Archives du mot-clé Genre

Foyer, d’Ariane Sirota

image.htmlJ’en parlais il y a quelques temps dans mon bilan lectures et surtout mon bilan attente de lectures, et j’ai enfin pu me plonger dans Foyer, d’Ariane Sirota. Je suis très heureuse de venir vous en parler ici, et touchée de bien des façons par ce roman qui fait écho en moi, et qui m’a été personnellement adressé et dédicacé.

Tout commence à Modere, en Haute-Savoie, dans une communauté féministe où la vie semble très dure, et surtout très isolée du reste du monde. Jusqu’au jour où l’Internationale féministe leur lance un ultimatum, et où plusieurs membres se voient contraints d’aller visiter d’autres communautés. Tout d’abord réfractaires, certain.e.s finissent par découvrir à quel point Modere les a embrigadé.e.s dans une pensée unique et un labeur toujours plus dur.

Foyer, c’est avant tout une expérience de lecture. Chaque communauté a son langage et sa façon propre de lutter contre le sexisme, et c’est très intéressant de voir par quels biais ça peut passer. Et cela se reflète bien évidemment dans les façons de vivre des communautés, très différentes les unes des autres, et que j’ai adoré découvrir, notamment par le regard des membres de Modere, tour à tour méfiant, étonné ou agréablement surpris.

Foyer évoque des sujets et des problématiques vraiment passionnants, sur les communautés et ses dérives, sur le genre, le sexisme, le langage, le corps, genré ou non, le couple, la famille et j’en oublie certainement.

Ce livre fait écho à un autre, lu récemment, Les sentiers de l’utopie (d’Isabelle Fremeaux et John Jordan, aux éditions La découverte), où les auteurs parcouraient l’Europe pour visiter différentes communautés. Dans les deux ouvrages, la vie dans ces microcosmes permet de mettre à jour des problématiques et évoque des façons de vivre qui semblent à la fois lointaines et proches des nôtres.

C’est le genre de livre en tout cas qui fait réfléchir, qui peut permettre de remettre en cause les évidences, d’aider à s’affranchir des diktats qu’on nous impose, et de s’ouvrir à l’autre, à soi.

Publicités

Je suis qui je suis, de Catherine Grive

41htjbfvo5l-_sx195_Je suis qui je suis est un roman pour ados. Raph passe son été avec ses parents. La famille ne part pas en vacances cette année car la mère attend un enfant.

De Raph, on ne sait pas grand-chose, sauf qu’un grand chagrin l’envahit, sans trop savoir d’où il vient. Raph passe l’été en faisant du tri dans sa chambre, se débarrassant de ses vieilles affaires, avec plus ou moins de bonheur, et des souvenirs qui remontent. Raph a des amis, mais pas d’amies, jusqu’au jour où Sarah rentre dans sa vie.

Les quarante premières pages nous laissent indécis sur le genre de Raph. Très honnêtement, j’ai déjà lu d’autres romans qui utilisaient le même procédé (notamment des romans jeunesses d’ailleurs), et ici j’ai trouvé ça un peu artificiel. Mais ça n’a pas vraiment d’importance. On suit les états d’âme de notre personnage, sa tristesse, ses questionnements, qui rendent bien compte de l’état adolescent.

Raph se pose des questions sur son genre, plus que sur sa sexualité. Ces questionnements arriveront sans doute, mais plus tard, quand Raph arrivera à se définir.

J’ai aimé ce personnage, qui ne sais pas où il en est, ni d’où vient sa tristesse. Dommage par contre de faire une fin aussi simpliste, et assez décevante.

La favorite, de Matthias Lehmann

favoriteVoici un de mes gros coups de cœur de ces derniers mois. La favorite était d’ailleurs dans la sélection officielle d’Angoulême, et c’est bien dommage qu’il n’ait pas eu de prix.

J’aime beaucoup le graphisme, ce noir et blanc nous plonge dans un passé qu’on imagine lointain. J’avais peur d’avoir un peu de mal à rentrer dans l’histoire, mais on est tout de suite happé, et plongé dans une atmosphère un peu étrange.

Tout commence dans un huis clos. Constance raconte son enfance, auprès de ses grands-parents.  Dès les premières pages, on est enfermé avec elle dans cette maison, entre sa grand-mère, imposante et effrayante, et son grand-père, incapable de s’imposer face à sa femme. Il est question de martinet, de punitions dans le grenier, et de ne jamais sortir plus loin que le jardin. Petit à petit, les éléments mystérieux s’accumulent : Constance ne sait rien du tout de ses parents, à part qu’ils sont morts, et ses grands-parents ont eu une autre fille, morte à l’âge de 10 ans.

lafavorite

Et là, j’ai envie de vous dire, si vous êtes tentés, n’allez pas plus loin et foncez lire cette BD ! Malheureusement, on trouve sur Internet beaucoup d’articles qui dévoilent une partie importante de l’histoire, et je trouve ça un peu dommage. Pour ma part, même si j’ai adoré cette lecture, j’aurais aimé avoir cet effet de surprise.

