Archives du mot-clé Transidentité

Sauveur et fils, de Marie-Aude Murail, tome 1 à 4

Sauveur et fils a été un de mes grands plaisirs de ces derniers mois. J’ai commencé avec le tome 1, suite à un avis sur la Rainbowthèque, sans attentes en particulier, et avec même un petit a priori, puisque j’avais eu du mal avec Oh, boy !, de la même autrice. Je l’ai lu avec plaisir, et ai eu envie de poursuivre, et finalement c’est devenu addictif assez vite. Les personnages sont hyper attachants et le côté feuilleton donne vraiment envie de continuer.

L’histoire tourne autour de Sauveur, psychologue martiniquais à la carrure impressionnante, qui vit seul avec son fils. S’ensuit toute une galerie de personnages, composée de leur entourage et des patients de Sauveur.

Le premier tome est sympathique et met bien les choses en place, et développe l’histoire familiale de Sauveur (on sait que les cordonniers sont les plus mal chaussés, et ça se vérifie ici, puisque Sauveur a beaucoup de mal à parler à Lazare, son fils, de leur histoire, et particulièrement de sa mère). On fait aussi la connaissance de plusieurs patients, que l’on retrouvera tout au long des tomes (certains ne font que passer, d’autres arriveront plus tard et seront développés également) : Margaux adolescente qui se scarifie, Ella phobique scolaire, Gabin dont la mère est aux urgences psychiatriques…

Le tome 1 donne envie de lire la suite, et ça tombe bien puisque je trouve que c’est une série qui va en s’améliorant. La multiplicité des personnages, et le métier du personnage principal permettent de développer des thématiques fortes et intéressantes : le racisme, les familles recomposées, le mal être adolescent sous de nombreuses formes, la pédophilie, le cyber-harcèlement et bien d’autres.

Pour les sujets qui nous intéressent ici, le côté lgbt est présent de diverses façons, on a par exemple une famille recomposée dont la mère est partie pour une autre femme ou un personnage bisexuel. Ceci est évoqué de façon assez naturelle, sans pour autant enlever les problématiques que cela peut causer (les enfants de la famille recomposée ont beaucoup de mal à voir leur mère vivre avec une femme).

Le personnage qui m’intéresse le plus dans Sauveur et fils, et auquel je me suis le plus attachée (même s’il y a bien d’autres qui me touchent), c’est Ella, qui souffre de phobie scolaire. Ella ne supporte pas l’école, et vient d’avoir ses règles lors de son premier rendez-vous chez  Sauveur. Ella écrit ou se raconte des histoires, dans lesquelles son nom est Elliott. Ella/Elliott est un personnage extrêmement attachant, et qui se découvre petit à petit au fil des tomes, notamment en se travestissant et en faisant des recherches sur la transidentité. Sa relation avec son père évolue en fonction de cela (et également suite à des révélations sur un secret de famille) et c’est très touchant.

J’ai apprécié aussi de voir Sauveur un peu démuni face à ce personnage, auquel il est clairement très attaché. Il ne sait pas exactement comment réagir, s’il doit l’appeler Eliott, et il s’inquiète du regard des autres (Ella est victime de cyber-harcèlement). Je ne sais pas s’il y aura une suite (je l’espère en tout cas !) mais jusqu’à présent j’aime beaucoup le traitement de ce personnage, écrivain en devenir, qui peut vivre son genre comme il l’entend dans ses propres histoires, et en tant qu’auteur.

Bref, c’est une très chouette série de livres jeunesse, qui aborde plein de thématiques intéressantes, à travers des personnages attachants.

 

Publicités

Les règles… Quelle aventure ! d’Élise Thiébaut et Mirion Malle

Je l’avais rapidement évoqué dans mon bilan lectures, me revoici donc pour vous parler de cet ouvrage. J’ai acheté il y a quelques temps Ceci est mon sang, d’Élise Thiébaut, qui a l’air très intéressant pour le peu que j’en ai lu (trop de belles choses à lire, vous connaissez ça aussi je pense), et j’avais beaucoup aimé Commando Culotte de Mirion Malle, dont je suivais déjà le blog depuis un moment. Donc quand j’ai vu que les deux s’associaient pour faire un livre sur les règles à destination des adolescent.es, je n’ai pas réfléchi et j’ai foncé pour l’acheter ! Et bien pas de regrets, j’adore ! Et pour tellement de raisons en plus.

Déjà parce que le livre s’adresse à tous les publics, les adultes comme les plus jeunes, il est drôle, instructif, féministe et inclusif.

La couverture et la quatrième de couverture donnent le ton, on a des personnes racisées, avec des corps différents (et même des poils sur les jambes, youhou !) et qui vivent leurs règles sans honte.

Et la première page continue sur cette belle lancée, puisqu’on y parle tout de suite (donc on n’attend pas les dernières pages pour évoquer le sujet vite fait histoire de dire) d’intersexes et de transgenres, sans jugement, juste pour expliquer ce qui existe. Et ce sera à nouveau évoqué par la suite. Et on trouve de l’écriture inclusive, donc je le redis, ce livre s’adresse à toutes et tous.

