Archives du mot-clé Trans ftm

Les 5/5, d’Anne Plichota et Cendrine Wolf

Plichota_Wolf_5sur5_T1_couverture-681x1024A priori, Les 5/5 n’est pas du tout le genre d’ouvrage qui m’attire. Notamment parce qu’il parle d’ados qui font du sport de rue (type skate, BMX ou art du déplacement comme les Yamakasi). Mais comme j’ai entendu qu’il y était question d’un transgenre, je me suis laissée tenter, et j’ai franchement bien accroché, et maintenant je veux la suite, et ouais !

Les 5/5 sont des ados qui ont entre 12 et 17 ans, chacun passionné par un de ces sports, donc. Au début, rien ne les réunit, et on découvre les spécificités de chacun : une jeune Pakistanaise venue en France avec sa famille qui essaie de la garder sous sa coupe, des jumeaux déscolarisés vivant dans une cité, un jeune garçon qui rêve de devenir acrobate et dont le père trouve ce hobby ridicule et peu lucratif, et donc, le personnage qui nous intéresse particulièrement ici, John, 12 ans, choyé par sa famille et accessoirement transgenre.

Ils sont un jour réunis par le frère de l’un deux, Lip, pour faire justice à leur manière, auprès d’hommes puissants, tels de nouveaux Robin des Bois.

Je ne vais pas vous mentir, j’ai vraiment bien accroché, mais ce livre à des défauts. Les personnages sont un poil archétypaux et surtout, les méchants sont bien des méchants de cinéma, des hommes riches et puissants, des ordures de première sans demi-teinte. Ça ferait une excellente série télé cela dit, les personnages sont malgré tout attachants, et tous les ingrédients sont là pour que ça prenne.

Pour en revenir à John, le personnage est vraiment développé, et plutôt bien je trouve. C’est encore un enfant, c’est le plus jeune de la bande, et son innocence est assez touchante pour le lecteur comme pour les autres membres du groupe.

Sa famille le soutient totalement, et c’est beau à lire, mais ça n’empêche pas la transphobie de l’entourage, du bête et méchant d’une voisine qui a peur que cela déteigne sur son fils, aux maladresses de chacun, ne sachant pas toujours comment réagir.

Sa relation avec Tom, deuxième plus jeune de la bande, est aussi touchante, Tom étant clairement attiré par John. J’espère que la suite sera à la hauteur, entre le passage de John dans l’adolescence (il sent que son corps est sur le point de le trahir) et justement, l’attirance entre les deux garçons.

J’ai beaucoup aimé que cette thématique soit abordée dans un roman d’aventures, où ce n’est absolument pas central à l’histoire, et c’est assez rare pour être signalé.

Publicités

Opération Pantalon, de Cat Clarke

CVT_Operation-pantalon_5077J’ai entendu parler d’Opération pantalon sur la chouette chaine Youtube de Mx Cordélia (qui parlait également d’un autre livre de la même autrice, A kiss in the dark, qu’il me tarde de découvrir), ça m’a donné envie de foncer l’acheter, et je ne l’ai pas regretté.

Liv fait sa première rentrée au collège et à son grand désespoir, le port de la jupe y est obligatoire pour les filles. Lui sait très bien qu’il n’en est pas une, mais aux yeux des autres, il est Olivia, ou Liv, mais en tout cas, une fille. Il va donc tout faire pour pouvoir s’habiller comme il le souhaite, et lancer l’Opération pantalon.

Ce n’était pas volontaire, mais les trois derniers romans jeunesse que j’ai lu ont des thématiques qui se croisent. Comme dans Le secret de Grayson, le personnage principal est transgenre et surtout assez jeune, puisqu’en 6ème. La différence entre les personnages m’a d’ailleurs un peu perturbée, j’ai trouvé Liv plus mature que Grayson, il m’a donc semblé un peu plus âgé, mais je me dis que c’est un âge charnière, plein de changements et de chamboulements, qu’il est donc normal que chacun avance à son rythme.

Autre thématique qui revient, celle de l’homoparentalité, comme dans Frangine, Liv a deux mamans (c’est drôle d’ailleurs, parce qu’il me semble que ce sont les premiers romans jeunesse que je lis sur le sujet, je ne compte pas les albums, et il se trouve que je les lis à la suite). Ce qui va d’ailleurs lui poser problème, puisqu’il en parlera tout naturellement dans un cours d’anglais, où chacun doit se présenter, et va se faire harceler par certains de ses camarades suite à cela.

Liv est un personnage très attachant, qui garde son Secret pour lui, n’osant pas en parler à ses mères (qui manifestement se doutent de quelque chose) ni à sa meilleure amie Maisie. Cette dernière rêvant de se rapprocher des gens « populaires » finira d’ailleurs par délaisser son ami un peu trop bizarre à son goût. Heureusement, Liv va se faire un nouvel ami, prêt à l’épauler dans sa volonté de faire disparaître ces règles vestimentaires archaïques.

Opération pantalon est un très beau roman, avec des personnages touchants avec leurs forces mais aussi leurs défauts, et qui parle de tolérance, au sens large (au collège chaque différence peut être vue comme une faiblesse). Et puis on voit peu de garçons transgenres dans les romans, donc ça fait du bien de les voir aussi ! De même que montrer que les familles homoparentales  existent.

Justin, de Gauthier

tumblr_o3l1fs3MoP1sqfii4o1_1280J’ai découvert Gauthier sur Yagg où elle tenait un blog, puis avec L’enterrement de mes ex, dont je viendrai parler à l’occasion.

