Archives du mot-clé Editions de L’Isatis

Pourquoi les filles ont mal au ventre ? de Lucile de Pesloüan et Geneviève Darling

Pourquoi les filles ont mal au ventre ? est un manifeste féministe qui dénonce les malaises que ressentent les femmes, de l’enfance à l’âge adulte dans une société qui ne les ménage pas.

Ce manifeste a vu le jour sous forme de fanzine en 2014. Plusieurs centaines d’exemplaires vendus plus tard, l’ouvrage renaît sous forme de live illustré avec un texte enrichi et développé, appuyé par des illustrations réalistes et percutantes.

indexVoici donc la quatrième de couverture de ce livre, dont le sujet m’intriguait et m’attirait, et qui dans ma tête allait faire écho à Les règles… Quelle aventure ! Et me voilà un peu embêtée pour venir vous en parler… Ce livre est en effet tout à fait louable, en dénonçant sous forme de phrases courtes et illustrées le sexisme ordinaire, les violences faites aux femmes, le racisme, la transphobie, la biphobie, lesbophobie etc.… Tout ça fait froid dans le dos et sert de piqure de rappel, voire d’informations (j’ai appris des choses) mais reste très succinct.

Les autrices terminent le livre avec ce petit texte :

Pourquoi les filles ont mal au ventre ? a été conçu pour provoquer discussions, réflexions, et actions autour du féminisme et de la lutte pour le respect des droits de la femme. En tant que femmes blanches privilégiées, l’auteure et l’illustratrice sont conscientes que leur expérience est loin d’être celle de toutes les femmes. Ce livre n’est donc pas une description intégrale de toutes les réalités vécues, mais souhaite offrir une prise de conscience du sexisme au quotidien et des autres systèmes d’oppression que subissent les femmes et les filles à travers le monde.

Donc je me dis que oui, ce livre peut être intéressant dans un but pédagogique, il peut lancer des discussions, permettre d’aborder différents sujets, et de les développer en groupe. Mais à la lecture seule, il reste à mon goût trop limité.

Peut-être aussi, parce que pour ma part, le graphisme ne m’a pas emportée, même si je ne peux que louer le fait que la représentation soit intéressante en termes de personnes racisées, handicapées, aux corps hors normes, de personnes trans, bi, lesbiennes.

 

 

Une dernière citation pour la route, qui fait froid dans le dos :

Les filles ont mal au ventre de savoir que le viol et la violence envers elles représentent un risque de mort plus grand pour une femme âgée de 15 à 44 ans que le cancer, les accidents de la route, la guerre et le paludisme réunis.

Publicités