à côté. Tandis que Jude, l’exubérante, la casse-cou, est passionnée par la sculpture. Mais aujourd’hui ils ont 16 ans et ne se parlent plus. Un événement dramatique les a anéantis et leurs chemins se sont séparés.
Jusqu’à ce que Jude rencontre un beau garçon écorché et insaisissable, ainsi que son mentor, un célèbre sculpteur… Chacun des deux jumeaux doit retrouver la moitié de vérité qui lui manque.

CVT_Liberation_7729Ness Patrick, Libération, éd. Gallimard Jeunesse, 2018. Gay, bi/pan

Un samedi d’été, dans une banlieue paumée. Adam Thorn ne le sait pas encore, mais sa vie est sur le point de basculer. Asphyxié par sa famille, harcelé par son boss, tiraillé par des sentiments contradictoires, gay, définitivement gay, Adam voudrait juste avoir le droit d’aimer. Pendant ce temps, au bord du lac, l’esprit d’une jeune fille assassinée se réveille, en quête de vengeance… L’un et l’autre trouveront-ils la libération à l’issue de cette intense et surnaturelle fichue journée ?

vie comme elvaNozière Jean-Paul, La vie comme Elva, éd. Thierry Magnier, 2005. Lesbien

À Sponge, tout le monde ou presque travaille à la Francilienne. Alors l’annonce d’une vague de licenciements ébranle la ville, les familles.  » Elva la rouge  » pousse ses parents résignés à se battre, distribue des tracts dans la ville, rejoint les piquets de grève. Luce a croisé son regard. Fille du directeur du personnel de l’usine, elle est du mauvais côté. Entre Elva et Luce c’est le coup de foudre, immédiat, et la grève qui se durcit va être le terrain de leur amour.

 

Oseman Alice, Silence radio, éd. Nathan, 2017. Asexualité, gay, bi/pan

« Je suis Frances, Frances la sérieuse, la solitaire, la discrète. Je passe mon temps à étudier. J’ai un seul objectif : entrer à Cambridge après le bac.
Je suis Frances, la vraie Frances. Je suis fascinée par le mystérieux Silence Radio et sa chaîne Youtube Universe City. J’aime rire et j’aime dessiner.
Et puis je rencontre Aled. Avec lui, je peux enfin être moi. Avec lui, je vais enfin avoir le courage de trouver ce qui compte vraiment pour moi. »

Percin Anne, L’âge d’ange, éd. L’école des loisirs, coll. Medium, 2008. Non binaire, gay

Au Gymnasium, le lycée de la ville haute, il y a les jaguars, programmés pour la réussite, et quelques rois du ruisseau, des Gavroche et des Esmeralda égarés. Comme Tadeusz et ses mains rouges. Il porte des maillots de sport ou des chemises de bûcheron, vit en banlieue, excelle en russe. Personne ne le connaît vraiment. Il est étrange, bizarre, solitaire, d’ailleurs. Un peu comme cet ange, sans sexe et sans âge, qui se noie dans les pages des livres, au point d’en oublier les autres et son propre corps. Un ange de dix-sept ans qui pense, dort, rêve en grec, sa matière préférée. Une passion qui s’incarne dans Amours des dieux et des héros, le livre le plus précieux de la bibliothèque du lycée. Un jour, cette raison d’être disparaît des rayonnages. À son retour, le livre n’est plus le même, avec, entre ses pages, les traces d’un autre. Comment alors supporter la réalité quand le paradis est aux mains rouges d’un inconnu et que la vie gronde de plus en plus fort, de plus en plus dangereusement ?

Peters Julie Anne, La face cachée de Luna, éd. Milan, coll. Macadam, 2005, rééd. sous le titre Cette fille c’était mon frère, Milan, 2016. Trans

Un récit sur l’identité sexuelle et sur l’acceptation, ô combien difficile, du changement de sexe. Liam/Luna n’est pas dans le questionnement : elle sait qu’elle n’est pas un garçon, mais une fille. Mais comment le faire accepter aux autres ?

Plichota_Wolf_5sur5_T1_couverture-681x1024Plichota Anne et Wolf Cendrine, Les 5/5, série en 2 tomes, éd. XO Jeunesse, 2017-2018. Trans, gay

Quand cinq ados s’unissent contre l’injustice. Far a 16 ans, c’est une jeune fille surdouée, déchirée entre deux cultures. Merlin et Titus, les jumeaux, sont déscolarisés, ils ont 17 ans et la précarité est leur quotidien. Tom, 13 ans, acrobate, solitaire et rebelle, ne manque de rien, si ce n’est de l’estime de son père. John, enfin, le plus jeune, 12 ans, est un garçon né dans un corps de fille, choyé par ses parents, mais incompris du reste du monde.
Tous ont quelque chose à prouver, une blessure à soigner. Tous vont se retrouver autour d’une même passion, les sports de rue, et d’une même quête : la justice. Le grand frère de Tom, Lip, va leur donner l’occasion de mener le combat. Révolté par le cynisme de son père, qui n’a de cesse de s’enrichir sur le dos des pauvres, il décide de faire des 5/5 un clan, les transformant progressivement en robins des bois des villes.
Bientôt les cinq ados vont mener la vie dure à tous les profiteurs sans scrupules. Sans se douter des dangers auxquels ils vont être confrontés… Aventures, frissons, suspense.

ACH003787659.1466222112.580x580-202x300Polonsky Ami, Le secret de Grayson, éd. Albin Michel Jeunesse, 2016. Trans

Dans son monde imaginaire, Grayson est une princesse. Il a de longs cheveux blonds et il porte une magnifique robe dorée. Dans la vraie vie, les cheveux longs et les robes chatoyantes, ce n’est pas pour les garçons. Grayson se cache dans des vêtements amples, évite les autres à tout prix et enfouit ses dessins au fond de ses tiroirs. Alors, Grayson fait semblant d’être ce que les autres voient, quitte à s’effacer complètement.
Jusqu’au jour où il décide de postuler pour la pièce de théâtre de l’école et décroche le premier rôle : celui de la déesse grecque Perséphone. Son choix déclenche une véritable tempête autour de lui – au sein de l’école mais aussi de ses proches. Pourtant, malgré les rumeurs et les humiliations auxquelles il doit faire face, c’est aussi la première fois que Grayson ose être lui-même. Sa sincérité, son audace et son charme lui valent de nouvelles amitiés qui lui font entrevoir un avenir nouveau, où il pourra enfin s’affirmer en dehors des planches.

bm_CVT_La-symphonie-des-abysses-tome-1_3353Rozenfeld Carina, La symphonie des Abysses, série en 2 tomes, éd. Robert Laffont, coll. R, 2014. Genre, gay

L’Anneau, cet immense atoll avec en son centre le Cercle – une étendue d’eau de mer parfaitement circulaire – est cerné par le Mur, une haute barrière d’une trentaine de mètres, électrifiée, infranchissable. Sous son ombre, des hommes et des femmes vivent là, répartis dans des villes et villages si éloignés les uns des autres qu’ils ont oublié leurs existences respectives. Un point commun relie pourtant ces différentes communautés : le Règlement Intérieur et son code ultra restrictif.
Trois personnages principaux : Abrielle, Sa et Ca. Trois destins différents qui vont finir par se croiser pour composer la mystérieuse Symphonie des Abysses. Abrielle est une réminiscente. Elle porte en elle des mélodies et des chants dans un village où la musique est strictement prohibée, où la pratiquer est devenu un crime. Jusqu’au jour où elle entend un chant qui vient des profondeurs de la mer : la Symphonie des Abysses.
C’est pour cette raison qu’elle devra tout quitter et laisser derrière elle les seuls repères de son existence… Quant à Sa et Ca, deux Neutres, ni hommes ni femmes, ils s’aiment dans une ville où les sentiments sont interdits. Deux futurs hommes qui vont devoir fuir leur quotidien afin de devenir les adultes qu’ils veulent être. Tous les trois finiront par se retrouver afin de construire leur identité et changer le destin de l’Anneau, grâce à la Symphonie des Abysses…

 

Russo Meredith, Celle dont j’ai toujours rêvé, éd. Pocket jeunesse, coll. Territoires, 2017. Trans, lesbien

Amanda Hardy arrive dans un nouveau lycée. Comme beaucoup, elle souhaite avant tout s’intégrer. Mais malgré sa popularité, un secret l’empêche de s’ouvrir aux autres. Sa rencontre avec Grant remet tout en question. Il est le premier garçon qui parvient à lui faire baisser sa garde. Amanda comprend que pour être heureuse, elle doit se révéler, au risque de tout perdre. Car le secret d’Amanda c’est qu’avant, elle s’appelait Andrew.
Celle dont j’ai toujours rêvé est un récit universel et une fantastique histoire d’amour.

Saenz Benjamin Alire, Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, éd. Pocket jeunesse, 2015. Gay

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.

Scelsa Kate, Fans de la vie impossible, éd. Gallimard jeunesse, coll. Scripto, 2016. Gay

Pour Jeremy, passionné d’art, ancré dans sa solitude, c’est comme s’il avait toujours attendu Sebby à la minute où ils se rencontrent. Et Mira, qui a tant de mal à quitter son lit, ne se sent véritablement vivante que lorsqu’elle est avec Sebby, l’ami solaire et écorché. Ensemble, ils n’ont plus peur. Ensemble, ils ne sont plus seuls. Mais la vie ne les épargne pas. Et les tentations destructrices sont là…
S’aimer suffira-t-il à les sauver ? Trois adolescents déterminés malgré tout à vivre pour le meilleur, pour l’impossible. Un roman affranchi et émouvant qui ose évoquer sans détour l’homosexualité, le désir et le mal-être adolescent, avec une justesse poignante et beaucoup de tendresse.

lune nousVan Wilder Cindy, La lune est à nous, éd. Scrineo, 2017. Gay, asexualité/aromantisme

Max et Olivia n’ont pas grand-chose en commun. Max, solitaire et complexé, peine à s’intégrer dans son nouveau lycée. Olivia, sociable et hyperactive, vient d’être recrutée par la très populaire chaîne YouTube  » Les Trois Grâces  » et s’investit dans le milieu associatif. Ils n’ont rien en commun, si ce n’est qu’ils sont en surpoids, et que le monde le leur fait bien payer. Lorsqu’ils se rencontrent, ils se comprennent instantanément.
Et décident de réagir – chacun à sa manière. L’habit ne fait pas le moine, dit-on… Ni Max ni Olivia ne s’attend aux défis qu’ils vont rencontrer. Et si l’aiguille de la balance n’était pas le seul challenge ? Et s’il était possible de décrocher la lune, même après être tombé à terre… ?

quiverWatts Julia, Quiver a novel, éd. Three Rooms Press, 2018. Genderfluid, trans

Set in rural Tennessee, QUIVER, a YA novel by Julia Watts, focuses on the unlikely friendship between two teens from opposite sides of the culture wars. Libby is the oldest child of six, going on seven, in a family that adheres to the « quiverfull » lifestyle: strict evangelical Christians who believe that they should have as many children as God allows because children are like arrows in the quiver of « God’s righteous warriors. » Meanwhile, her new neighbor, Zo is a gender fluid teen whose feminist, socialist, vegetarian family recently relocated from the city in search of a less stressful life. Zo and hir family are as far to the left ideologically as Libby’s family is to the right, and yet Libby and Zo, who are the same age, feel a connection that leads them to friendship―a friendship that seems doomed from the start because of their families’ differences.