J’aime bien la simplicité de ses dessins, et sa façon d’aborder des sujets importants de façon très juste et sensible, la découverte de son homosexualité dans L’enterrement de mes ex, et le parcours de Justin, jeune trans ftm dans la BD du même nom.

Les premières pages nous montrent Justine, petite fille qui aime grimper aux arbres et qui n’a aucune envie de porter une robe. S’ensuivront en grandissant toutes les étapes d’incompréhension de son entourage, le décalage permanent entre la vision que Justin a de lui-même et celle des autres, les camarades d’école, la famille, et même certains psys, puis le parcours pour devenir enfin l’homme qu’il est, à ses yeux et pour la société.

justin-01

Tout en subtilité, par petites touches, cette BD montre toutes les difficultés qu’a Justin à s’épanouir et à trouver sa place, et réussit à retranscrire les émotions qu’il peut ressentir, du rejet à l’acceptation, et c’est très beau de le voir enfin trouver sa place.

Un petit extrait :

Mais en fait, je sais très bien à quel moment j’en ai pris conscience.

Je jouais avec des copains dans le parc. J’avais 4 ans.

Ce fut très fugace…

Une seconde, peut-être deux.

Tout le monde sait que je suis un garçon…

Tout le monde… SAUF papa et maman.

Bref, un thème assez peu exploré (et souvent mal), que ce soit en BD, ou même ailleurs, je vous recommande donc vivement cette bande dessinée !

Les chroniques mauves

Voici une BD qui date de 2012, et qui n’est malheureusement plus disponible.

Couv_164561Les chroniques mauves, qu’est ce que c’est? Déjà, une scénariste et plusieurs dessinatrices. Et en gros, l’histoire de plusieurs lesbiennes de 1950 à nos jours, à travers leurs vies, à travers leurs époques. Le fil conducteur, c’est le personnage de Chris, née en 1950, dont on va suivre d’abord la jeunesse, la montée à Paris pour devenir prof de sport, la découverte de son homosexualité, et en parallèle la libération sexuelle, les mouvements féministes et homosexuels qui se mettent en place, l’arrivée du sida en France… On suit par la suite d’autres personnages, d’autres générations, l’évolution de la société, des moeurs, l’arrivée de The L world, le mouvement queer… Chris croisant parfois les personnages ou revenant sur le devant de la scène selon les chapitres.

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Chris, c’est celui auquel je me suis le plus identifié, de son enfance, où ses parents regrettent de ne pas avoir eu un garçon comme premier né, à la découverte de sa sexualité, jusqu’à la soixantaine, sa retraite avec sa compagne, ce personnage est assez touchant finalement. Pour le reste, d’autres personnages sont aussi un peu développés, Fanny par exemple, qui naît dans les années 70, mais d’autres sont juste ébauchés. J’ai trouvé ça un peu dommage, j’aurais peut-être préféré que ces chroniques soient un peu plus longues, en plusieurs tomes peut être, et prennent le temps d’installer ces personnages. Je pense à Cameron, un trans ftm, dont l’histoire est intéressante, mais trop vite racontée…
Le fait qu’il y ait plusieurs dessinatrices est plutôt intéressant (même si j’avoue qu’il y en a une avec qui je n’ai pas du tout accroché, du coup le chapitre entier ne m’a pas plus, aussi bien le dessin que le scénario), mais il fait ressortir aussi cette inégalité entre le traitement des personnages, Soizick Jaffre illustre une grande partie du livre, et donc l’histoire de Chris.

eb3576_28e128cb8d62429db4c41b3b7f68ba63

J’ajoute une pensée, j’ai beaucoup aimé ce livre, mais je me demande s’il n’était pas trop ambitieux finalement. J’ai apprécié de trouver divers points de vue, exprimés par différents personnages. Par exemple la discussion sur le film Gazon maudit à sa sortie, l’une trouve le personnage de Josiane Balasko trop caricatural, l’autre lui répond qu’enfin, un personnage lesbien positif, qui ne meurt pas à la fin, et qui en plus se tape Victoria Abril! Mais à trop vouloir raconter l’histoire des lesbiennes (d’un point de vue totalement subjectif évidemment), je me demande si les personnages n’y perdent pas en profondeur, et n’en deviennent pas un peu des archétypes. Je dis ça aussi parce que j’ai apprécié l’histoire des années 50 à 70-80 disons, mais toute la partie la plus récente, qui me concernerait donc plus directement, ne m’a pas du tout touchée, je ne me suis pas sentie concernée…

Un point qui m’a beaucoup plus, le fait de retrouver des citations tout le long du livre, qui suivent les époques, quel bonheur de lire des extraits de Monique Wittig, Judith Butler, Virginie Despentes, Paul B. Preciado et tant d’autres!

Bon, j’ai donné quelques points négatifs, mais vraiment c’est une BD qui vaut le coup. Un petit extrait de la préface de l’auteur, j’aime bien ses mots :

« Alors pour moi, « qu’est-ce qu’une lesbienne? »
Je dirais une femme en rébellion, qui fait le choix d’inventer sa vie au plus près de ce qu’elle désire devenir, sans prendre pour acquis ce qu’on lui dit qu’elle est, dès son enfance.
Elle questionne, fouille, teste, invente, traverse souvent des déserts, connait les errances de la perte de l’identité, les angoisses du rejet, les affres des multiples dissimulations, mais elle avance. »