Ce livre est vraiment intéressant et sort des sentiers battus et de ce ce qu’on peut trouver dans les ouvrages habituellement destinés soit aux filles, soit aux garçons (genre le dico des filles quoi…) puisqu’il aborde les règles de plein de manières :  ce que c’est évidemment, puis en parlant de points historiques, linguistiques, en évoquant la religion, le patriarcat, les tabous, les superstitions, mais aussi les douleurs, le syndrome prémenstruel, l’endométriose ou les protections périodiques…

règle_thiébaut_manifesto21

Les règles… Quelle aventure ! est sans tabous, et fait tout pour donner une image positive des femmes et des personnes ayant un utérus, de leurs règles, montrer que ce n’est pas sale et que cette image qu’on nous impose n’a pas lieu d’être. Je trouve ça hyper ouvert à plein de niveaux, et assez inhabituel dans un livre pour un public adolescent ou même un public adulte d’ailleurs. Je connais peu d’ouvrages qui évoquent l’intersexualité et la transidentité, le droit d’aimer qui on veut, de se sentir bien dans son corps et ses baskets, qui montrent des corps « normaux », qui parlent de toutes les protections périodiques qui existent (avec des moyens qu’on évoque encore peu devant des ados je pense, comme la coupe menstruelle, les culottes de règles et même le flux instinctif libre !) et qui dénoncent plein de choses (le fait qu’avoir mal ne soit pas normal, que les protections hygiéniques soient les produits de première nécessité les moins visibles et qui devraient être aussi faciles à trouver que des préservatifs, et que non les règles ce n’est pas sale et que ce n’est pas plus gênant d’en parler que de parler de son transit, chose communément admise).

Bref, ce livre est une merveille ! Je le conseille à tout le monde, achetez le, lisez le, et offrez le !

Cette fille c’était mon frère, de Julie Anne Peters

1540-1Ce roman pour ados est une réédition d’un titre paru en 2005 sous le titre La face cachée de Luna. J’avoue que je l’avais déjà repéré mais je crois que j’avais un peu peur de la façon dont le sujet pouvait être traité, mais avec cette réédition je me suis dit que c’était enfin l’occasion de le lire.

Regan est une adolescente de 15 ans, pas forcément super bien dans sa peau. Son frère, Liam a 17 ans et semble être le garçon idéal, bon à l’école sans même avoir à s’en soucier, petit génie en informatique, beau et populaire, bref il a tout pour lui. Sauf que, chaque nuit, Liam se glisse dans la chambre de Regan et se transforme en Luna. C’est la seule à être dans le secret, et elle voit bien combien Liam souffre de la situation et rêve tout simplement de pouvoir vivre sa vie de femme.

Très honnêtement, je ne m’attendais pas à voir cette histoire depuis le point de vue de la sœur, et c’est une très bonne idée. Elle vit vraiment dans l’ombre d’un frère qui a tout pour lui, tout en sachant qu’il est malheureux. On a une très jolie relation entre les deux, elle fait tout pour l’aider, même si ce n’est pas toujours évident pour elle.

Le roman est vraiment poignant par moments, et est sans doute encore plus fort d’être raconté par une tierce personne. De nombreux  flash-backs nous plongent dans des souvenirs d’enfance et nous montrent que Liam n’a jamais été le petit garçon que tout le monde voyait et voulait qu’il soit.

Cela dit, Cette fille c’était mon frère connait aussi des moments plus joyeux, notamment avec Regan. Les moments où elle découvre les joies des rendez-vous amoureux sont à la fois touchants et très drôles (on pourrait l’appeler Miss catastrophes).

Julie Anne Peters nous fait naviguer entre les émotions, le tout avec beaucoup de finesse et d’intelligence. Elle aborde la transidentité de façon très juste, et le personnage de Regan en parle avec beaucoup de maturité pour son âge (même s’il est clair qu’elle a du mal à le gérer). Le roman aborde cette thématique mais également les rôles assignés aux filles et aux garçons, la question du féminisme, de l’homosexualité (le père de Liam est persuadé que son fils est gay, et le pousse à faire du sport et à se conduire comme « un homme, un vrai »).

Au final, ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce livre, c’est que l’on n’assiste pas seulement à l’épanouissement de Luna, mais aussi à celui de Regan. On a là un très beau livre, plein d’émotions sans être plombant, qui nous montre le chemin et l’éclosion de deux jeunes femmes.

Justin, de Gauthier

tumblr_o3l1fs3MoP1sqfii4o1_1280J’ai découvert Gauthier sur Yagg où elle tenait un blog, puis avec L’enterrement de mes ex, dont je viendrai parler à l’occasion.

J’aime bien la simplicité de ses dessins, et sa façon d’aborder des sujets importants de façon très juste et sensible, la découverte de son homosexualité dans L’enterrement de mes ex, et le parcours de Justin, jeune trans ftm dans la BD du même nom.

Les premières pages nous montrent Justine, petite fille qui aime grimper aux arbres et qui n’a aucune envie de porter une robe. S’ensuivront en grandissant toutes les étapes d’incompréhension de son entourage, le décalage permanent entre la vision que Justin a de lui-même et celle des autres, les camarades d’école, la famille, et même certains psys, puis le parcours pour devenir enfin l’homme qu’il est, à ses yeux et pour la société.

justin-01

Tout en subtilité, par petites touches, cette BD montre toutes les difficultés qu’a Justin à s’épanouir et à trouver sa place, et réussit à retranscrire les émotions qu’il peut ressentir, du rejet à l’acceptation, et c’est très beau de le voir enfin trouver sa place.

Un petit extrait :

Mais en fait, je sais très bien à quel moment j’en ai pris conscience.

Je jouais avec des copains dans le parc. J’avais 4 ans.

Ce fut très fugace…

Une seconde, peut-être deux.

Tout le monde sait que je suis un garçon…

Tout le monde… SAUF papa et maman.

Bref, un thème assez peu exploré (et souvent mal), que ce soit en BD, ou même ailleurs, je vous recommande donc vivement cette bande dessinée !