 

Williamson Lisa, Normal(e), éd. Hachette, 2017. Trans

« La voilà, l’occasion pour moi de tout déballer. Cinq petits mots : Je. Veux. Etre. Une. Fille. Une phrase qui refuse de sortir. Qui me réduit au silence. Maman s’attend certainement à ce que je lui dise que je suis gay. Il y a sans doute des mois qu’elle se prépare à cette conversation. Sauf qu’elle et papa ont tout interprété de travers. Je ne suis pas gay. Je suis juste une fille coincée dans un corps de mec ».

d-un-trait-de-fusainYtak Cathy, D’un trait de fusain, éd. Talents Hauts, coll. Les héroïques, 2017. Gay

1992. Mary, Monelle, Julien et Sami sont lycéens dans une école d’art. En cours de dessin, leur modèle préféré s’appelle Joos. Il est jeune, libre et beau. À l’âge des premières expériences amoureuses, l’épidémie de sida s’immisce brutalement dans leurs vies. La plupart des adultes se taisent et semblent ignorer la tragédie. Mary décide de briser le silence, d’affronter le regard de ses parents, de la société, et de s’engager.

Littérature

Littérature américaine

middlesexEugenides Jeffrey, Middlesex, éd. De l’olivier, 2003, rééd. Seuil, coll. Points, 2004. Intersexe

Quelle différence y a-t-il entre une jeune paysanne grecque fuyant Smyrne incendiée par les Turcs en 1922, et une lolita américaine qui découvre, à l’âge de quinze ans, qu’elle est aussi un garçon ? Deux générations. C’est en effet ce qui sépare Desdemona et Cal, la grand-mère et la petite-fille. C’est aussi la durée dans laquelle s’inscrit cette extraordinaire saga gréco-américaine. Mi-épopée (à la troisième personne), mi-roman d’apprentissage (à la première), ce livre est un hybride. Tout comme son héros/héroïne, qui connaît la joie – et la douleur – d’appartenir aux deux sexes, avant d’opter définitivement pour celui qui lui convient. Des collines d’Asie Mineure aux villas cossues de Grosse Pointe, du fracas des canonnières dans le Bosphore aux explosions des grenades lacrymogènes dans les rues de Detroit, du ragtime au rock’n’roll, un demi-siècle d’Histoire se déroule sous nos yeux. Pour aboutir à ce conte de fées moderne la transformation d’une teenager en un personnage mythologique. Dix ans après Virgin Suicides, Jeffrey Eugenides est de retour avec ce livre qui transcende tous les genres : c’est une idylle, une comédie postmoderne, une histoire de la littérature, un récit érotique, une confession, une élégie. Bref, un roman irrésistible.

maison arbresGlass Julia, Une maison parmi les arbres, éd. Gallmeister, 2018. Gay

Le jour où l’auteur vénéré de livres pour enfants Morty Lear meurt accidentellement dans sa maison du Connecticut, il lègue à Tomasina Daulair sa propriété et la gestion de son patrimoine artistique. Au fil des années, Tommy était devenue à la fois son assistante, sa confidente et le témoin de sa routine quotidienne, mais aussi des conséquences émotionnelles de son étrange jeunesse et de sa relation passionnelle avec un amant emporté par le sida.
Lorsqu’un célèbre acteur engagé pour incarner Morty à l’écran se présente pour une visite prévue peu de temps avant la mort de l’écrivain, Tommy et lui sont amenés à fouiller le passé de Morty. Tommy s’interroge alors : connaissait-elle vraiment cet homme dont elle a partagé la vie durant plus de quarante ans ? Ce roman compose une fresque délicate sur les blessures de l’enfance qui ne se referment jamais tout à fait.
Seule les atténue la plume tendre et subtile de Julia Glass, lauréate du prestigieux National Book Award.

Carol-Carol-Livre-847442914_LHighsmith Patricia, Carol, éd. Calmann-Lévy, 1985, rééd. Le livre de poche, 2000. Lesbien

Thérèse, vendeuse dans un grand magasin, rencontre Carol qui est belle, fascinante, fortunée. Elle va découvrir, auprès d’elle ce qu’aucun homme ne lui a jamais inspiré : l’amour. Une passion naît, contrariée par le mari de Carol, lequel n’hésite pas à utiliser leur petite fille comme un moyen de chantage . Second roman de Patricia Highsmith, Carol fut refusé, en 1951, par son éditeur américain en raison de la hardiesse du sujet.
Il parut sous un pseudonyme, Claire Morgan. Nous pouvons aujourd’hui lire ce roman pour ce qu’il est : la. preuve que Patricia Highsmith n’est pas seulement un maître du genre policier, mais avant tout une romancière de premier ordre, qui, avec pudeur et sensibilité, nous parle ici d’un amour revendiquant sa liberté.

san francisco

 

Maupin Armistead, Les chroniques de San Francisco, série en 9 tomes, éd. Passage du Marais pour les 6 premiers tomes, 1996-1998, rééd. et éd. De l’olivier, 2006-2015, rééd. 10/18 pour les 6 premiers tomes, 2000-2001, rééd. Points pour les tomes 7 à 9, 2009-2016. LGBT

San Francisco, les années 70 : une ville pas comme les autres… Mary Ann est une jeune secrétaire naïve, originaire du Middle West, qui débarque dans un univers sans tabou où il faut surtout attendre l’inattendu. En compagnie de Mme Madrigal, sa très mystérieuse logeuse, du beau Michael, son colocataire toujours à la recherche de l’amant idéal, et de bien d’autres, elle nous entraîne dans des aventures plus invraisemblables les unes que les autres. Ce véritable feuilleton romanesque évoque tout l’esprit d’une époque et témoigne d’un humour – souvent satirique – et d’une chaleur humaine rares.

dites loupsRifka Brunt Carol, Dites aux loups que je suis chez moi, éd. Buchet Chastel, 2015, rééd. 10/18, 2016. Gay

Nous sommes au milieu des années 1980, aux États-Unis. June est une adolescente taciturne, écrasée par une sœur aînée histrionique et des parents aussi absents qu’ennuyeux. Depuis sa banlieue triste du New Jersey, elle rêve d’art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Mais Finn est très affaibli et meurt bientôt de cette maladie qu’on n’évoque qu’à demi-mot, le sida. Inconsolable, la jeune fille se lie d’amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme l’ami de Finn.
Confrontée à l’incompréhension de son entourage, et à la réalité d’une maladie encore honteuse, June va brusquement basculer dans le monde des adultes et son hypocrisie. Roman d’apprentissage bouleversant, chronique des années sida vues par les yeux d’une adolescente, Dites aux loups que je suis chez moi révèle une auteur à la plume sensible et puissante.

Vie-animaleTorres Justin, Vie animale, éd. De l’olivier, 2012, rééd. Points, 2013. Gay

Un premier roman remarquable, découverte de la rentrée littéraire en Amérique. En plusieurs séquences très courtes, Justin Torres raconte une enfance marquée par la violence. Les animaux du titre original (We the Animals), ce sont trois garçons qui tentent de grandir au milieu du chaos, entre crises conjugales et manque d’argent. Enfants d’un couple mixte (père portoricain, mère blanche), ils sont entièrement soumis aux accès de colère ou de tendresse de leurs parents.
Ce premier roman est surtout l’histoire d’un affranchissement, celui du plus jeune de la meute qui aimerait se libérer de cette  » vie animale « , pouvoir dire enfin  » je  » et accepter sa singularité. Justin Torres réinvente le récit initiatique dans ce texte poétique et percutant qui l’impose d’emblée comme un auteur à suivre.

Littérature britannique

La-pluie-avant-quelle-tombe_2218Coe Jonathan, La pluie avant qu’elle tombe, éd. Gallimard, coll. Du monde entier, rééd. coll. Folio, 2010. Lesbien

Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée à la mystérieuse Imogen. S’appuyant sur vingt photos soigneusement choisies, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd’hui, l’histoire de trois générations de femmes, liées par le désir, l’enfance perdue et quelques lieux magiques. Et de son récit douloureux et intense naît une question, lancinante : y a-t-il une logique qui préside à ces existences ? Tout Jonathan Coe est là : la virtuosité de la construction, le don d’inscrire l’intime dans l’Histoire, l’obsession des coïncidences et des échos qui font osciller nos vies entre hasard et destin.
Et s’il délaisse cette fois le masque de la comédie, il nous offre du même coup son roman le plus grave, le plus poignant, le plus abouti.

puitsRadclyffe Hall Marguerite, Le puits de solitude, éd. Gallimard, coll. L’imaginaire, 2005. Lesbien

 » On la jugeait singulière, ce qui, dans ce milieu, équivalait à une réprobation. Troublée, malheureuse, comme un tout petit enfant, cette large créature musclée se sentait seule, elle n’avait pas encore appris cette dure leçon : elle n’avait pas encore appris que la place la plus solitaire en ce monde est réservée aux sans-patrie du sexe.  » Le puits de solitude fit scandale lors de sa parution à Londres en 1928, où il fut interdit et les exemplaires imprimés jetés au feu. Marguerite Radclyffe Hall y dépeint l’amour de deux femmes, contrarié par une société hostile, et prend la défense de cette minorité incomprise et méprisée. Véritable plaidoyer en faveur de l’homosexualité, Le puits de solitude est aujourd’hui une référence littéraire reconnue par tous.

girl meets boySmith Ali, Girl meets boy, éd. De l’olivier, 2010. Lesbien

Une fille rencontre un garçon. Ils s’aiment. C’est la plus belle et la plus banale histoire du monde. Sous la plume magique d’Ali Smith, le conte devient militant. Car l’auteur d’Hôtel Univers a introduit une variante : une fille rencontre une fille. Elles s’aiment. C’est la plus belle et la plus banale histoire du monde. Mais la réalité n’est jamais si simple, même dans les contes. Midge et Anthea sont soeurs. Elles travaillent chez Pure, une puissante multinationale. Au premier regard, Anthea tombe amoureuse de la jeune Robin. La découverte de l’homosexualité d’Anthea bouleverse les certitudes de sa soeur. Et lorsqu’elle rencontre Paul, le trouble est encore plus fort. Paul est attirant, gracile, délicat. Paul est un garçon. Mais il ressemble à une fille. Girl meets boy est un livre poétique et plein d’humour, qui revisite Les Métamorphoses d’Ovide et s’amuse à brouiller les pistes du masculin /féminin.

