Archives du mot-clé Harcèlement

Barricades, de Charlotte Bousquet et Jaypee

barricadesBarricades est un roman graphique, suite d’un premier tome se déroulant dans le même lycée, Secret pour secret. Je n’ai lu que Barricades, et ce n’est en rien gênant pour la lecture, les histoires étant indépendantes.

Nous suivons l’histoire de Sam, qui est arrivée dans un nouveau lycée deux mois auparavant. On comprend rapidement qu’il s’est passé des choses très graves dans le précédent. Sam est une fille trans, et aucun élève n’est au courant dans son nouvel établissement. Elle a vécu l’enfer avant, que ce soit à cause des profs ou des autres élèves. Ici, elle se protège donc comme elle peut, mais il est difficile de se priver de toute vie sociale, et la musique va la rapprocher d’autres élèves et l’amener à intégrer un groupe en tant que chanteuse.

Barricades retrace bien les méandres de l’adolescence. Ici il est question de transidentité, mais je trouve que le dessin rend bien compte de la difficulté de cette période, en général. La BD est très très courte, mais a au moins le mérite d’évoquer des sujets graves : l’automutilation, le harcèlement, la transphobie… Le tout de façon assez pédagogique. En effet, Barricades s’adresse aux adolescents, et disons qu’elle fait simple et court. Ce type d’histoire a déjà été vu je trouve, et reste assez classique. C’est néanmoins une bonne chose d’aborder des thématiques de genre dans une BD pour cette tranche d’âge (à part Justin, de Gauthier, je n’ai pas d’autres exemples en tête). Le fait de passer par des étapes extrêmement douloureuses mais de finir sur une note de solidarité, et d’amitié est positif, mais assez expéditif. On aurait pu espérer un peu plus de développement de ce côté là.

Ce livre n’est malheureusement pas totalement exempt de maladresses, notamment avec ce passage :

– Donc avant, tu étais… un garçon…

– Techniquement, je le suis encore un peu. Ça s’arrange de jour en jour mais il y a des restes…

Bon là y a rien qui va quoi ! Et puis encore une fois ça ramène les personnes trans à ce qu’elles ont entre les jambes, donc c’est dommage de lire un truc pareil dans un livre qui se veut pédagogique…

Publicités

Frangine, de Marion Brunet

couv-frangineJe me rends compte que ça fait des lustres que je n’ai pas posté d’article sur ce blog, me revoici donc avec quelques lectures jeunesse.

Frangine m’a été conseillée (si je puis dire, en fait c’était plutôt du genre « Ah bon, tu n’as pas lu Frangine ?! »). Donc maintenant je peux dire que je l’ai lu, et même que je l’ai dévoré.

Frangine est un roman pour ados, dont l’histoire nous est racontée par Joachim. Cette année, il rentre en terminale, et sa petite sœur, Pauline, fait sa grande rentrée au lycée, puisqu’elle passe en seconde. Ils sont assez proches, et ont la particularité d’avoir deux mamans. Manifestement ils ont grandi dans un cocon, assez protégés, et tout a l’air de bien se passer. Joachim est quasiment adulte, et en dernière année au lycée, il ne se rend pas forcément compte que c’est un grand pas pour sa sœur.

Le point de vue de Joachim est intéressant, parce qu’il a une vie de lycéen assez ordinaire, avec ses potes, et un début de relation amoureuse avec une fille, mais il en dévoile plus petit à petit, que ce soit sur ses mères (l’une d’elle a une famille qui n’accepte pas du tout la situation et n’a jamais rencontré ses petits enfants) ou sur comment son entourage a accepté le fait qu’il ait deux mamans (tout n’a pas toujours été tout rose non plus). Le fait qu’il ait passé certaines étapes lui fait oublier qu’il n’en sera pas de même pour Pauline, et peu de temps après la rentrée, il se rend compte que quelque chose cloche, et découvre que sa sœur est harcelée à cause de sa situation familiale.

Que dire de plus ? Franchement, j’ai beaucoup aimé. J’ai trouvé le ton juste, et les relations entre les personnages sont très touchantes. Il y a des ratés, comme dans toutes les familles, où chacun est tellement préoccupé par sa vie ou ses petits problèmes qu’il en oublie les autres, mais on sent tout l’amour qu’il y a entre eux. J’ai aimé le fait que Joachim réalise la différence entre lui et sa sœur, parce qu’ils n’ont pas le même caractère, et que lui est un garçon plutôt costaud. On sent qu’il a envie de défendre sa sœur mais qu’il comprend qu’il doit aussi lui laisser gérer les choses à sa façon à elle.

C’est un beau roman sur l’adolescence, sur l’affirmation de soi, sur la découverte des autres aussi, au sens large. L’homoparentalité est très bien traitée, je trouve, ainsi que les difficultés que le regard des autres peut créer.