Donc pour ceux que ça ne dérange pas, je m’apprête à dévoiler un élément important de l’histoire…

MEP FAVORITE OK.inddLa force de La favorite, c’est de distiller des éléments au compte-goutte. On imagine au début voir une petite fille dans une maison totalement isolée dans un autre temps, pour peu à peu se rendre compte qu’on a affaire à un petit garçon travesti par sa grand-mère totalement tyrannique (et un peu dérangée sans doute), dans un passé pas si lointain.

Constance va petit à petit découvrir le monde extérieur, d’abord en sortant acheter du pain dans le village, puis avec les enfants du gardien. Ces échanges avec le monde extérieur vont dérégler cette machine bien huilée mise en place par la grand-mère. Constance est en effet un petit garçon avide d’aventures, qui ne demande qu’à sortir explorer d’autres horizons, et qui rêve de pirateries et de détective privé, les livres et les films étant ses seules distractions.

Avec la présence d’autres enfants, il découvre aussi d’autres choses, notamment une attirance pour une fille un peu plus âgée. Le travestissement causant pas mal de quiproquos…

Quelques extraits :

En découvrant l’altérité, l’enfant, qui avait grandi sans trop se poser de questions, prit conscience de l’anormalité de sa situation…

… vivant chez ses grands-parents, sans rien savoir ni de sa mère, ni de son père, sans aller à l’école, travesti en petite fille.

bd1_1600x1060-tt-width-1600-height-1067-crop-1-bgcolor-000000-nozoom_default-1-lazyload-0-responsive-1

A cet instant précis, je sus avec acuité que je serais capable de m’adapter et de devenir Maxime. Longtemps, je m’étais senti comme un garçon dans un corps de fille ; désormais, je serais un peu fille dans un corps de garçon.

Pas de personnage lgbt ici, mais la question intéressante du travestissement, de notre part à tous de masculin et de féminin, de ce qui fait de nous une fille ou un garçon (après tout, Constance s’habille en fille selon les désirs de sa grand-mère, sans que cela remette en question le fait que ce soit un garçon).

Garçon manqué, de Liz Prince

Garcon_Manque Avant même d’avoir cette BD entre les mains et de savoir à quoi elle ressemblait, j’étais intriguée par son titre et sa thématique. Garçon manqué est déjà le titre d’un roman d’une auteure que j’aime beaucoup, Nina Bouraoui.

C’est donc pleine d’impatience et d’attentes que j’ai ouvert cette bande dessinée. Toutes les raisons pour être déçue en fait. Fort heureusement, Garçon manqué était à la hauteur de mes espérances.

Liz Prince, aujourd’hui trentenaire, nous raconte son enfance et son adolescence en tant que garçon manqué. Depuis toute petite, elle apprécie les vêtements et les activités de garçon. Elle ne quitte jamais sa casquette et porte même des slips. Ce style lui plait et ne lui pose d’ailleurs absolument pas question jusqu’au jour où elle se heurte (assez violemment) aux regards des autres. Les années d’école ne seront pas toujours évidentes pour elle, comme pour beaucoup de personnes qui sortent des normes.

garconmanque1

Mais ce témoignage n’est pas juste le récit d’une petite fille rejetée par ses camarades de classe. Déjà, parce que fort heureusement pour elle, Liz se trouve des ami(e)s qui l’acceptent comme elle est. Mais aussi et surtout parce qu’il pose des questions très intéressantes sur ce qui fait une fille ou un garçon. Liz Prince cherche longtemps une réponse à cette question, se rendant compte qu’elle ne ressemble ni à l’un, ni à l’autre. Jusqu’au jour où une de ces connaissances lui fait comprendre que ce n’est peut-être pas d’être une fille qu’elle déteste, mais ce que la société impose d’être aux filles.

garcon_manque_image2

Et ça, c’est franchement chouette à lire dans une BD. D’autant plus qu’on échappe à plein d’écueils. Liz Prince ne se dit pas soudainement arrivée à un certain âge qu’elle va se mettre aux robes et au maquillage. C’est un garçon manqué et c’est comme ça qu’elle se sent bien. Point. D’autre part, l’auteure est attirée par les garçons et ce n’est pas toujours évident pour elle, vu que ces derniers ont tendance à être attirés par des filles plutôt féminines.

En bref, une super BD, qui parlera à tous, garçon manqué ou non, parce qu’elle aborde les difficultés de l’enfance et de l’adolescence, l’amitié, l’amour, la famille, le tout avec tendresse et légèreté.