 

Waters Sarah, Affinités, éd. De Noël, 2005, rééd. 10/18, 2006. Lesbien

La prison de Millbank et ses voleuses, criminelles et faussaires, ses avorteuses et mères maquerelles. C’est dans l’inquiétant climat de l’une des geôles les plus lugubres de l’ère victorienne que Margaret Prior, dame patronnesse, rencontre la charismatique médium spirite Selina Dawes qui, bien qu’incarcérée, ne cesse de clamer son innocence. Au fil des visites, Selina dévoile son étrange histoire, et Margaret est irrésistiblement entraînée dans un monde crépusculaire de séances de spiritisme et d’apparitions, d’esprits insoumis et de passions incontrôlables…
Récit de fantômes et thriller historique, Affinités nous plonge dans l’univers fascinant qui a fait le succès des précédents romans de Sarah Waters. En héritière virtuose de Dickens et de Wilkie Collins, l’auteur nous offre un roman envoûtant où le suspense monte sans répit jusqu’au dénouement final étonnant.

Waters Sarah, Caresser le velours, éd. De Noël, 2002, rééd. 10/18, 2015. Lesbien, travestissement

Débauche de mélodies, de parfums et de costumes, Caresser le velours ressuscite, dans la meilleure tradition picaresque, les dernières années de l’Angleterre victorienne. À la fois érotique et historique, le récit met en scène les aventures de Nancy, une jeune vendeuse d’huîtres dans un petit port du Kent. Son sort bascule lorsqu’elle tombe amoureuse d’un chanteur de music-hall aux allures de dandy qui se revèle être… une femme. Quand l’élue décroche un rôle à Londres, Nancy la suit comme habilleuse. Bientôt la petite écaillère enfile, elle aussi, un pantalon, et le duo de faux hommes devient célèbre sur les scènes du West End…
Plongée dans l’Angleterre qui condamna Oscar Wilde, Caresser le velours nous offre une vision clandestine et fascinante de cette fin de siècle qui préluda à la Belle Époque. Et en conteuse mi-libertine, mi-sentimentale, Sarah Waters renoue avec la littérature de tentation et de plaisir.

Waters Sarah, Derrière la porte, éd. De Noël, 2015, rééd. 10/18, 2016. Lesbien

Angleterre, 1922. La guerre a laissé un monde sans hommes. Frances, vingt-six ans, promise à un avenir de vieille fille revêche, habite une grande maison dans une banlieue paisible de Londres avec sa mère. Pour payer leurs dettes, elles doivent sous-louer un étage. L’arrivée de Lilian et de Leonard Barber, tout juste mariés, va bousculer leurs habitudes mais aussi leur sens des convenances. Frances découvre, inquiète et fascinée, le mode de vie des nouveaux arrivants : rires, éclats de voix, musique du gramophone fusent à tous les étages. Une relation inattendue entre Frances et Lilian va bouleverser l’harmonie qui régnait dans la maison. Dans les bras de Lil, Frances découvre des plaisirs qu’elle croyait interdits, et les deux jeunes femmes songent bientôt à tout quitter pour vivre ensemble. Mais lorsque Lil découvre qu’elle est enceinte…
Sarah Waters revisite les codes du roman de classe cher à la tradition britannique et dépeint un Londres en pleine tourmente dans un mélodrame sensuel et envoûtant.

Waters Sarah, Du bout des doigts, éd. Denoël, 2003, rééd. 10/18, 2005. Lesbien

1862. Lant Street, Londres. Le rendez-vous des voleurs et des receleurs. Sue Trinder, orpheline, est confiée dès le berceau aux bons soins d’une trafiquante de nourrissons. À la veille de ses dix-huit ans, un élégant, surnommé Gentleman, lui propose d’escroquer une héritière, Maud Lilly. Orpheline elle aussi, cette dernière est élevée dans un lugubre manoir par son oncle, collectionneur de livres d’un genre tout particulier. Sue, en entrant au service de la riche jeune fille, tombe avec ingénuité dans un piège. Enveloppée par une atmosphère saturée de mystère et de passions souterraines, elle devra déjouer les complots les plus délicieusement cruels, afin de devenir, avec le concours de la belle demoiselle de Briar, une légende parmi les cercles interlopes de la bibliophilie érotique.
Héritière moderne de Dickens, mais aussi de Sapho et des Libertins, Sarah Waters nous offre une vision clandestine de l’Angleterre victorienne, un envers du décor où les héroïnes, de mariages secrets en amours interdites, ne se conduisent jamais comme on l’attendrait. Un roman décadent, virtuose, où les ressorts les plus noirs de l’univers romanesque du XIXe se mêlent au réalisme incisif et décomplexé du XXIe siècle.

Littérature canadienne

bm_CVT_Annabel_1832Winter Kathleen, Annabel, éd. Christian Bourgois, 2013, rééd. 10/18, 2014. Intersexe

En 1968 au Canada, un enfant voit le jour dans un village reculé de la région du Labrador. Ni garçon ni fille, il est les deux à la fois – l’enfant naît hermaphrodite. Seules trois personnes partagent ce secret : les parents de l’enfant et Thomasina, une voisine de confiance. Ses parents le prénomment Wayne, mais Thomasina l’appelle secrètement Annabel avant de partir poursuivre une formation en Europe.
Son père prend la difficile décision de faire opérer l’enfant et de l’élever comme un garçon, prénommé Wayne. Mais tandis que ce dernier grandit, son moi caché – une fille appelée Annabel – ne disparaît jamais complètement. Wayne rêve de faire de la natation synchronisée, de porter un maillot de bain pailleté que sa mère va finir par lui acheter sans rien dire au père… jusqu’au jour où le secret de son corps lui est dévoilé à l’hôpital.

Littérature francophone

arcadieBayamack-Tam Emmanuelle, Arcadie, éd. POL, 2018. LGBT, intersexe

La jeune Farah, qui pense être une fille, découvre qu’elle n’a pas tous les attributs attendus, et que son corps tend à se viriliser insensiblement. Syndrome pathologique ? Mutation ou métamorphose fantastique ? Elle se lance dans une grande enquête troublante et hilarante : qu’est-ce qu’être une femme ? Un homme ? Et découvre que personne n’en sait trop rien. Elle et ses parents ont trouvé refuge dans une communauté libertaire qui rassemble des gens fragiles, inadaptés au nouveau monde, celui des nouvelles technologies et des réseaux sociaux. Et Farah grandit dans ce drôle de paradis avec comme terrain de jeu les hectares de prairies et forêts qu’elle partage avec les animaux et les enfants de la communauté qui observent les adultes mettre tant bien que mal en pratique leurs beaux principes : décroissance, anti-spécisme, naturisme, amour libre et pour tous, y compris pour les disgraciés, les vieux, les malades. Emmanuelle Bayamack-Tam livre un grand roman à la fois doux et cruel, comique, et surtout décapant, sur l’innocence et le monde contemporain. Farah, sa jeune héroïne, découvre l’amour avec Arcady, le chef spirituel et enchanteur de ce familistère. Elle apprend non seulement la part trouble de notre identité et de notre sexualité, mais également, à l’occasion d’une rencontre avec un migrant, la lâcheté, la trahison. Ce qui se joue dans son phalanstère, c’est ce qui se joue en France à plus grande échelle. Arcady et ses ouailles ont beau prêcher l’amour, ils referment les portes du paradis au nez des migrants. Pour Farah c’est inadmissible : sa jeunesse intransigeante est une pierre de touche pour mettre à l’épreuve les beaux principes de sa communauté. Comme toutes nos peurs et illusions sur l’amour, le genre et le sexe.

princesse deBayamack-Tam Emmanuelle, La princesse de., éd. POL, 2010. Gay, trans, travestissement

«Tous les fils ne sont pas faits pour devenir des hommes.»
Daniel a été adopté très jeune par une immigrée polonaise et son petit mari français. Fasciné par cette mère et sa plantureuse beauté rousse, il s’efforce à la fois de lui obéir et de lui ressembler : or si obéir à sa mère signifie être un homme, lui ressembler signifie être une vamp en guêpière. Pris entre ces exigences contradictoires, il renonce à la sincérité et relègue ses avatars féminins dans ses abysses personnels, ou encore, comme il le dit lui-même, dans une boîte de Pandore qu’il s’efforce de maintenir fermée. Avec l’entrée dans l’âge adulte, les choses s’arrangent un peu : il rencontre un homme qui devient à la fois son amant, son mentor et son employeur. Grâce à lui, il va se produire sur scène, travesti en femme, ce qui permet à sa vérité intime de sortir un peu, au moins à la nuit tombée…

product_9782070459209_195x320Bayamack-Tam Emmanuelle, Si tout n’a pas péri avec mon innocence, éd. POL, 2013, rééd. Gallimard, coll. Folio, 2014. Bi /pan

Ce livre raconte comment l’esprit vient aux filles. On y apprendra, entre autres : – comment naître à neuf ans – comment survivre à la perte de l’innocence – comment grandir sans sombrer – comment aimer l’autre sans souhaiter sa diminution – comment faire entendre la musique de l’alexandrin – comment désirer sans fin – comment remettre sa vie dans le bon sens.

 

Bouraoui Nina, Avant les hommes, éd. Stock, 2007, rééd. Gallimard, coll. Folio, 2009. Gay

C’est l’histoire d’un garçon qui vit seul avec sa mère dans un petit pavillon non loin d’une cité. C’est l’histoire d’un été, saison dangereuse et violente. C’est l’histoire de Jérémie, de son obsession pour Sami. L’histoire d’une désertion aussi. La jeunesse est un état sauvage où tout peut arriver, tout peut se détruire, parce que tout tient sur une seule force : le désir. Dans Avant les hommes, Nina Bouraoui décrit, avec la grâce et la volupté d’une écriture envoûtante, les fragilités de l’adolescence et nous offre un roman incandescent et sensuel.

Bouraoui Nina, Garçon manqué, éd. Stock, 2000, réed. Le livre de poche, 2002. Lesbien

« De mère française. De père algérien. Je sais les odeurs, les sons, les couleurs. C’est une richesse. C’est une pauvreté. Ne pas choisir c’est être dans l’errance. Mon visage algérien. Ma voix française. J’ai l’ombre de ma lumière. »
Entre ce père algérois et cette mère bretonne, le fruit d’un amour contesté : une fille qui cherche sa place, ici, là. D’une nationalité à l’autre, d’une identité à l’autre, d’un sexe à l’autre.

Bouraoui Nina, Mes mauvaises pensées, éd. Stock, 2005, rééd. Gallimard, coll. Folio, 2007. Lesbien

« Pendant trois ans, je me suis rendue une fois par semaine chez le docteur C. À chaque séance, j’avais l’impression de lui donner un livre, il s’agissait toujours de liens, de séparations, de rencontres, à chaque séance, je construisais et déconstruisais un édifice amoureux. Mes mauvaises pensées est le récit de cette confession, j’ai voulu raconter le métier de vivre et le métier d’aimer. Ce n’est pas le récit d’une thérapie, ce n’est pas une légende, c’est un roman parce que c’est une histoire rapportée ; c’est l’histoire de ma famille, de l’Amie, de la Chanteuse, d’Hervé Guibert, c’est l’histoire de mes deux pays. Je n’ai jamais quitté l’Algérie, on m’a enlevée à l’Algérie, je n’ai jamais fait mes adieux, j’ai appris à devenir en France et je crois que je suis née deux fois. Mes mauvaises pensées est aussi mon retour vers le pays où j’ai laissé quelque chose qui n’a jamais cessé de grandir dans mon dos, et qui n’a jamais cessé de m’effrayer. »

Bouraoui Nina, Poupée Bella, éd. Stock, 2004, rééd. Le livre de poche, 2005. Lesbien

Fin des années 1980. Le Katmandou, le Studio A, le Scorpion sont quelques-uns des hauts lieux de la vie nocturne et du  » Milieu des Filles « . C’est là qu’évolue nuit après nuit la narratrice de ce journal recomposé. Des regards. Des séductions fugaces. Julien, l’ami homosexuel, le complice. Le souvenir de Marion, son premier amour d’adolescente, que des liaisons éphémères ne parviennent pas à lui faire oublier… Un désir d’être qui ne pourra s’accomplir, elle le sait, que dans l’écriture et dans l’amour. Après Garçon manqué et La Vie heureuse, Nina Bouraoui poursuit ici une quête d’identité qui va bien au-delà d’une orientation sexuelle assumée.  » Il n’y a pas de malheur homosexuel, dit-elle, il y a un malheur amoureux. « 

bouraouiBouraoui Nina, Tous les hommes désirent naturellement savoir, éd. JC Lattès, 2018. Lesbien

Tous les hommes désirent naturellement savoir est l’histoire des nuits de ma jeunesse, de ses errances, de ses alliances et de ses déchirements.
C’est l’histoire de mon désir qui est devenu une identité et un combat.
J’avais dix-huit ans. J’étais une flèche lancée vers sa cible, que nul ne pouvait faire dévier de sa trajectoire. J’avais la fièvre.
Quatre fois par semaine, je me rendais au Kat, un club réservé aux femmes, rue du Vieux-Colombier. Deux cœurs battaient alors, le mien et celui des années quatre-vingt.
Je cherchais l’amour. J’y ai appris la violence et la soumission.
Cette violence me reliait au pays de mon enfance et de mon adolescence, l’Algérie, ainsi qu’à sa poésie, à sa nature, sauvage, vierge, brutale.
Ce livre est l’espace, sans limite, de ces deux territoires.

Bouraoui Nina, La vie heureuse, éd. Stock, 2002, rééd. Le livre de poche, 2004. Lesbien

Le portrait de Marie, autoportrait en creux de l’auteur elle-même, l’été de ses seize ans, est un portrait sans concessions ni complaisance d’une adolescente dont l’enfance s’éloigne peu à peu. On la verra aborder sa première vie amoureuse. On la verra choisir, oser et exprimer ses amours plus belles, plus fortes, plus intenses, que celles des autres. Dans La vie heureuse, Nina Bouraoui nous plonge au coeur d’un univers singulier qui porte ses codes et ses coutumes, elle nous fait (re)vivre cette période de confusion extrême qui, malgré le tourbillon des amitiés et des rencontres, s’acccompagne d’une profonde solitude.
Le roman cependant porte bien son titre, il s’agit de bonheur, de bonheur et de plaisir, le plaisir et la joie d’être sous la peau de ces êtres magnétiques. On n’a jamais écrit sur l’amour des filles avec tant de douceur et de violence mêlées. La vie heureuse est un livre de désir traversé par les musiques, les films et les modes des années 80 : Klaus Nomi est atteint du sida tandis que Sophie Marceau se dandine sur l’air de La Boum.

tete en basChâtelet Noëlle, La tête en bas, éd. Seuil, 2002, rééd. coll. Points, 2003. Intersexe

Paul est hermaphrodite. Il existe, il aurait aujourd’hui soixante ans. A Noëlle Châtelet, qui l’a rencontré autrefois, il s’est confié comme il ne l’avait jamais fait. Inspirée par sa singulière aventure, Noëlle Châtelet lui consacre ce roman éblouissant de grâce. L’histoire vraie, la métamorphose de ce personnage né fille et devenu aussi garçon qui ne rêve que d’une seule et unique chose : s’incarner dans un seul sexe, être un homme.

La Tête en bas est un livre surprenant sur un sujet tout aussi surprenant, pratiquement absent de la littérature, qui permet à Noëlle Châtelet, avec la sensibilité et le talent qu’on lui connaît, de poursuivre son voyage autour du corps en soulevant la question essentielle, et plus que jamais d’actualité, de l’appartenance sexuelle.

mere sainte putainDelorme Wendy, La Mère, la Sainte et la Putain, éd. Au diable Vauvert, 2012. Bi/pan, trans

La Mère la Sainte et la Putain : ce sont les trois visages d’une femme qui raconte la gestation d’un enfant fait de mots, car ici, le texte est sa première mise au monde, avant l’être à venir . On suit toutes les étapes traversées par cette amazone libre, entre le moment où elle tombe amoureuse (l’errance puis la « chute d’organes, le cour tombé dans l’estomac ») et celui où elle va enfanter : ces étapes, ce sont les trois statuts du titre de ce bref roman en forme de cri, violemment imposés au corps féminin dans un monde décrit sans concession.

corps chimèreDelorme Wendy, Le corps est une chimère, éd. Au diable Vauvert, 2018. Lesbien, homoparentalité, trans, un personnage dont le genre n’est pas donné

Philippe est à l’étroit dans son rôle d’homme. Marion a trois enfants, avec Élise. Camille veut changer le monde, Ashanta sait qu’on ne peut pas. Isabelle aime à en mourir. Maya est travailleuse du sexe, Jo est flic et n’aime pas ça. Sept vies se font poreuses les unes aux autres, sept personnages découvrent ce qu’on peut s’apporter dans la différence.
Une physiologie d’un monde contemporain qui se questionne sur l’amour, le désir et la filiation. Un roman d’une vérité troublante sur les stéréotypes, les passions, les sexualités, les parentalités et le couple.

 

De Monferrand Hélène, Les amies d’Héloïse, éd. De Fallois, 1990, rééd. Le livre de poche, 2008. Lesbien

Parler de l’amour des femmes pour d’autres femmes comme d’une évidence est chose très rare… Mais parler des joies et des dangers de cet amour, montrer qu’il ne diffère en rien des autres amours, peu d’écrivains l’ont fait avec autant de liberté et de simplicité: jeu du hasard et de la séduction, puissance du désir, passion qui flambe et bouleverse d’autres existences, amour profond qui se développe parfois de façon imprévisible.

Des «liaisons dangereuses» de cette fin de vingtième siècle, c’est ce qu’a voulu écrire Hélène de Monferrand. Mais un peu plus encore, car elle nous parle aussi de la complicité, du rire, de l’amitié, de la solidarité qui se tissent entre ces adolescentes, ces jeunes femmes, ces mères et ces épouses, à travers leur apprentissage de la vie, personnelle et professionnelle. Des couples se font et se défont, des enfants naissent, désirés ou par hasard, mais elles demeurent soudées entre elles, en même temps que les trajectoires s’écartent, pendant dix-sept ans.

Pendant ces années, le monde change. La guerre a marqué ces vies. Les plus âgées ont vécu la Seconde Guerre mondiale. La guerre d’Algérie, encore récente, a laissé ses traces, et après Mai 68 les changements de mode de vie, jusqu’ici imperceptibles, deviennent plus visibles.

De Monferrand, Hélène, Journal de Suzanne, éd. De Fallois, 1991, rééd. Le livre de poche, 2008. Lesbien

A lire après Les amies d’Héloïse, pour en découvrir plus sur le personnage de Suzanne.

De Monferrand Hélène, Les enfants d’Héloïse, éd. Double interligne, 1997, rééd. De la Cerisaie, 2002, rééd. Homoromance, 2017 (ainsi que parution du tome 2). Lesbien

Elles avaient bien du charme ces « amies d’Héloïse » auxquelles le public fit un si grand accueil, et qui valurent à Hélène de Monferrand le prix Goncourt du premier roman.
Jamais encore on n’avait parlé avec une telle liberté de ton de ces amours qui, pour singulières qu’elles paraissent, obéissent aux lois de toutes les amours. La très jeune Héloïse y faisait son éducation sentimentale, semant sur son passage des drames dont elle n’était pas toujours responsable ; toutefois c’est Erika, sa première amante, qui faisait l’apprentissage le plus grand et voyait sa persévérance récompensée contre toute attente.
Héloïse et ses amies ont grandi. Leurs enfants aussi et c’est autour d’eux que la vie d’Erika et d’Héloïse s’est organisée. A ces enfants, quand ils sont si jeunes, convient-il de tout dire sur la vie privée de leur mère et les drames qu’elle a traversés avant de revivre avec Erika ? Mais si l’on attend qu’ils grandissent ne sera-t-il pas trop tard ? C’est à ces problèmes que se heurtent les deux femmes, et bien entendu elles les résoudront comme elles pourront, avec les surprises que réserve toujours la vie, même la mieux programmée.

 

Despentes Virginie, Apocalypse bébé, éd. Grasset, 2010, rééd. Le livre de poche, 2012. Lesbien, bi/pan

Valentine disparue … Qui la cherche vraiment ?
Entre satire sociale, polar contemporain et romance lesbienne, le nouveau roman de Virginie Despentes est un road-book qui promène le lecteur entre Paris et Barcelone, sur les traces de tous ceux qui ont connu Valentine, l’adolescente égarée … Les différents personnages se croisent sans forcément se rencontrer, et finissent par composer, sur un ton tendre et puissant, le portrait d’une époque.

Despentes Virginie, Vernon Subutex, série en 3 tomes, éd. Grasset, 2015-2017, rééd. Le livre de poche, 2016-2018. LGBT

Qui est Vernon Subutex ? Une légende urbaine. Un ange déchu. Un disparu qui ne cesse de ressurgir. Le détenteur d’un secret. Le dernier témoin d’un monde révolu. L’ultime visage de notre comédie inhumaine. Notre fantôme à tous.

Wet Eye GlassesDjavadi Négar, Désorientale, éd. Liana Levi, 2016, rééd. Liana Levi, coll. Piccolo, 2018. Lesbien, gay

Si nous étions en Iran, cette salle d’attente d’hôpital ressemblerait à un caravansérail, songe Kimiâ. Un joyeux foutoir où s’enchaîneraient bavardages, confidences et anecdotes en cascade. Née à Téhéran, exilée à Paris depuis ses dix ans, Kimiâ a toujours essayé de tenir à distance son pays, sa culture, sa famille. Mais les djinns échappés du passé la rattrapent pour faire défiler l’étourdissant diaporama de l’histoire des Sadr sur trois générations : les tribulations des ancêtres, une décennie de révolution politique, les chemins de traverse de l’adolescence, l’ivresse du rock, le sourire voyou d’une bassiste blonde…
Une fresque flamboyante sur la mémoire et l’identité ; un grand roman sur l’Iran d’hier et la France d’aujourd’hui.

CVT_Quand-on-parle-de-Lou_9286Gouazé Julie, Quand on parle de Lou, éd. Belfond, 2018. Lesbien

C’est avec le coeur serré mais une volonté de fer au fond de sa poche que Lou quitte Marc, l’homme de sa vie. Elle part avec leurs deux enfants. La rage au ventre, elle subit les assauts du monde extérieur devenu féroce. D’abord à terre offrant sa gorge à la morsure, Lou, devenue chef de meute, petit à petit renaît. Puis elle tombe à nouveau amoureuse. D’une femme.

meilleure partGarcia Tristan, La meilleure part des hommes, éd. Gallimard, coll. Blanche, 2008, rééd. coll. Folio, 2010. Gay

Dominique Rossi, ancien militant gauchiste, fonde à la fin des années quatre-vingt le premier grand mouvement de lutte et d’émancipation de l’homosexualité en France. Willie est un jeune paumé, écrivain scandaleux à qui certains trouvent du génie. L’un et l’autre s’aiment, se haïssent puis se détruisent sous les yeux de la narratrice et de son amant, intellectuel médiatique, qui passent plus ou moins consciemment à côté de leur époque. Nous assistons avec eux au spectacle d’une haine radicale et absolue entre deux individus, mais aussi à la naissance, joyeuse, et à la fin, malade, d’une période décisive dans l’histoire de la sexualité et de la politique en Occident. Ce conte moral n’est pas une autofiction. C’est l’histoire, que je n’ai pas vécue, d’une communauté et d’une génération déchirées par le Sida, dans des quartiers où je n’ai jamais habité. C’est le récit fidèle de la plupart des trahisons possibles de notre existence, le portrait de la pire part des hommes et – en négatif – de la meilleure.

la batardeLeduc Violette, La bâtarde, éd. Gallimard, coll. Blanche, 1964, rééd. coll. L’imaginaire, 2013. Lesbien

«Mon cas n’est pas unique : j’ai peur de mourir et je suis navrée d’être au monde. Je n’ai pas travaillé, je n’ai pas étudié. J’ai pleuré, j’ai crié. Les larmes et les cris m’ont pris beaucoup de temps […]. Le passé ne nourrit pas. Je m’en irai comme je suis arrivée. Intacte, chargée de mes défauts qui m’ont torturée. J’aurais voulu naître statue, je suis une limace sous mon fumier.»

image.htmlSirota Ariane, Foyer, éd. Pousse-pied, 2017. Féminisme, intersexe, genre

« Modere », Haute-Savoie. Une communauté de l’Internationale féministe, isolée, se maintient par le travail acharné de ses ressortissantes et le zèle d’agentes convaincues. Dom est de celles-ci, à l’opposé de sa sœur dont le départ semble impossible : elle connaît trop bien les violences de la « société ordinaire » pour la préférer à son sort actuel.
Un événement en forme d’ultimatum va faire basculer leur monde et amener leur génération à la découverte d’organisations sociales, de rapports à l’environnement, aux corps, à la langue, qui leur avaient été dissimulés jusqu’alors.

Foyer est un roman écoféministe et queer, où Ariane Sirota met en mots d’autres sociétés, qui interrogent nos cadres intimes et collectifs, nos agir, et jusqu’aux normes du langage.
Le titre est un indice des chemins qu’emprunteront les personnages au fil des pages : là où peut démarrer la révolte, là où l’on forme un tout. Là où se réchauffent les corps et où se consument les illusions. Là où l’on défend ou découvre un chez-soi, là où peut prendre sens la quête de grandir ailleurs, différemment.

apres alourVannouvong Agnès, Après l’amour, éd. Mercure de France, 2013, rééd. Gallimard, coll. Folio, 2015. Lesbien

Héloïse m’appelle « ma belle surprise ». Elle a ses petits trucs, les balades à moto, un parfum addictif, des pièges à filles. Les cloches de l’église Saint-Eustache ponctuent toutes les heures nos étreintes. J’aime caresser la peau, son dos, ses bras durs, le sexe doux sous la langue, les soupirs, les sourires entre les baisers, les rires. Je l’adore et honore son sexe. Un souffle, une parole, un geste provoquent le rapprochement des corps.
J’aime notre intimité. Je veux essayer toutes les positions, tous les rythmes. Après les orgasmes, elle se serre très fort contre moi, je suis perdue. M’abandonner serait une aventure, alors je glisse, indéterminée, ouverte à tous les possibles. Lorsque la narratrice se sépare de sa compagne Paola avec qui elle vivait depuis dix ans, sa vie bascule. Collectionnant les amantes, elle part à la recherche effrénée du plaisir et de la jouissance : de Paris à New York, de Rome à Berlin.
Pourtant après l’amour, le manque est inéluctable. Dans cette ronde de la séduction, toutes ces Edwige, Garance, Eva, Delphine et autres conquêtes furtives prolongent l’absence de Paola. La rencontre avec Héloïse amorcerait-elle un tournant ? Mêlant brillamment romantisme et crudité, douceur et violence, Après l’amour est un roman sensuel et sexuel qui explore la fulgurance du désir féminin.

bm_cvt_le-choeur-des-femmes_8010Winckler Martin, Le chœur des femmes, éd. POL, 2009, rééd. Folio, 2011. Genre, intersexe, féminisme

Je m’appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m’oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de « Médecine de La Femme », dirigée par un barbu mal dégrossi qui n’est même pas gynécologue, mais généraliste ! S’il s’imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement.
Qu’est-ce qu’il croit ? Qu’il va m’enseigner mon métier ? J’ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas – et je ne veux pas – perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu’elles pourraient m’apprendre.

Littérature italienne

L-art-de-la-joieSapienza Goliarda, L’art de la joie, éd. Viviane Hamy, 2005, rééd. le Tripode, 2015, rééd. Pocket, 2008. Bi/pan

L’Art de la joie est principalement le roman d’une vie, celle de Modesta, personnage magnifique né le 1er janvier 1900 sur les pentes de l’Etna, en Sicile. Du chaos misérable de son enfance aux hasards de la vie qui feront d’elle l’héritière insoumise d’une famille dégénérée de nobles siciliens, c’est en fait à un apprentissage de la liberté que cette œuvre nous invite.

Littérature japonaise

 

Matsuura Rieko, Natural woman, éd. Philippe Picquier, 1998, rééd. Picquier Poche, 2015. Lesbien

Trois moments dans la vie d’une femme, trois récits dans lesquels une femme entretient une relation amoureuse passionnée avec une autre. Trois expériences érotiques tumultueuses et troublantes qui rendent compte de la force croissante des sentiments de Yoko, la narratrice, dans un style vif avec des images parfois crues : des femmes s’observent et se désirent, luttent entre elles et convergent vers une union et une identité impatiemment recherchées.

Matsuura Rieko, Pénis d’orteil, éd. Philippe Picquier, 1998, rééd. Picquier Poche, 2002. Lesbien, bi/pan, genre

Ce livre déroutant est fondé sur l’idée excentrique d’une femme se découvrant, un matin, affublée d’un pénis au gros orteil droit. Si Kazumi y voit d’abord une malédiction, elle ne tarde pas à reconsidérer son existence à la lumière de cette transformation. De découvertes en mésaventures plutô rocambolesques, elle poursuit, auprès d’amants et d’amantes qui parfois n’ont rien à lui envier, une interrogation sur la féminité et la différence sexuelle – avec une candeur tempérée d’une bonne dose d’ironie.

Murakami Haruki, Les amants du Spoutnik, éd. Belfond, 2003, rééd. 10/18, 2004. Lesbien

K. est instituteur. Dès leur première rencontre, il va aimer, désirer Sumire. Sans espoir de retour. Pour elle ne compte que la littérature. Mais, un jour, une tornade amoureuse emporte la jeune fille quand son chemin croise celui de Miu. Cette femme plus âgée qu’elle, mariée, d’une beauté sophistiquée, va l’engager comme secrétaire particulière. Séduite jusqu’à l’obsession, Sumire accepte de l’accompagner en Europe. Une lettre parvient à K., l’amoureux solitaire, puis, une nuit, un coup de fil le réveille : c’est Miu qui lui demande de la rejoindre en Grèce le plus vite possible. Sumire a disparu… Une histoire troublante d’amours blessées où des êtres vulnérables, en quête d’absolu, se croisent, se frôlent, et cherchent en vain à s’atteindre. Un roman sensuel, étrange et obsédant, où se dessinent d’insaisissables vérités au fil d’une écriture limpide.

Murakami Haruki, Kafka sur le rivage, éd. Belfond, 2006, rééd. 10/18, 2007. Trans, gay

Magique, hypnotique, Kafka sur le rivage est un roman d’initiation où se déploient, avec une grâce infinie et une imagination stupéfiante, toute la profondeur et la richesse de Haruki Murakami. Une œuvre majeure, qui s’inscrit parmi les plus grands romans d’apprentissage de la littérature universelle. Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. Nakata, vieil homme simple d’esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse. Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus et un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et bien d’autres choses encore… Avant de voir leur destin converger inexorablement, et de découvrir leur propre vérité.

Ogawa Ito, Le jardin arc-en-ciel, éd. Philippe Picquier, 2016. Lesbien, homoparentalité

Izumi, jeune mère célibataire, rencontre Chiyoko, lycéenne en classe de terminale, au moment où celle-ci s’apprête à se jeter sous un train. Quelques jours plus tard, elles feront l’amour sur la terrasse d’Izumi et ne se quitteront plus. Avec le petit Sosûke, le fils d’Izumi, elles trouvent refuge dans un village de montagne, sous le plus beau ciel étoilé du Japon, où Chiyoko donne naissance à la bien nommée Takara-le-miracle ; ils forment désormais la famille Takashima et dressent le pavillon arc-en-ciel sur le toit d’une maison d’hôtes, nouvelle en son genre.

Théâtre

monologuesEnsler Eve, Les monologues du vagin, éd. Jacob Duvernet, 1999, rééd. Denoël, coll. Denoël et d’ailleurs, 2015. Féminisme

J’ai décidé de faire parler des femmes, de les faire parler de leur vagin, de faire des interviews de vagins… Et c’est devenu ces Monologues… Au début, ces femmes étaient un peu timides, elles avaient du mal à parler. Mais une fois lancées, on ne pouvait plus les arrêter. Les femmes adorent parler de leur vagin. Depuis sa parution aux Etats-Unis en 1998, Les Monologues du vagin a déclenché un véritable phénomène culturel : rarement pièce de théâtre aura été jouée tant de fois, en tant de lieux différents, devant des publics si divers…
Mais que sont donc ces Monologues dans lesquels toutes les femmes se reconnaissent ? Il s’agit ni plus ni moins de la célébration touchante et drôle du dernier des tabous : celui de la sexualité féminine. Malicieux et impertinent, tendre et subtil, le chef-d’oeuvre d’Eve Ensler donne la parole aux femmes, à leurs fantasmes et craintes les plus intimes. Qui lit ce texte ne regarde plus le corps d’une femme de la même manière.
Qui lit ce texte ne pense plus au sexe de la même manière.

Fantasy, fantastique, SF

9782266242332Cline Ernest, Player One, éd. Michel Lafon, 2013, rééd. 2018, rééd. Pocket, 2015. Lesbien

2044. Sur une Terre surpeuplée, les ressources manquent et les conditions climatiques sont catastrophiques. Comme la majeure partie de l’humanité, Wade Watts passe son temps dans l’OASIS, un monde virtuel où chacun peut être tout ce qui lui chante. Et comme la majeure partie de l’humanité, Wade rêve de devenir l’héritier de James Halliday, le créateur de l’OASIS. Mort sans laisser de successeur, ce dernier a créé une véritable chasse au trésor qui guidera les plus doués vers le butin. Des millions de concurrents s’y sont cassé les dents. Mais quand Wade résout la première énigme, la partie reprend… Car les autres joueurs ne reculeront devant rien pour obtenir la victoire. Wade n’a plus le choix : pour survivre, il doit gagner.

une_autobiographie_transsexuelleCrowdagger Lizzie, Une autobiographie transsexuelle (avec des vampires), éd. Dans nos histoires, coll. King Kong, 2014. Trans, lesbien

« J’ai conscience que, pour beaucoup de gens, je ne peux pas être une vraie lesbienne parce que je suis trans. Et j’avoue que j’ai du mal à imaginer qui pourrait tomber amoureuse d’une fille comme moi.

— Je vais te donner le même conseil qu’aux jeunes vampires qui viennent de subir leur transformation et qui ont une sale tendance à se lamenter sur le fait qu’ils sont des monstres et qu’on les regarde bizarrement : oui, c’est difficile au début, oui, les gens sont des connards, mais, non, je ne suis pas la bonne personne auprès de qui venir chercher du réconfort ou à qui déclamer des poèmes qui illustrent la douleur de ton âme tourmentée. Rassure-moi, tu n’écris pas de poèmes ? »

41uHw2wU9HL._SX289_BO1,204,203,200_Crowdagger Lizzie, Enfants de Mars et de Vénus, éd. Dans nos histoires, coll. King Kong, 2017. Trans, lesbien

« Sauf qu’on n’est pas un couple, a tranché Alys.

— Vraiment ? ai-je demandé, un peu surprise.

— Lev, je t’aime bien, mais pour l’instant on a à peine couché deux fois ensemble et, pour ce que j’en sais, tu couches avec toutes les filles trans que tu rencontres. »

J’ai levé ma main en signe de protestation.

« Ce sarcasme est complètement infondé. Et puis, qu’est-ce que tu fais des lacrymos, des machos, des bastons avec les skins, des interrogatoires musclés et tout ça ? Ça ne compte pas, pour toi ?

— Si, mais ça correspond plus à la description d’un gang que d’un couple. »

J’ai haussé les épaules.

« D’accord, ai-je concédé. Être en gang, ça me va aussi. »

assassin royal

 

Hobb Robin, L’assassin royal, série en 13 tomes (pour les deux premiers cycles, suivis du Fou et de l’Assassin, que je n’ai pas lu), éd. Pygmalion, 1998-2006, rééd. J’ai lu, 2001-2007. Non binaire

Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant – par tradition, le nom des seigneurs doit modeler leur caractère- décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l’existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l’égide du maître d’écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que Fitz reçoive, malgré sa condition, une éducation princière.
L’ enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu’à un fil : celui de sa lame…

CVT_Carmilla_9176Le Fanu Joseph Sheridan, Carmilla, éd. Denoël, 1960,  rééd. Actes Sud, coll. Babel, 1996, rééd. Le livre de poche, 2004. Lesbien

 » Deux grands yeux s’approchèrent de mon visage et soudain, je ressentis une douleur fulgurante, comme si deux grandes aiguilles espacées de quelques pouces seulement s’enfonçaient profondément dans ma poitrine. Je me réveillai en hurlant. La chambre était éclairée par la chandelle qui était restée allumée toute la nuit, et je vis une silhouette féminine au pied de mon lit, un peu sur la droite.  » L’action se passe dans un château de Styrie.
L’héroïne, la jeune Laura, tombe sous le charme de la belle et mystérieuse Carmilla, dont l’arrivée énigmatique dans ce lieu isolé marque l’initiale d’une amitié tendre et exaltée. De l’ouverture presque bucolique à la destruction du vampire que se révèle finalement être Carmilla, tout est là, des ingrédients d’un roman gothique, classique du genre. Mais ici, le vampire est une femme, et à la transgression vampirique s’ajoute celle de l’homosexualité féminine, dans un récit tout de séduction et de sensualité.

regimentPratchett Terry, Les Annales du Disque Monde T.29, Le régiment monstrueux, éd. L’Atalante, 2007, rééd. Pocket, 2012. Travestissement, lesbien

Le frère de Margot Barrette est parti au front et ne donne plus de nouvelles. Qu’à cela ne tienne, la jeune femme se déguise en homme et s’engage dans l’armée. Ce qui brave tous les interdits de son pays, la Borogravie, où les femmes n’ont même pas le droit de porter des pantalons… Voilà Margot plongée en pleine guerre, entourée par de nouvelles recrues tout aussi inexpérimentées qu’elle, dont un vampire, un troll et Igor, sous la houlette d’un caporal sadique.
Ce monstrueux régiment saura-t-il vaincre l’ennemi ?

Roman policier

ne le dis a personneCoben Harlan, Ne le dis à personne, éd. Belfond, 2003, rééd. Pocket, 2004. Lesbien

Imaginez… Votre femme a été tuée par un serial killer. Huit ans plus tard, vous recevez un e-mail anonyme. Vous cliquez : une image… C’est son visage, au milieu d’une foule, filmé en temps réel. Impossible, pensez-vous ?

meurtres-a-willow-pond-9782351786369_0Crabb Ned, Meurtres à Willow Pond, éd. Gallmeister, 2016, rééd. coll. Totem, 2018. Gay

Alicia et Six Godwin coulent une existence paisible jusqu’au jour où ils partent en week-end dans le luxueux lodge que leur richissime cousine, Iphigene Seldon, dirige d’une main de fer. Agée de soixante-dix-sept ans et dotée d’un caractère bien trempé, la vieille dame a justement convoqué ses nombreux héritiers pour leur annoncer qu’elle s’apprête à modifier son testament. Au lodge, l’atmopshère devient électrique.
Tandis qu’un orage d’une extrême violence se prépare, tous les membres de la famille se laissent envahir par des envies de meurtre.

dustDelzongle Sonja, Dust, éd. Denoël, 2015, rééd. Gallimard, coll. Folio Policier, 2016. Lesbien, bi/pan, trans

2010. Dans un terrain vague de Nairobi, un gamin à vélo s’amuse à rouler dans une grande flaque sur le sable ocre. Du sang humain, répandu en forme de croix. Sans le savoir, le garçon vient de détruire une scène de crime, la première d’une longue série.
2012, à Nairobi. Une femme albinos est décapitée à la machette en pleine rue. Le tueur a emporté la tête, un bras aussi. Elle a été massacrée, comme beaucoup de ses semblables, parce que ses organes et son corps valent une vraie fortune sur le marché des talismans.
Appelée en renfort par le chef de la police kenyane, Hanah Baxter, profileuse de renom, va s’emparer des deux enquêtes. Hanah connaît bien le Kenya, ce pays où l’envers du décor est violent, brûlant, déchiré entre ultramodernité et superstitions. Mais elle ne s’attend pas à ce qu’elle va découvrir ici. Les croix de sang et les massacres d’albinos vont l’emmener très loin dans les profondeurs du mal.

millenium-stieg-larsson-actes-sud-2524513_1713

Larsson Stieg, Millénium, trilogie par Larsson puis 2 tomes par Lagercrantz David, éd. Actes Sud, coll. Actes noirs, 2005-2017, rééd. coll. Babel pour les 4 premiers tomes, 2012-2017. Bi/pan

Après avoir perdu un procès en diffamation, Mikael Blomkvist, brillant journaliste d’investigation, démissionne de la revue Millénium et ressasse son dépit. Il est contacté par un magnat de l’industrie qui lui confie une enquête vieille de quarante ans : sur l’île abritant l’imposante propriété familiale, sa nièce, Harriet Vanger, a naguère disparu, et il reste persuadé qu’elle a été assassinée. Si ce n’est pas exactement le hasard qui réunit Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander, réchappée des services sociaux et génie de l’informatique, c’est une vraie chance, car la jeune femme va bien vite s’imposer comme le meilleur atout du journaliste pour élucider l’affaire.
L’intolérance, l’hypocrisie, la violence et le cynisme de notre monde contemporain – aux niveaux politique, économique, social, familial – sont les ressorts de ce polar addictif, au suspense insoutenable, qui a enthousiasmé des millions de lecteurs.

 

Sund Erik Axl, Les visages de Victoria Bergman, trilogie (Persona, Trauma et Catharsis), éd. Actes Sud, coll. Actes noirs, 2013-2014, rééd. coll. Babel noir, 2014-2015. Lesbien

La psychothérapeute Sofia Zetterlund suit deux patients particulièrement difficiles : Samuel Bai, un ancien enfant-soldat de la Sierra Leone et Victoria Bergman, une femme profondément meurtrie par un violent traumatisme d’enfance. Tous deux présentent des signes de personnalités multiples. Un jeune garçon est retrouvé mort derrière des buissons, près d’une bouche de métro, le corps momifié et sauvagement mutilé.
Pour l’inspecteur Jeanette Kihlberg, l’enquête s’annonce compliquée : il est d’origine étrangère et personne ne semble se préoccuper de sa disparition. Bientôt une nouvelle victime impose l’horrible évidence d’une série. Chacune de leur côté, la flic et la psy se voient confrontées aux mêmes questions : Combien de souffrances peut-on infliger avant de basculer dans l’inhumain et de devenir un monstre ? A quel moment la victime se mue-t-elle en prédateur ? Et peut-on être mauvais si on ne ressent aucune culpabilité ? Avec le premier volume de la trilogie « Les Visages de Victoria Bergman », acclamé par la presse suédoise, Erik Axl Sund entame une plongée vertigineuse dans les tréfonds du psychisme humain et signe un polar brut et rageur qui remet l’urgence au coeur du genre.

Littérature érotique

 

Histoires qui fondent sous la langue, collectif, éd. De la Cerisaie, 2002. Lesbien

Huit auteures relèvent le défi et nous offrent leur nouvelle érotique. Huit styles, huit façons de parler de l’érotisme entre femmes, que ce soit dans la chaleur d’un mas provençal, la moiteur d’une boite de nuit, à travers des souvenirs, une ode à l’amour, un journal intime ou pendant une alerte au feu. Huit nouvelles drôles, fantasmatiques, troublantes, inattendues, sensuelles, pudiques, ou osées…

Dessous divers, collectif, éd. De la Cerisaie, 2005. Lesbien

Après leurs Histoires qui fondent sous la langue… les auteures de La Cerisaie reviennent vous faire partager les délices saphiques. Leurs héroïnes explorent les limites du plaisir, lorsque le désir les emporte et que l’imagination exacerbe leurs sens. Elles osent jeter leur vertu et leur retenue aux orties pour découvrir d’autres affinités ou expériences…

Projet Q**** 15 nouvelles érotiques lesbo queer, collectif (avec entre autres la participation d’Ariane Sirota, et la mienne), éd. Des ailes sur un tracteur, 2015. Lesbien, genre, travestissement

Les corps, les identités et les sexualités sont multiples et infiniment variables… Les femmes entre elles se réinventent et s’épanouissent en dehors des clichés, via le queer ou d’autres jeux… Ces auteurEs ont pris le pari de proposer des histoires – courtes et poétiques ou crues – comme autant de propositions…
Laissez-vous titiller l’imaginaire…

Essai

 

intro genderIntroduction aux gender studies, collectif, éd. De Boeck, coll. Ouvertures politiques, 2008, rééd. sous le titre Introduction aux études sur le genre, 2012. Genre

Pourquoi offre-t-on des poupées aux filles et des voitures aux garçons? Pourquoi les femmes gagnent-elles moins que les hommes? Comment expliquer qu’elles effectuent les deux tiers du travail domestique? Pourquoi est-ce si mal vu pour un homme d’être efféminé? Le pouvoir est-il intrinsèquement masculin? Il s’agit là de quelques-unes des nombreuses questions auxquelles s’intéressent les études sur le genre, devenues depuis une trentaine d’années non seulement un champ de connaissances, mais aussi un outil d’analyse incontournable en sciences humaines et sociales. Au-delà de la variété des phénomènes étudiés, l’ouvrage souligne plusieurs partis pris essentiels des études sur le genre: les différences entre femmes et hommes sont le résultat d’une construction sociale et non pas le produit d’un déterminisme biologique; l’analyse ne doit pas se limiter à l’étude « d’un » sexe, mais porter sur leurs relations; le genre est un rapport de domination des hommes sur les femmes, dont les modalités et l’intensité sont sans cesse reconfigurées. Ce manuel propose un panorama clair et synthétique des notions et références essentielles des études sur le genre, en les illustrant par de nombreux exemples concrets.

ni vues ni connues je t'embrouilleNi vues ni connues. Panthéon, Histoire, mémoire : où sont les femmes ?, collectif Georges Sand, éd. Hugo doc, coll. Les Simone, 2017. Féminisme

Pourquoi les noms comme les exploits des femmes n’apparaissent-ils ni sur les plaques des rues ni dans les manuels scolaires ? N’auraient-elles donc rien fait qui vaille la peine qu’elles soient reconnues ? Pourtant, de plus près, en balayant les légendes, en soulevant les tapis, en fouillant les placards, on découvre que l’Histoire qui est enseignée n’a pas retenu le nom de la femme qui affirme l’existence du système solaire avant Galilée, de celle qui invente l’art abstrait avant Kandinsky, ou encore théorise les pulsions de mort avant Freud…
Mais pourquoi, et surtout comment ? En décortiquant les mécanismes qui ont fait tomber les 75 femmes de ce livre aux oubliettes, le collectif Georgette Sand met en lumière sur un ton décalé ce qui a été occulté, spolié ou fantasmé. Il révèle également que ce qui rend invisible n’est pas une fatalité et peut même être désamorcé très simplement : pour être reconnues, il faut être connues, et pour être connues, il faut être vues.

peau-couvAllison Dorothy, Peau A propos de sexe, de classe et de littérature, éd. Balland, coll. Le rayon gay, 1999, rééd. Cambourakis, coll. Sorcières, 2015. Lesbien, féminisme

Activiste féministe lesbienne radicale depuis les années 1970, Dorothy Allison a connu le succès avec ses romans (L’Histoire de Bone, Retour à Cayro). En 1994, elle publie Peau, un recueil d’essais. Elle y parle de son enfance, d’inceste, de lesbophobie. Elle raconte son engagement féministe, sa sexualité, les «Sex Wars» des années 1980. Elle partage ses réflexions sur la littérature : comment écrire l’extrême misère sociale, comment écrire sur le sexe ? Un livre tout à la fois intime, décapant et profondément politique, réédité avec sept textes inédits en français.

Bourcier Sam, Homo inc.orporated Le triangle et la licorne qui pète, éd. Cambourakis, coll. Sorcières, 2017. Genre, LGBT

Avec Homo Inc.orporated, Sam Bourcier poursuit la réflexion menée dans la trilogie des Queer Zones. Mariage, procréation, travail, patrie, les gais et les lesbiennes ont basculé dans la sphère de la reproduction et de la production. Que reste-t-il du sujet politique LGBT lorsqu’il est défini par le droit et le management de la diversité ? Pas grand-chose. Raison pour laquelle les queers et les transféministes se mobilisent pour un agenda de redistribution économique et de justice sociale plus large que la simple demande d’égalité et d’intégration. Homo Inc.orporated propose une critique radicale de l’homonationalisme et des politiques de l’égalité des droits. C’est aussi une boîte à outils pour lutter contre le néolibéralisme, avec une réflexion et de nouveaux moyens d’action sur les politiques du savoir à l’université, le genre comme travail, la grève du genre sans oublier le gender fucking !

SorcièresChollet Mona, Sorcières, La puissance invaincue des femmes, éd. La Découverte, coll. Zones, 2018. Féminisme

Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?
Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante — puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant — puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.
Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

Despentes Virginie, King kong théorie, éd. Grasset, 2006, rééd. Le livre de poche, 2007. Féminisme

« J’écris de chez les moches, pour les moches, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf, aussi bien que pour les hommes qui n’ont pas envie d’être protecteurs, ceux qui voudraient l’être mais ne savent pas s’y prendre, ceux qui ne sont pas ambitieux, ni compétitifs, ni bien membrés. Parce que l’idéal de la femme blanche séduisante qu’on nous brandit tout le temps sous le nez, je crois bien qu’il n’existe pas. »

En racontant pour la première fois comment elle est devenue Virginie Despentes, l’auteur de Baise-moi conteste les discours bien-pensants sur le viol, la prostitution, la pornographie. Manifeste pour un nouveau féminisme.

ainsiGroult Benoîte, Ainsi soit-elle, éd. Grasset, 1975, rééd. Le livre de poche, 1977, éd. Grasset 2010, précédé de Ainsi soient-elles au XXIème siècle. Féminisme

On a longtemps pris la parole de l’homme pour la vérité universelle et la plus haute expression de l’intelligence, comme l’organe viril constituait la plus noble expression de la sexualité.
Il faut que les femmes crient aujourd’hui. Et que les autres femmes – et les hommes – aient envie d’entendre ce cri. Qui n’est pas un cri de haine, à peine un cri de colère, car alors il devrait se retourner contre elles-mêmes. Mais un cri de vie. Il faut enfin guérir d’être femme. Non pas d’être née femme mais d’avoir été élevée femme dans un univers d’hommes, d’avoir vécu chaque étape et chaque acte de notre vie avec les yeux des hommes et les critères des hommes. Et ce n’est pas en continuant à écouter ce qu’ils disent, eux, en notre nom ou pour notre bien, que nous pourrons guérir.

ado lesbiennesLebreton Christelle, Adolescences lesbiennes De l’invisibilité à la reconnaissance, éd. Du remue-ménage, 2017. Lesbien

Tant de luttes ont été menées pour que les lesbiennes sortent de l’ombre. Pourtant, les adolescentes qui prennent conscience aujourd’hui de leur homosexualité refont le même chemin tortueux, de l’invisibilité à l’affirmation. Et le récit de ces expériences demeure rare, étouffé, voire phagocyté par le tapage continu du discours hétérosexiste. Ce livre rassemble les témoignages d’une vingtaine de jeunes femmes qui ont accepté de dévoiler pour nous ces parcours intimes.
Quand prend-on conscience de son orientation sexuelle ? Que faire des désirs homosexuels naissants ? Comment agissent les représentations culturelles de l’hétérosexualité? Toutes se souviennent de l’homophobie latente à l’école, des relations hétérosexuelles malheureuses, du sentiment d’être normales ou déviantes, des réactions de leur famille, de leur propre déni. Et du silence aussi, qu’elles ont brisé pour cet essai, qui veut aider d’autres jeunes femmes à surmonter la détresse et les blessures.

rose et noirMartel Frédéric, Le Rose et le Noir – Les homosexuels en France depuis 1968, éd. Points, 2008. Gay, lesbien, féminisme

Ce livre est une chronique des homosexuels en France, hommes et femmes, depuis 1968. L’homosexualité est un fil rouge qui relie entre eux des phénomènes majeurs: libération sexuelle, féminisme, mutation des modes de vie, lutte contre le sida, pacs… Frédéric Martel évoque les figures emblématiques et les activistes, mais aussi les débats et les combats, tout ce qui a contribué à ce que les « gais » sortent de l’ombre.
Plus visibles, mieux acceptés, les homosexuels sont aujourd’hui en quête de reconnaissance. Ce livre, nourri de centaines de témoignages croisés, a suscité un large débat ici et à l’étranger. Il constitue désormais l’ouvrage de référence sur la question homosexuelle en France.

révolution féministeMorris Bonnie J. et Withers D-M, La révolution féministe. La lutte pour la libération des femmes 1966-1988, éd. Hugo Image, 2018. Féminisme

La longue et passionnante histoire de cette révolution remonte au XIXe siècle. Mais elle a connu un essor particulier au XXe siècle, pendant les années 60. La révolution féministe, la lutte pour la libération des femmes 1966-1988 en retrace les combats passionnés et les nombreuses avancées.

Ce panorama des mouvements de libération des femmes est composé d’interviews inédits et de récits parfois jamais publiés à ce jour. Ils sont illustrés d’une foule de documents visuels, rares et étonnants, comme autant de preuves de l’incroyable créativité et de la grande diversité des combats des femmes. Il retrace les campagnes politiques individuelles et collectives au cours desquelles les femmes ont cherché à affirmer leur indépendance et à faire valoir leurs droits. Il célèbre leur détermination à se libérer de la culture et des lois patriarcales. La conviction des femmes qu’elles ne devaient pas se contenter de lutter contre la violence, le harcèlement et les agressions sexuelles, mais également reconquérir leur corps, leur esprit et leur identité culturelle, a irrigué les arts, la littérature, les médias, le cinéma, le théâtre et la musique. Elle a inspiré des marches, des sit-in et des manifestations. Ces luttes ont concerné des femmes de tous milieux, de toutes couleurs, de toutes sexualités, depuis les chambres à coucher jusqu’aux salles des conseils d’administration, dans les coeurs et dans les têtes, à travers le monde entier.

La révolution féministe est un brillant hommage, fort opportun à l’ère de #MeToo et de #MaintenantOnAgit, au courage et à l’humour, à la passion et à l’audace des mouvements de libération des femmes. Il offre une inspiration renouvelée pour le futur.

Nelson Maggie, Les Argonautes, éd. Du Sous-sol, 2018. Trans, genre

Les Argonautes, c’est d’abord une histoire d’amour. Deux êtres qui se rencontrent et tombent éperdument amoureux. Leur amour grandit, leurs deux corps se transforment, et avec leurs mutations d’autres grandes questions résonnent : qu’est-ce que la maternité? Comment se construit le genre ? Comment vivre et penser la marge en construisant une famille ? A la lisière de l’essai et de l’autofiction, Les Argonautes est à la fois amusant et indigné, souvent emporté, toujours brillant.
Maggie Nelson nous y présente les penseurs qui l’ont aidée à vivre, Judith Butler, Susan Sontag, Gilles Deleuze ou Roland Barthes. Elle parvient à mêler histoire intime et réflexion, livrant un texte à nul autre pareil, brillant et solaire. Au fil de ses lectures, elle nous emmène en Floride sur la plage, au cabaret burlesque, dans une université de New York, dans le bureau d’un shérif en Californie, à la très kitsch chapelle de Hollywood…
Et surtout, elle s’assure que nous ne verrons plus jamais de la même façon le mystère de la fabrication d’un corps par un autre.

girls sexOrenstein Peggy, Girls & Sex, Une étude américaine, éd. HarperCollins, 2018. Lesbien, bi/pan, asexualité, genre

Un fossé s’est creusé entre les parents et leurs filles. Même à l’ère des « parents-hélicoptères » , mères et pères ne savent pas concrètement comment leurs filles appréhendent la sexualité. En s’appuyant sur de longues interviews réalisées auprès de 70 Américaines et de psychologues, universitaires et spécialistes, la journaliste aborde les sujets qu’on préfère éviter avec une grande délicatesse et beaucoup d’humour : le rôle de la pornographie ; pourquoi le fait de perdre sa virginité est si important aujourd’hui ; le terrain accidenté que constitue la culture du hookup (coup d’un soir) ; la prégnance dérangeante des agressions sexuelles.
Loin d’asséner des vérités établies, le travail rigoureux de Peggy Orenstein incite au contraire au dialogue, multipliant les informations qui permettent au lecteur d’être mieux armé pour comprendre le monde nouveau et complexe dans lequel les ados évoluent aujourd’hui.

Preciado Paul B., Testo Junkie Sexe drogue et biopolitique, éd. Grasset, rééd. J’ai lu, 2014. Genre, trans

« Ce livre n’est pas une autofiction. Il s’agit d’un protocole d’intoxication volontaire à base de testostérone synthétique. Pendant le temps de cet « essai corporel », deux impondérables : la mort de Guillaume Dustan et le tropisme du corps de Beatriz Preciado vers le corps de V.D. Sont enregistrées ici aussi bien les micro-mutations physiologiques et politiques provoquées par la testostérone dans le corps de Beatriz Preciado que les modifications théoriques et physiques suscitées dans ce corps par la perte, le désir, l’exaltation, l’échec ou le renoncement. « Le lecteur ne trouvera pas ici de conclusion définitive sur la vérité de mon sexe, ni d’oracle sur le monde à venir. Je donne à lire ces pages qui dessinent les croisements des théories, des molécules et des affects, pour laisser trace d’une expérience politique dont la durée exacte a été de 236 jours et nuits et qui continue aujourd’hui sous d’autres formes. Si le lecteur trouve ici, assemblés sans solution de continuité, des réflexions philosophiques, des récits de session d’administration d’hormones, et des registres détaillés de pratiques sexuelles, c’est simplement parce que c’est le mode sur lequel se construit et se déconstruit la subjectivité.»

homo cinéRoth-Bettoni Didier, L’homosexualité au cinéma, éd. La Musardine, 2007. LGBT, travestissement

Unique en son genre, ce livre offre un panorama très complet des multiples représentations des gays et des lesbiennes dans le 7e art, de son invention à nos jours.
Un tour d’horizon qui ne se limite pas au cinéma gay ni aux grands films parlant d’homosexualité (Mort à Venise, L’Homme blessé, Victor Victoria, Le Secret de Brokeback Mountain…) mais qui englobe des genres plus secrets (le western, le flirt noir) ou plus inattendus (les duos comiques à la Laurel et Hardy, les comédies franchouillardes, le cinéma d’horreur), sans oublier l’érotisme.

La manière dont le cinéma parle d’homosexualité est tout sauf neutre : que les homosexuels soient réprimés ou tolérés, les films en portent la trace.

C’est cette histoire complexe, où se mêlent des aspects purement cinématographiques et d’autres de nature plus politique, que cet ouvrage s’efforce de retracer. Greta Garbo, Rainer Werner Fassbinder, Rock Hudson, Barbara Hammer, Wong Kar-wai, Youssef Chahine, Jean Cocteau, Gus Van Sant, Pedro Almodovar, François Ozon, Pier Paolo Pasolini et Rose Troche font partie de ce voyage à la fois chronologique et géographique à travers plus de 5 000 films et 600 photographies.

Témoignage

Abbott Alysia, Fairyland, éd. Globe, 2015, rééd. 10/18, 2016. Gay, homoparentalité

1974. Après la mort de sa femme, Steve Abbott, écrivain et militant homosexuel, déménage à San Francisco. Avec sa fille de deux ans, Alysia, il s’installe dans le quartier de Haight-Ashbury, le centre névralgique de la culture hippie.

Blanc Myriam, Et elles eurent beaucoup d’enfants Histoire d’une famille homoparentale, éd. Le bec en l’air, 2005. Homoparentalité, lesbien

 » Il était une fois deux jeunes femmes de vingt et un ans, pas très différentes des autres jeunes femmes de leur âge, ni plus moches, ni plus bêtes, ni plus coincées. Elles se rencontrèrent, elles s’aimèrent, elles ne se marièrent pas, car elles n’en avaient pas le droit, et quelques années plus tard, elles eurent néanmoins beaucoup d’enfants… Voici donc l’histoire d’une famille, la nôtre. Elle ressemble à toutes les familles, à ce détail près qu’elle compte deux mères et pas de père.  » Récit d’une expérience familiale : l’auteure et sa compagne ont chacune mis au monde une fille issue d’une insémination artificielle avec donneur anonyme, réalisée en Belgique. Cinq ans après la naissance de leur fille aînée, ce livre revient sur leur choix, les questions qu’il pose : l’absence de père, le regard de la société, l’invention d’un nouveau schéma familial, l’évolution possible de la législation… Un témoignage écrit avec justesse, qui apporte un éclairage bienvenu sur une question d’actualité. Myriam Blanc ne cherche pas à faire de son histoire un modèle, elle se contente d’expliquer avec une grande honnêteté intellectuelle, et non sans humour, ses choix et ceux de sa famille.

enfant guerreBrun Olivia, L’enfant de la guerre, éd. L’Harmattan, 2018. Lesbien, gay

Ce livre est un portrait d’enfance, une histoire atypique, la découverte d’une sexualité en marge et de tout ce qu’une jeune femme née dans les années 80 et issue de la classe moyenne peut vivre de non-dits et de violence sourde.
Une mère colérique, un père absent, les grands-parents prennent le relais mais la jeune fille se sent un peu seule pour grandir. Que faire pour dépasser les limites ? Se marier avec Julie Andrews ? Ecrire une comédie musicale punk-rock dans un lotissement peu glamour ? Tomber amoureuse de sa prof et créer le scandale ?

Douru Muriel, Deux mamans et un bébé, éd. KTM, 2011. Homoparentalité, lesbien

« Sur mon lit d’accouchement, mon bébé dans les bras, je suis une de ces milliers de femmes qui, à chaque seconde dans le monde, donnent la vie. Mais c’est une autre femme qui m’a accompagnée dans l’effort, une femme que j’aime. Une femme avec qui j’ai désiré cet enfant et qui m’a suivie dans un long parcours à l’étranger. Dans notre pays, la France, on nous reconnaît le droit d’être lesbiennes. Nous pouvons même nous unir légalement.
Mais on ne nous autorise toujours pas ce droit pourtant élémentaire : celui d’avoir des enfants. […] Les politiciens, les psychologues, les intellectuels, défilent dans les médias pour donner gravement leur avis sur le sujet. Et pendant ce temps-là, sans attendre leur autorisation, nous sommes des milliers, hommes et femmes, à devenir parents ».

Léotard Axel, Mauvais genre, éd. Hugo et compagnie, 2009. Trans

Paris est pour moi la ville de tous les possibles, je ne me suis jamais sentie femme, jamais sentie homme ; je ne me suis jamais sentie hétérosexuelle ou homosexuelle. Ce qui m’a été donné à voir sur ces premiers mois m’a conforté dans la certitude de ce que j’étais, j’y mets enfin un mot et un état. On ne devient pas transsexuel, on naît transsexuel. De l’enfance à l’adolescence, j’ai appris tant bien que mal, à évoluer dans un genre qui n’est pas le mien, cherchant à aménager un terrain de vie que je trouve glissant, là où mes camarades d’écoles en pleine adolescence s’épanouissent.
Ne me reconnaissant pas dans un rapport hétérosexuel, je découvre les plaisirs lesbiens. Ne me reconnaissant pas dans un jeu social où ma place est assignée de facto, j’engrange les poèmes des fous, faisant des recueils de poésies d’Antonin Artaud et d’autres, mes livres de chevets. À défaut de m’insérer dans « une normalité » j’appréhende la folie. À seize ans, le hasard me fait lire l’histoire d’une femme née homme et devenue avocate au barreau.
J’acquiers la certitude que la notion de fatalité est un piège à cons.

Sombrun Corine, Les tribulations d’une chamane à Paris, éd. Albin Michel, 2007, rééd. Pocket, coll. Pocket Spiritualité, 2009. Lesbien

Comment être chamane à Paris ?
En Mongolie, les chamanes ont reconnu Corine Sombrun comme l’une des leurs. Trois ans durant, ils l’ont initiée à la culture de la steppe, à la croyance aux esprits et à la magie. Mais, de retour à Paris, comment répondre aux attentes de ses proches qui lui demandent, à son corps défendant, toutes sortes de rituels pour apporter la chance, la santé et l’amour ? En quoi la réalité citadine occidentale est-elle si différente du mode de vie traditionnel et tribal ?
Sa rencontre avec une ethnopsychiatre, très au fait des dernières découvertes en neurobiologie, va l’amener à saisir la fragile frontière entre logique et crédulité, raison et superstition, et à mieux comprendre ses propres facultés. Ce qui n’empêche cependant pas l’inattendu de surgir…
Ce récit d’une expérience limite révèle avec humour les voies escarpées d’un parcours chamanique, entamé avec le Journal d’une apprentie chamane et Mon initiation chez les chamanes, dressant, entre science et tradition, un état encore inédit des connaissances actuelles sur le sujet.

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Bibliothèque biblioqueer »

  1. Ping : Bibliothèque biblioqueer | biblioqueer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s